Un ingénieur israélien réinvente la moto: Amir Shahar a investi 2 millions de NIS dans la construction d’une moto électrique: « Pas besoin de carburant, d’huile, ni d’entretien »

Il y a quelques années, Amir en avait marre de transporter la moto chaque fois qu’il voulait aller sur les vagues, même s’il habite à Netanya, à une courte distance de la Méditerranée. « Vous devez attacher le remorquage au véhicule, déplacer la lourde moto et gérer le carburant et l’huile du moteur à deux temps. Rien n’est spontané. . »

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Shahar (46 ans), qui a étudié l’ingénierie mécanique au Technion et le propriétaire du fabricant et distributeur de portes électriques, Agro Gates, en compagnie de son beau-père, Hamlo Shlomo Tzach, qui a pris sa retraite de l’industrie aérospatiale.

Le marché des motos de mer est divisé en motos sportives, durables et plus grandes. En 2012, l’Environmental Protection Agency des États-Unis a interdit la moto debout à deux temps près des plages et des réservoirs d’eau libre, et la conduite était limitée aux compétitions. Et les États-Unis restent le plus grand marché au monde pour les motos de toutes sortes, dont 63 000 y ont été vendues en 2017, principalement des modèles Yamaha, Si-Do et Kawasaki.

Avec l’aide du mélangeur APG et du bureau d’études de Tel-Aviv, ils ont construit un premier prototype de motocyclette électrique conçu de toutes pièces et n’ont pas converti les véhicules existants. Deux prototypes améliorés sont déjà en construction. Shahar, qui a jusqu’ici investi avec ses partenaires dans le projet pas moins de 2 millions de dollars :

« La moto électrique sera plus chère que l’essence, entre 15 et 20 000 $, soit près de 2,5 fois. Mais elle respectera les restrictions environnementales, elle pourra être rangée dans un coffre, en particulier le yacht, que ses propriétaires pourront utiliser quand ils en auront besoin, sans transporter des jerrycans de carburant et d’huile.

Aujourd’hui, il lève 2 millions de dollars pour compléter le processus de licence américain et passer à la production en série de l’outil appelé Skivolt, dans le but de produire deux modèles destinés aux amateurs avec une batterie lithium-ion de 4 kWh et aux professionnels disposant de 8 kWh. Fibre de carbone et époxy capable d’atteindre rapidement les 70 km / h avec le couple disponible des moteurs électriques Selon le business plan, qui représente déjà la deuxième année de production avec un taux de vente de 500 motos, le projet peut déjà atteindre un équilibre économique.

« Le marché des motos marines n’est pas pressé de passer à l’électricité, les principaux constructeurs sont à l’aise avec ce qui est prévu, mais la technologie est déjà mûre et ces motos seront beaucoup plus utiles », a déclaré Shahar. « L’outil standard permet 25 à 35 minutes de conduite et le professionnel à 45 minutes. Vous pouvez remplacer rapidement une batterie et continuer à naviguer sur l’eau »

IMPORTANT :

Nous subissons actuellement une censure abusive de notre Page Facebook . Par sécurité nous avons mis en ligne une autre Page de secours, veuillez la liker et la faire connaitre à vos amis et proches au cas ou l'actuelle sera fermée.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

   

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d'utiliser l'adresse e-mail: [email protected]

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !