Quand un être cher décède, c’est toujours difficile, et parler d’un décès aux enfants est encore plus complexe. Comment inculquer un sentiment de sécurité à un enfant lorsqu’il faut lui annoncer le décès d’un proche et quels mots utiliser ? Voici comment parler aux enfants de la perte d’un être cher.

Le sujet de la mort est douloureux, effrayant et difficile pour les adultes. Ainsi, lorsqu’un parent a besoin de transmettre un tel problème émotionnel aux enfants, il peut être effrayé, confus ou parler de la mort de manière abstraite.

De nombreux parents ont peur de parler de la mort à leurs jeunes enfants , que leur animal de compagnie soit décédé ou que leur grand-mère soit décédée, par désir de protéger les enfants de la douleur et de l’inconfort. De plus, la plupart des parents pensent que les enfants ne comprendront pas ce qu’est la mort.

Dana Hovesh, conseillère parentale certifiée à l’Institut Adler et au ministère de l’Éducation, affirme que les enfants voient, entendent et ressentent tout, mais ce sont de mauvais interprètes. Ils vous entendent parler , détectent que l’atmosphère de la maison est différente et ressentent des changements dans le comportement et le ton de la voix. Il est donc important de ne pas cacher ou laisser les enfants dans l’ambiguïté, car ils pourraient combler le vide créé dans leur imaginaire avec des images pires que la réalité.

De quoi les enfants ont-ils besoin ?

🟦 ANNONCE 🟦

Les enfants ont besoin de quelqu’un qui leur expliquera ce qui s’est passé en fonction de leur stade de développement. Si un parent n’est pas disponible, il peut s’agir d’un autre parent proche de l’enfant. Ils dépendent de vos paroles et du sentiment de confiance que vous leur inculquez pour apprendre à faire face à diverses situations au fur et à mesure qu’elles grandissent et pour gérer facilement de nouvelles étapes. Des études ont montré que parler aux jeunes enfants avec des informations concrètes sur la mort les aide, alors que lorsque les adultes autour d’eux sont vagues ou s’abstiennent de dire des faits objectifs, les enfants subissent un stress émotionnel.

Alors, comment abordez-vous cette question ?

Parlez aux enfants à un moment calme et non lorsque vous pleurez. Lorsque vous êtes contrarié, votre enfant ressentira quelque chose à travers des messages non verbaux qui peuvent être déroutants. Soyez réaliste et n’ayez pas peur d’expliquer le mot « mort » et ce qu’il signifie, car cela fera désormais partie de leur vocabulaire naturel. Soyez vrai mais bref, par exemple : « Grand-mère est morte parce qu’elle était très, très malade et très vieille.

Insistez sur le « très » pour qu’ils n’aient pas peur de mourir d’un rhume ou de maux d’estomac. Pour leur donner un sentiment de sécurité, répondez à toutes leurs questions, ce qui donnera aux enfants le message que dans votre maison, tout est dit. Chaque question est acceptable et vous ne leur cachez rien. C’est ainsi que l’on démontre et modèle une atmosphère d’ouverture, de sincérité et de confiance qui s’étendra à d’autres sujets comme la sécurité personnelle.

🟦 ANNONCE 🟦

Les enfants en bas âge comprennent le monde de manière concrète et tangible, il est donc important de ne pas utiliser de métaphores. Ne dites pas « grand-mère s’est endormie » ou qu’elle est dans le ciel. Cela peut les faire craindre de s’endormir, car les enfants pourraient penser qu’ils vont mourir aussi, ou prendre l’avion, car cela pourrait blesser grand-mère. Faites de la place pour des émotions comme la peur, la colère, la tristesse, soyez empathique envers tout sentiment ou comportement qui se manifeste et dites aux enfants ce que vous ressentez, par exemple : « Je suis aussi triste. Ensemble, nous pouvons nous souvenir d’elle et nous manquer. »

La tristesse fait partie de notre arc-en-ciel d’émotions. Nous ne devrions pas nous cacher et réprimer, mais plutôt discuter de la tristesse comme d’une émotion normale qui peut être vécue. Si les enfants demandent si vous aussi allez mourir, répondez honnêtement : « Oui, nous mourrons tous une fois que nous serons très, très, très vieux. »

Faites confiance à vos enfants. Même s’ils ont peur ou sont tristes, ils peuvent s’en sortir et pourront passer à autre chose. Écoutez-les, soyez avec eux quand la vie est dure, répondez à leurs questions, serrez-les dans vos bras et encouragez-les dans les moments difficiles.