24h/24 et 6j/7 : Vous souhaitez rester informé ? Rejoignez les fils d'actualités sur Facebook Rejoignez notre page Facebook.

Kelvin Ombongi (27 ans) est assis dans une salle de classe dans le sud-est d’Israël, loin de son Kenya natal. Depuis 2019, il étudie les méthodes agricoles israéliennes avancées qu’il espère transformer en une carrière dans l’agriculture urbaine dans son pays. Et il le fait au Centre international de formation agricole Arava (AICAT) à Sapir.

Ombongi a déclaré aux journalistes visitant l’AICAT que les diplômés apparaissent dans les médias kenyans et sont recherchés par les employeurs.

« En plus des connaissances, ce que le programme offre vraiment, c’est de changer notre état d’esprit. Au moment où nous rentrerons chez nous, nous aurons appris l’art de commencer quelque chose de petit et de le construire jusqu’à son terme, et de ne pas abandonner en cours de route », a déclaré le Kenyan aux visiteurs qui ont afflué au centre avec des délégués du Fonds national juif américain, un des parrains de l’initiative pédagogique

Pour cet étudiant, ce qui se passe à l’AICAT n’est pas seulement de l’éducation mais aussi de la création de leaders.

Ses paroles spontanées font sourire chaleureusement Hanni Arnon, directeur de l’AICAT et éducateur qui a fondé le centre en 1994 avec des partenaires dont les ministères israéliens des Affaires étrangères et de l’Agriculture.

🟦 ANNONCE 🟦

Arnon et son mari avaient construit une ferme prospère dans l’Arava, une étendue du désert du Néguev qui s’étend de la mer Morte à Eilat.

Son idée était d’utiliser son expérience agricole et éducative pour donner des outils aux habitants des pays en développement afin qu’ils puissent améliorer leur vie.

« Ce sont des étudiants originaires de pays où la principale source de revenus est l’agriculture. Mais c’est une agriculture traditionnelle. En général, quand on leur demande ce qu’ils cultivent, ils répondent riz. Parce que? Parce que son père l’a fait et le père de son père aussi et ainsi de suite. C’est ainsi que nous amenons ces jeunes dans le désert israélien et leur donnons des cours théoriques et pratiques en agriculture. C’est totalement différent de ce qu’ils ont vécu en Thaïlande, aux Fidji ou au Vanuatu », a expliqué Arnon, qui portait un collier de fleurs en l’honneur du Nouvel An thaïlandais.

Hanni Arnon, directeur de l’AICAT, visite une classe où des étudiants du Kenya, de Gambie et du Cap-Vert apprennent des méthodes durables de protection des plantes. A gauche contre le mur se trouvent les diplômés Gideon Kirui et Kelvin Ombongi. Photo : Abigail Leichman
Arnon a indiqué que les étudiants ne reçoivent pas de recette sur la façon de cultiver du manioc ou du riz, car ils ne savent pas comment le faire. Et que « l’agriculture est l’agriculture ».

🟦 ANNONCE 🟦

Revenez avec de nouvelles compétences

Les participants peuvent opter pour un diplôme de premier cycle de 10 mois, un programme de maîtrise de 18 mois en sciences végétales en coopération avec l’Université de Tel Aviv ou des cours de courte durée en études agricoles avancées. Ils acquièrent également des compétences en gestion de l’agro-industrie.

Tous les cours sont dispensés par des habitants de l’Arava, ce qui signifie que l’AICAT est une source de revenus pour quelque 80 personnes dans la région désertique.
Les cours sont dispensés en anglais et les chefs de groupe traduisent pour les étudiants qui ne parlent pas couramment.

Le centre AICAT n’est pas un programme caritatif, mais les étudiants vivent dans des communautés agricoles locales et paient leurs frais de scolarité avec l’argent qu’ils gagnent en acquérant une expérience de travail pratique dans ces fermes.

À ses débuts, le centre comptait 500 étudiants par an. Aujourd’hui, l’AICAT forme annuellement 1 200 personnes.

Près de 20 000 étudiants sont venus du Cambodge, du Timor oriental, d’Éthiopie, d’Indonésie, de Jordanie, du Kenya, du Laos, du Myanmar, du Népal, du Nigéria, des Philippines, du Rwanda, du Soudan du Sud, de Thaïlande, d’Ouganda et du Vietnam.

« Nous coopérons avec des pays avec lesquels Israël n’a pas de relations diplomatiques, comme l’Indonésie », a déclaré Arnon. Et il a rappelé que certains étudiants indonésiens étaient tellement impressionnés par les communautés agricoles coopératives israéliennes qu’ils en ont fondé une dans leur pays où ils cultivent des melons amers (Momordica) en utilisant des systèmes d’irrigation israéliens et des semences développées au Centre de recherche et de développement Arava.

Maayan Kitron du Centre de recherche et de développement Arava tient un melon amer (Momordica). Photo: Laura Ben-David
Arnon a expliqué que l’AICAT accorde des bourses à leurs diplômés et qu’ils voient ensuite comment ils changent l’orientation de l’agriculture locale dans leur pays d’origine.

Un étudiant cambodgien a utilisé la subvention pour acheter une machine à sécher le riz pour son village afin que les agriculteurs puissent le stocker et le vendre lorsque la demande est élevée.
Avant, ils ne pouvaient vendre du riz fraîchement récolté qu’en petites quantités et ne gagnaient pas beaucoup d’argent.

« Après six mois, il nous a envoyé une photo du riz séchant dans la machine et nous avons pu voir comment notre subvention l’a aidé. C’est incroyable de voir comment un petit pas peut mener à un grand changement », a déclaré Arnon.

Un habitat loin du domicile

Après 28 ans de travail, Arnon est bien conscient de la grande variété de coutumes et de cultures représentées sur le campus de l’AICAT et comprend que les étudiants visitent des sites religieux sacrés pour leurs croyances.
Une fois par an, les étudiants présentent des spectacles mettant en valeur leurs héritages culturels.

« Ils font partie de notre famille. En 2015, nous avions des élèves du Népal, et après le terrible tremblement de terre, leurs parents leur ont dit de ne pas rentrer à la maison à la fin de l’année scolaire car c’était une catastrophe là-bas. C’est ainsi que nous les avons laissés rester encore un an », a déclaré le directeur de l’AICAT.

Au cours de cette deuxième année, les étudiants népalais ont élaboré des plans pour fonder une ferme coopérative de style israélien au Népal. « Ils sont rentrés chez eux non pas en tant que petits agriculteurs mais en tant qu’entrepreneurs », a expliqué Arnon, qui a souligné que les diplômés peuvent gagner un salaire plus élevé dans leur pays grâce aux connaissances acquises.

Gideon Kirui, un diplômé de l’AICAT qui est maintenant chef de groupe pour les étudiants kényans, a déclaré à ISRAEL21c en Español que ce que les étudiants obtiennent là-bas « est très précieux et quand ils retournent au Kenya, tout le monde les aime. Nous avons 47 comtés et chacun veut des ressources humaines. Certains donnent des terres et de l’eau aux agriculteurs, et d’autres fournissent des financements par le biais de banques privées.

Semer de bonnes graines

Dans une salle de classe, les étudiants thaïlandais ont échangé des idées commerciales avec Eyal Policar, maître de conférences à l’AICAT et fondateur du producteur local de cannabis médical Cannarava.

« Il s’agit d’un programme de double diplôme car ils commencent à étudier à l’université en Thaïlande, puis nous leur donnons dix mois de cours ici. Vient ensuite un semestre dans leur pays et enfin ils obtiennent leurs diplômes », a déclaré Policar.

À partir d’un tableau plein de suggestions, ses élèves ont décidé de développer un rouge à lèvres à base de cire en nid d’abeille, un anti-moustique à base de citronnelle et un parfum au jasmin.

Arnon a déclaré que les étudiants sont étonnés de la façon dont Israël a transformé le désert en une zone agricole prospère qui approvisionne à la fois les marchés intérieurs et les marchés d’exportation.

« Ils voient que même si nous n’avons pas de ressources naturelles là-bas, nous faisons tout notre possible pour faire fleurir le désert. Et ils disent : « Dans mon pays, nous avons de la bonne eau et de la bonne terre, alors pourquoi sommes-nous pauvres ? Et ils obtiennent une nouvelle inspiration et un nouvel esprit pour retourner chez eux et se transformer. Ils apprennent à poser des questions et à trouver des solutions à leurs problèmes », a déclaré l’enseignante.

Et elle a ajouté qu’ils retournaient dans leurs pays en tant qu’ambassadeurs informels d’Israël, semant ce qu’elle appelle de « bonnes graines » pour un avenir plus pacifique et prospère.

Article publié par Abigail Klein Leichman sur es.israel21c.org.



Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !