Dans une autre tentative d’aplanir le scandale avec le groupe NSO, qui a vendu ses logiciels espions partout dans le monde, puis il a été utilisé pour espionner des responsables gouvernementaux et pas seulement, Israël va réduire la liste des pays où vous pouvez vendre ces logiciels.

Après l’inscription de la firme israélienne sur la « liste noire » du département américain du Commerce et des poursuites judiciaires importantes, la NSO attend la restriction des marchés de vente.

Il y avait 102 de ces pays; selon Calcalist, la liste mise à jour de novembre comprend 37 pays. Le ministère a exclu de la liste des acheteurs potentiels les pays où les droits de l’homme sont violés. Parmi les exclus se trouve l’Arabie saoudite, soupçonnée d’espionnage du chef de l’opposition Jamal Khashoggi avec l’aide du programme israélien Pegasus de l’ONS.

Dans le même temps, l’Inde, également accusée d’espionnage de dissidents, reste sur la liste.

Sont exclus le Mexique et les Émirats arabes unis, ainsi que le nouvel ami d’Israël, le Maroc. Cependant, comme le site Internet Mako l’a rapporté en détail aujourd’hui, le Maroc recevra des armes d’une valeur de centaines de millions de dollars d’Israël. Le ministre de la Défense Benny Gantz a signé hier un accord à Rabat. La liste des ventes comprend des drones et des moyens de lutte contre les drones ennemis, des radars, des avions F5, des systèmes de défense aérienne à installer sur des navires. Le Maroc s’arme des différends avec l’Algérie voisine et des problèmes internes liés au mouvement séparatiste au Sahara occidental.

🟦 ANNONCE 🟦