En juillet-août 2021, les prix des logements en Israël ont augmenté de 9,2% par rapport aux mêmes mois de l’année dernière – c’est le résultat du « pompage » monétaire pendant la crise corona et de la hausse générale de l’inflation dans le contexte d’un taux d’actualisation nul, couplée à des réductions d’impôts sur l’achat de biens immobiliers résidentiels commerciaux, ce qui a été réalisé l’été dernier par le ministre des Finances, Israel Katz.

L’augmentation de la taxe sur les investissements dans le logement, imposée par le ministre des Finances Moshe Kahlon, a réduit la rentabilité des investissements et a fait fuir certains investisseurs du marché du logement. Après l’annulation de la taxe, la demande d’investissement est revenue et le rythme des nouvelles constructions a chuté en raison d’une pénurie de main-d’œuvre importée.

Au cours de la première année de la crise corona, les prix des appartements en Israël ont augmenté de 4%. En 2021, la croissance a continué de s’accélérer – au cours du seul mois dernier, le prix des logements en Israël a augmenté de 1,2% supplémentaire.

Les prix des logements ont grimpé en flèche au cours de l’année dans tout le pays. Dans le district de Jérusalem, la croissance a été de 10,7%, dans le Centre – 10,5%, dans le Nord – 9,6%, à Tel-Aviv – 9,5%, dans le Sud – 7,3%, à Haïfa – 6%.