Photo : Sensi Seed

La plante de cannabis est l’une des cultures les plus anciennes de l’humanité et son utilisation en tant que médicament remonte à près de 5 000 ans dans les civilisations de la Chine, de l’Inde et du Moyen-Orient.

De nos jours, le cannabis continue à être utilisé à des fins médicales. Le CBD, ou cannabidiol, un produit chimique non psychoactif produit par la plante de cannabis, aurait des propriétés anti-inflammatoires, antibactériennes et analgésiques. Ses avantages ont notamment été de soulager l’insomnie, l’anxiété et la nausée, ainsi que de traiter les symptômes associés à de multiples maladies, sclérose en plaques, maladie de Parkinson et troubles du spectre autistique (TSA) chez les enfants .

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Des chercheurs israéliens ont récemment annoncé qu’ils étudiaient l’utilisation du cannabis à des fins médicales pour traiter l’endométriose, une affection gynécologique douloureuse qui affecte environ 176 millions de femmes dans le monde et environ une femme sur dix en âge de procréer. C’est la deuxième condition gynécologique la plus courante. Sa cause exacte est incertaine et il n’existe aucun traitement curatif connu.

Le désordre survient lorsque les tissus qui tapissent normalement l’utérus – l’endomètre – commencent à se développer en dehors de l’organe. Le tissu déplacé devient piégé à l’intérieur du corps, réagissant comme il se doit en épaississant puis en saignant, mais, contrairement à l’utérus, il n’a pas de sortie. Cela provoque une accumulation de tissu cicatriciel et des adhérences qui entraînent une variété de symptômes, notamment des menstruations et des rapports sexuels douloureux, des saignements excessifs et pouvant même entraîner la stérilité.

La nouvelle recherche sur l’utilisation du cannabis pour traiter l’endométriose est dirigée par la start-up Gynica de Jérusalem , une société médicale autorisée par le ministère de la Santé israélien à développer des produits à base de cannabis pour le corps de la femme, en coopération avec Lumir Lab, le premier et le seul établissement agréé pour la recherche sur le cannabis en ce qui concerne la santé des femmes. Il est basé au parc de biotechnologie de Jérusalem de l’Université hébraïque.

Selon Gynica, les traitements actuels de l’endométriose – comprenant des analgésiques et des anti-inflammatoires – sont souvent insuffisants, car ils ne font que cibler la douleur et non la prévenir.

«Aujourd’hui, les moyens de traiter l’endométriose sont la chirurgie ou des médicaments, tels qu’une pilule qui supprime la sécrétion des hormones ou des analgésiques. Le cannabis est un mécanisme très différent. Il contient plusieurs composés capables de traiter plusieurs symptômes de la maladie », explique à NoCamels le Dr Sari Sagiv, vice-président de la recherche et du développement chez Gynica.

Les recherches de Gynica dans le cadre d’une étude préclinique portent sur l’interaction de l’endométriose avec le système endocannabinoïde, les molécules naturelles de type cannabis produites par le corps humain. Ce système est impliqué «dans une grande variété de processus, y compris la douleur, la mémoire, l’humeur, l’appétit, le stress, le sommeil, le métabolisme, la fonction immunitaire et la fonction reproductrice», selon une série de courts articles sur UCLA Health.