Des entrepreneurs arabes et israéliens se sont rendus dans la région de la mer Morte pour renforcer l’atelier économique «Peace to Prosperity» organisé par le Bahreïn.

Ils ont exploré les opportunités commerciales, agricoles, touristiques et culturelles en visitant l’usine de Beit HaArava, la plage de Kalia, une galerie d’art et un restaurant marocain.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Avi Zimmerman, fondateur et président de la Chambre de commerce et d’industrie Judée-Samarie (chambre JS), a participé à la tournée; Ashraf Jabari, homme d’affaires palestinien et cofondateur de la chambre JS; Arie Kohen, président du conseil régional des manuscrits de la mer Morte; Orit Hershtig, directeur de la branche tourisme et culture du conseil régional, et un certain nombre de chefs d’entreprise israéliens et palestiniens locaux qui se sont aventurés à explorer de multiples options de coopération dans les domaines du commerce, de l’agriculture et du tourisme.

Tout au long de la journée, la délégation a visité l’usine de Beit HaArava, la plage de Kalia, la galerie Minus 430 et le restaurant marocain «Biankini», situé sur la plage voisine de Biankini.

La tournée a eu lieu moins d’un mois après l’atelier «Peace to Prosperity» organisé par les États-Unis à Bahreïn, au cours duquel Jabari a dirigé une délégation d’une douzaine d’entrepreneurs palestiniens qui ont cherché à discuter des moyens de créer des opportunités commerciales pour la population palestinienne.

Les membres de la délégation palestinienne ont reçu une litanie de menaces pour avoir violé le boycott de l’atelier par l’Autorité palestinienne. À leur retour, l’un d’entre eux, Saleh Abu Mayaleh, n’a été arrêté et libéré que sous la pression des États-Unis. Des policiers de l’Autorité palestinienne sont arrivés chez un autre membre de la délégation qui se cachait depuis.