Des chercheurs de l’Université de Californie (Los Angeles) sont arrivés à la conclusion qu’une maladie infectieuse grave subie dans la petite enfance peut conduire au développement de l’autisme, et la question ici est liée à l’immunité.

Il a déjà été établi que les mutations de certains gènes sont l’une des causes de l’autisme. Par exemple, 40 à 61 % des personnes présentant des mutations du gène Tsc2 souffrent de troubles du spectre autistique. Cependant, tout n’est pas déterminé par les gènes, et d’autres facteurs externes et internes affectent également de manière significative l’apparition ou non de traits autistiques chez une personne présentant une rupture du génome.

Des scientifiques américains ont décidé de tester l’influence de l’un de ces facteurs – une forte infection, subie dans la petite enfance. Au cours de l’expérience, des souris de laboratoire ont été utilisées qui, bien qu’elles ne soient pas autistes au sens plein du terme, se caractérisent par des symptômes autistiques et un comportement social altéré.

Des sujets porteurs d’une mutation génétique, qui peuvent être autistes ou non, ont reçu une injection au troisième, septième et quatorzième jour de vie d’une substance imitant les effets d’une infection virale grave. Après un certain temps, lorsque les souris ont atteint l’âge adulte, elles ont été alternativement placées dans une cage avec une souris qu’elles ne connaissaient pas et qu’elles ont rencontrée. Il s’est avéré que les souris qui ont souffert de « l’infection » se sont comportées comme si elles avaient oublié qui elles avaient vu hier, et leur mode de communication a également changé.

Il s’est avéré que dans le cerveau de ces souris, les gènes associés aux cellules du système nerveux, qui remplissent la fonction immunitaire, ont travaillé plus activement. Ainsi, l’« infection » transférée à un âge précoce a entraîné un choc fort du système immunitaire et fait fonctionner la mutation « autistique ».

🟦 ANNONCE 🟦

Chez l’homme, les chercheurs ont examiné 3 575 462 histoires de cas et ont découvert que les garçons qui avaient une infection grave entre 1,5 et 4 ans avaient un risque 40 % plus élevé de développer des troubles du spectre autistique. Fait intéressant, pour les filles, il n’y avait pas d’association statistiquement significative entre l’infection précoce et l’autisme.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News