L’Israélien Noam Shalev était inquiet lorsqu’une serveuse réfugiée syrienne en Suède a demandé d’où venait le nom « Noam ». Il a répondu «Israël» et s’est précipité vers la sortie. Mais la serveuse et sa sœur l’ont arrêté et l’ont remercié pour le traitement médical d’Israël qui a sauvé leur mère pendant la guerre civile syrienne.

Rappel des faits : Noam Shalev a voyagé en Suède et s’est retrouvé un soir, dans un petit restaurant au coeur de Stockholm.
 » J’ai finis de manger et demande l’addition. La serveuse est venue et je lui ai remis ma carte de crédit qui a soudainement chuté et est tombée au sol. Elle se penche immédiatement puis la ramasse. »
« Puis elle regarde la carte. D’où êtes-vous? D’où êtes-vous? me demande t-elle ? . Je lui répond « Israël », et elle me regarde la bouche ouverte, tremblante et se mettant à pleurer.
En quelques secondes, je disparais, et je me dépêche de ramasser mon manteau et mon chapeau pour trouver la sortie la plus proche parce que je savais qu’en tant que Juif, je me trouvais à ce moment précis dans un environnement hostile.
Mais avant de m’échapper dans la rue gelée, elle revient avec une autre fille en vêtements de cuisine et me pointe du doigt, toujours en pleurs et en tremblant. Je suis déjà en position de fuite, mais je me rends compte qu’il n’y a pas d’hostilité de leur part.
La serveuse me demande pardon, et sa sœur m’explique qu’ils n’ont jamais rencontré un Israélien, et tout ce qu’ils veulent c’est dire « merci ». Apparemment, ce sont des réfugiés de Syrie, et il y a quelques années, leur mère est tombée très malade et était sur son lit de mort.
Au milieu de la nuit, ils ont été emmenés à la frontière avec Israël, et de là pendant trois semaines, leur mère a été soignée à l’hôpital de Safed. Et aujourd’hui, la mère est en bonne santé, vivant avec ses filles dans la banlieue de Stockholm. La serveuse ne se retient pas et appelle sa mère.
Je me retrouve à parler en anglais et en allemand mélangés avec une femme en larmes et qui pleure, et qui ne m’a demandé qu’une chose: remerciez tous vos frères en Israël, pour avoir permit à mes filles d’avoir encore une mère. 
Donc, avec tout le cynisme, notre politique pourrie et la colère constante à propos de beaucoup de mauvaises choses dans mon pays, j’ai dû voyager jusqu’à Stockholm pour me sentir différente. Mais au nom d’une femme syrienne, je vous suis tellement reconnaissante.

Alors merci @ EyalDror4 

Pour rappel , Eyal Dror  était le commandant de l’opération «Bon voisin»qui a sauvé des centaines de syriens.
Apparemment, il y a des gens qui ne le savent pas encore à nos jours…
Opération Bon voisin: un rayon d’espoir
L’histoire d’un Syrien traité en Israël
Cela provient des combattants syriens de 2014 sauvés par Tsahal: la guerre d’à côté,
première partie : 


IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News