La Knesset a approuvé en première lecture un projet de loi limitant le droit des citoyens israéliens de quitter et d’entrer dans le pays pendant une pandémie. Cela s’applique aux frontières aériennes, terrestres et maritimes. Le projet de loi a été soutenu par 24 députés, trois opposés et un abstenu.

«Afin de prévenir une menace pour la santé des citoyens et de renforcer l’opposition à la propagation du coronavirus dans le pays, il est proposé de donner au gouvernement le droit légal de restreindre l’entrée et la sortie d’Israël par voie aérienne, terrestre et par la mer. Le gouvernement peut conditionner l’entrée en Israël à être testée », – a déclaré dans le préambule du projet de loi. En fait, cette situation existe déjà aujourd’hui à l’aéroport Ben Gourion et aux frontières terrestres. La loi le place simplement sur une base légale et autorise la prolongation de la fermeture des frontières.

Pour limiter les atteintes aux droits des citoyens, le projet de loi propose d’introduire une interdiction maximale d’entrée et de sortie du pays pendant 14 jours.

La question de la fermeture de l’aéroport a été soulevée tardivement par le gouvernement, alors que des milliers d’Israéliens ont déjà réussi à partir en vacances dans les Émirats et dans d’autres pays, et plusieurs dizaines d’entre eux ont introduit de nouvelles souches de coronavirus dans le pays. Le cabinet ne s’est réveillé que le 24 janvier, lorsque les médecins ont annoncé la propagation massive de la mutation «britannique» et plusieurs dizaines d’infections à la «souche sud-africaine». A partir de minuit du 25 au 26, Ben-Gurion a été fermé jusqu’à la fin du mois.

Le 1er février, une commission spéciale présidée par le ministre de l’Énergie Yuval Steinitz a publié les critères selon lesquels les citoyens souhaitant rentrer chez eux devraient entrer. Afin d’obtenir un laissez-passer pour le territoire d’Israël, un citoyen du pays doit présenter des documents confirmant son appartenance à l’une des cinq catégories:

🟦 ANNONCE 🟦

1. Références pour un traitement d’urgence, s’il y a un appel de l’hôpital.

2. Se rendre aux funérailles d’un parent au premier degré

3. Référence à un parent au premier degré hospitalisé s’il a été soudainement hospitalisé à la suite d’un accident ou d’une blessure.

4. Envoi au travail, si le rapatrié est un employé nécessaire de l’industrie requise et ne peut pas faire son travail à distance.

🟦 ANNONCE 🟦

5. Envoyés du gouvernement et des entreprises d’État revenant de courts voyages d’affaires, ou envoyés d’État qui ont effectué des missions officielles à l’étranger.

La Commission acceptera également d’envisager des «urgences humanitaires» similaires à celles énumérées aux paragraphes 1, 2 et 3 – sous réserve de la disponibilité des pièces justificatives.

Tous les rapatriés sont tenus de faire un test de coronavirus et un nouveau test à l’atterrissage avant le départ, ainsi que de signer un engagement à purger au moins 10 jours de quarantaine à l’hôtel.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.