Elle chante en anglais, français et espagnol, se produit dans le monde entier avec les Gypsy Kings et l’ensemble Albina et conquiert la France avec la musique arabe. Maintenant, Ishtar (chanteuse Etty Zach) sort « On the Way to the Village », un classique de Rivka Zohar – dans une nouvelle version intéressante en grec et en arabe. « Je n’aurais jamais pensé qu’il y avait une chance que je chante en grec. Qu’est-ce que j’ai à voir avec ça ? Je ne connaissais pas ou ne m’intéressais pas à cette musique et tout à coup j’ai découvert un nouveau monde qui me fait retomber amoureuse « , dit-elle dans une interview sur la chanson. « Cela ressemble au moment avant Albina où j’ai inventé un nouveau genre sans même que nous le sachions et sans avoir jamais chanté en arabe auparavant. Je ressens la même chose maintenant avec la poésie grecque et l’intégration ethnique avec l’arabe. Une magie se produit ici qui ressemble à un premier amour. »

La chanson apparaîtra dans une nouvelle performance originale accompagnée par l’Orchestre symphonique de Raanana dirigé par David Krivosha avec les meilleurs classiques grecs et les grands succès d’Ishtar – cette fois en grec et en arabe, elle sera jouée dans une variété de salles culturelles (23 décembre au Rishon Lezion Hall of Culture, le 3 janvier à l’Ashdod Au Heichal Hatarbut à Kiryat Motzkin) bien que pour la plupart des Israéliens, la musique grecque soit généralement des tavernes, des tables avec de l’ouzo renversé et des assiettes blanches qui se brisent sur le sol.

« Je le pensais aussi à propos de cette musique mais j’ai découvert tout un monde de chansons et de musique classique riche et cela a brisé beaucoup de stigmates pour moi. Et bien sûr, je m’apporte avec l’ethnicité et l’arabité et je crois que cette combinaison engendre quelque chose de nouveau et charmant et le ciel est la limite. »

Comme bon nombre de musiciens et d’artistes, les programmes d’Ishtar ont été interrompus pendant le Corona. Elle a été photographiée pour la série sur Netflix et le tournage a été arrêté et n’est pas encore revenu, elle était censée se produire à travers l’Europe après une tournée réussie aux États-Unis et au Canada, mais les ennuis n’ont fait qu’empirer. « Je suis retournée en Israël et lors d’un repas de famille, ma sœur a infecté toute la famille du Corona », dit-elle. « J’étais malade à la maison et mon père a été hospitalisé sur le parking de l’hôpital Rambam. Je parlais toute la journée au téléphone avec un infirmier incroyable nommé Muhammad. Il mettait son téléphone à l’oreille de papa et je chantais pour lui pendant des heures et pleurais et Muhammad pleurait avec moi. Alors que je me rétablissais, je suis monté dans la voiture d’Eilat à Haïfa et je n’ai pas quitté le service corona avant que mon père ne parte en rééducation. J’ai vraiment fait du bénévolat et je faisais partie de l’équipe incroyable et dévouée. Nous avons traversé une période insupportablement difficile et aujourd’hui, papa est comme un choc de combat, mais Dieu merci, il s’en est sorti sans aucun dommage médical. »

🟦 ANNONCE 🟦

Qu’avez-vous appris de tout ce temps ?

« C’est dommage que la fraternité et la solidarité des arabes pour les juifs comme je l’ai vu dans le département de Corona ne s’expriment pas à l’extérieur. Que le discours dans les médias et la politique soit de la haine. Je n’ai jamais connu d’antisémitisme ou de racisme parce que Je suis juive et israélienne et je n’ai jamais caché mon identité. « Quand la chanson ‘Swah’ a joué pendant trois mois à la première place du monde arabe, sans parler du département corona et ma vie …il y a beaucoup plus en commun entre nous. » Et pourtant, dans l’opération Wall Guard, il y a eu des émeutes ici qui viennent nous séparer.Ça m’a fait mal au cœur. Quelque chose d’effrayant se passe ici et le monde change. Personne ne crie même Stop un instant. À mes yeux, tout est un effet des réseaux sociaux.  »

Malgré le succès international, en Israël, Ishtar n’a jamais été en mesure d’entrer dans le courant dominant israélien. En 2009, elle semblait être un moment avant une énorme percée grâce à « Together », le duo immortel avec Kobi Peretz qui a été l’une des chansons les plus réussies de l’année et a même remporté un prix international à New York. Mais Ishtar n’a pas profité de l’élan et depuis lors, toutes les quelques années, elle peut revenir avec un nouveau projet mais laisse surtout un sentiment de plus et parfois même de raté. « Je n’ai personne à blâmer à part moi-même, je n’ai pas vécu ici depuis 28 ans. Il y a quelques années, j’ai sorti un album en hébreu intitulé ‘Or’ que mon mari et les managers m’ont dit de ne pas sortir mais je leur ai dit que c’était pour mon âme et ils avaient raison – l’album n’a pas fonctionné. »

Restez vous en contact avec Koby ?

🟦 ANNONCE 🟦

« Nous ne sommes pas en couple mais il est comme un frère pour moi. Quand il est allé en prison, je lui ai envoyé un message pour ne pas éteindre la lumière et je l’ai soutenu lui et sa femme et j’ai beaucoup de respect pour lui.

« Hier j’ai été interviewé pour la chaîne musicale française. J’ai choisi Albina pour une chanson qui est restée d’actualité au fil des années. J’espère finir le tournage de la série sur Netflix, j’ai une tournée en Bulgarie et des concerts en France, ce week-end je suis en enregistrement pour un énorme projet qui sort en France dont je ne peux pas parler. « Et élever les enfants ici en Israël à côté de la famille et avec les valeurs avec lesquelles j’ai grandi. Croyez-moi, à la fin, je chanterai en espagnol, français et grec, mais je ne rêve qu’en hébreu. »