24h/24 et 6j/7 : Vous souhaitez rester informé ? Rejoignez les fils d'actualités sur Facebook Rejoignez notre page Facebook.

L’image des navires reflétés au large des côtes d’Ashdod est spectaculaire à l’œil, mais raconte une histoire douloureuse sur le problème des embouteillages dans les ports maritimes qui sont récemment devenus plus longs que jamais. Apparemment, un record absolu et pour un tel record, aucun prix n’est reçu, au contraire, les amendes sont payées en espèces de la poche de tous les résidents du pays.

L’absurdité est qu’il y a trois quais disponibles où vous pouvez décharger plus de marchandises, accélérant ainsi le déchargement des conteneurs … et nous connaissons aussi beaucoup d’Ashdodites qui seraient heureux d’être des travailleurs portuaires, de retrousser leurs manches et de libérer les embouteillages, alors quel est le problème ?

Depuis de nombreux mois maintenant, ils font partie intégrante du paysage ashdodite – un très long convoi de navires qui encadrent le paysage de la mer d’Ashdod comme un cadre.

Mais la photo qui peut être belle pour Instagram, raconte une autre histoire. Moins pastoral et plus douloureuse et ennuyeuse –

🟦 ANNONCE 🟦

Il s’agit d’un énorme embouteillage de navires en attente trop longue et excessive à toute échelle, pour décharger au port d’Ashdod.

Les navires qui attendent plus d’un mois pour être déchargés créent des embouteillages qui affectent réellement l’économie à propos de chacun de nous.

Des dizaines de navires font simplement la queue pour que le port fasse de la place aux travailleurs du port pour décharger leurs marchandises destinées aux résidents israéliens.

Les embouteillages et les retards affectent notre coût de la vie même dans les produits les plus basiques.

🟦 ANNONCE 🟦

Pour chaque navire céréalier, par exemple, les importateurs paient des amendes aux compagnies maritimes d’un montant de deux à quatre millions de shekels en moyenne, en plus du coût de location du navire, qui représente un autre million de millions par navire. Ce montant est cumulé au coût du pain uniforme au supermarché, au coût de la brique de lait, du cottage et du poulet.

Alors que l’économie est également confrontée à une guerre en Ukraine, qui transforme le blé et d’autres céréales et produits céréaliers en or convoité dans le monde entier, nous sommes également confrontés à des temps d’attente dans les ports israéliens. Il y a aussi des navires qui sont arrivés dans les eaux israéliennes il y a un mois, voire un mois et demi, et qui n’ont même pas encore commencé le processus de déchargement.

Il s’avère que le prix du transport maritime de la Chine vers Israël est supérieur de plusieurs dizaines de pour cent aux prix du transport de la Chine vers la Turquie ou l’Italie. Tout cela à cause des frais d’attente des navires en Israël.

Ce n’était qu’une question de temps avant que cette nouvelle ne parvienne également aux fournisseurs du monde entier et maintenant, en raison des retards importants et de la congestion, certains ne souhaitent pas expédier des marchandises vers ce pays. Les importateurs préviennent qu’à l’approche de Pessah, la situation pourrait s’aggraver.

« Le nom du port d’Ashdod a mal tourné, et mon fournisseur n’est pas intéressé à envoyer là-bas », a écrit un importateur israélien sur Twitter cette semaine. « Libérez-nous de cet étouffement !

En effet, d’autres importateurs sont confrontés à un problème similaire. « Les fournisseurs ont beaucoup de mal à trouver des armateurs qui accepteront de venir en Israël », explique un importateur israélien. « Nos fournisseurs de Turquie disent qu’il est inconcevable qu’une croisière de la Turquie à Israël ne prenne que 36 à 48 heures, mais attende ensuite à l’extérieur des ports pendant environ un mois.

Les parties prenantes blâmeront le corona pour la situation et le fait que les marchandises sont bloquées dans leur pays d’origine, mais plus de 70 navires sont bloqués devant les ports israéliens, pas en Chine. Des milliards de shekels de marchandises attendent d’être déchargés.

Adjacent et au nord du port d’Ashdod, le nouveau port privé a été construit au coût de cinq milliards de shekels sur fonds publics… mais il est presque vide car les files d’attente à l’ancien port gouvernemental s’allongent. Le nouveau port est encore en phase de construction, mais il peut déjà être utilisé aujourd’hui si on le souhaite et si l’ancien port adjacent n’y mettra pas les pieds.
Même à l’avenir, il semble que les travailleurs des anciens ports rendront difficile pour les nouveaux de participer au travail à leur place.

L’absurdité est qu’il y a trois quais disponibles où plus de marchandises peuvent être déchargées, accélérant ainsi le rythme de déchargement des conteneurs. Le gouvernement a besoin de l’approbation de la Histadrut pour ouvrir les quais, car il y a quatre ans, il a été convenu entre les parties que les trois quais ne seront ouverts que dans environ 10 ans – le nombre de conteneurs dans les ports israéliens s’élevant à 4,9 millions.

Pourquoi le déchargement dans les ports gouvernementaux est-il si lent et quelles sont les propositions pour améliorer la situation ?

Lorsque la décision a été prise d’établir deux nouveaux ports privés il y a 14 ans, les ports gouvernementaux craignaient la concurrence et le déclin de l’activité et n’ont donc reçu presque aucun nouveau travailleur, de sorte que le nombre de ports gouvernementaux (recevant des salaires élevés et intéressants) n’a pas augmenté de manière significative à mesure que le fret entrant fortement augmenté.
Le président du Syndicat des travailleurs des transports de la Histadrut, Avi Edri, affirme que la Histadrut est prête à ouvrir les accords signés avec l’État pour trouver une solution à l’embouteillage.

Il a dit avoir suggéré qu’avant l’ouverture des nouveaux quais, les ports gouvernementaux auraient la possibilité d’augmenter le déchargement des marchandises générales sur les quais existants.

Si l’embouteillage persiste, Edri suggère que les trois nouveaux quais ne seront pas automatiquement transférés aux concessionnaires existants (SIPG chinois dans le port du Golfe et TIL suisse dans le port sud), mais seront exploités par les travailleurs des ports de Haïfa et d’Ashdod, ou l’Israel Ports Company (HNI), propriétaire de la zone, publiera un appel d’offres pour la sélection d’un opérateur.

« Les travailleurs portuaires du gouvernement ont l’expérience et les connaissances nécessaires pour décharger des marchandises générales. Il n’y a aucune raison pour qu’ils ne fassent pas fonctionner les quais  » , dit-il.

Une solution consiste à recruter des salariés permanents, mais il s’agit d’un processus complexe qui passe par des accords collectifs, ce qui est hors de question lorsque les deux ports sont en train de gagner en efficacité et ont signé des accords pour réduire le nombre d’employés.

Une autre option consiste à recruter des intérimaires pour les travaux portuaires, mais une source gouvernementale affirme que « les intérimaires n’existent pas. Ils deviennent permanents, surtout lorsqu’ils doivent devenir des professionnels ». Selon une autre source, la période de formation d’un employé est de plusieurs mois, il vaut donc la peine d’attendre l’ouverture des nouveaux ports, qui formeront eux-mêmes les employés. D’un autre côté, il y a ceux de l’industrie qui proposent de former des travailleurs maintenant – afin qu’ils puissent travailler dans les nouveaux ports sans période de formation.

La possibilité de former des travailleurs qui se déplaceront dans de nouveaux ports à l’avenir est également hors de propos, car dans les nouveaux ports, le déchargement et le chargement se feront beaucoup plus automatiquement ; De plus, l’utilisation de l’équipement des nouveaux ports dans le but de réduire la charge sur les anciens ports n’est pas possible – car il n’y a pas de place pour placer les grues.

L’Association des fabricants a proposé d’ajouter une ou plusieurs équipes par semaine aux travailleurs du port, moyennant des frais – et affirme que les organisations de travailleurs ont exprimé leur volonté de le faire. Selon le président de l’association, Tomer, « c’est comme une réserve ».

Nous connaissons en fait beaucoup d’Ashdodites qui seraient heureux d’enregistrer pour travailler au port. Cela contribuera non seulement à eux, mais aussi à l’économie de la ville et, comme mentionné, à l’économie de l’État d’Israël.

Le ministère des Transports a déclaré :

« Au cours des deux dernières années, à la suite de l’épidémie de Corona, de nombreuses perturbations se sont produites sur toutes les routes commerciales et logistiques mondiales, ce qui a entraîné une congestion exceptionnelle dans les ports du monde entier, y compris en Israël.

Le ministère a chargé de renforcer les ports avec des dizaines de travailleurs externes supplémentaires, afin de pallier la congestion créée.

« La file d’attente opérationnelle devrait être considérablement réduite avec la pleine maturation de l’activité dans les nouveaux ports, d’une manière qui dirigera les travailleurs pour décharger les marchandises générales dans les ports d’Ashdod et de Haïfa. »

Tout le monde parle et propose mais en attendant, les embouteillages des ports concurrencent comme ceux de l’échangeur d’Ayalon.

 

Apres plus de 10 années sur le Net, la société de médias Alyaexpress-News qui gère les sites Infos-Israel.News, Rak Be Israel, CQVC, et Ougasheli pourrait fermer d'un jour à l'autre.

NOUS N'AIMONS PAS DEMANDER DE DONS A NOS LECTEURS, NI RENDRE NOS ARTICLES PAYANTS COMME DE NOMBREUX SITES AUJOURD'HUI. MAIS NOUS SOMMES FACE AU MUR ! 

C'est un travail de tous les jours, avec une information réactive à l'actualité, nous aimons ce que nous faisons car notre seul objectif est de défendre Israel et d'informer notre public francophone , mais nous n'arrivons plus à boucler le paiement des charges depuis le début de cette satané pandémie et nous avons besoin d'une aide (même petite) mais régulière ! Aidez nous !

POUR UN DON LIBRE

 

POUR UN DON MENSUEL 

 

Merci à tous. Toute l’équipe d'Infos Israel.News.

 

SUIVEZ L'INFORMATION EN CONTINUE AUSSI SUR NOS SITES CQVC.ONLINE, ALYAEXPRESS-NEWS ET RAKBEISRAEL

(Cliquez sur le nom du site pour découvrir d'autres infos inédites)