Le paludisme à Plasmodium (le parasite responsable du paludisme), résistant aux principaux médicaments utilisés pour traiter cette maladie dangereuse, s’est propagé dans six pays d’Asie du Sud-Est. Une nouvelle forme résistante de Plasmodium est apparue en Afrique et, avec l’aide de porteurs de moustiques, a commencé à se propager davantage dans le monde.

Dans le nord de l’Ouganda, des chercheurs ont découvert une nouvelle forme de paludisme difficile à traiter avec des dérivés de l’artémisinine, le principal traitement de la maladie. Lors de tests d’échantillons sanguins de patients qui n’ont pas été aidés par les médicaments, il s’est avéré que les parasites ont un certain nombre de mutations spécifiques qui assurent leur résistance aux médicaments.

L’OMS estime qu’il y a eu environ 229 millions de cas de paludisme signalés dans le monde en 2019, entraînant 409 000 décès. La thérapie combinée à base d’artémisinine, recommandée pour le traitement dans tous les pays où le paludisme est endémique, a jusqu’à récemment contribué à contenir l’épidémie. Cependant, des parasites résistants à l’artémisinine se sont propagés en Asie du Sud-Est au cours des 10 dernières années, pénétrant dans la région depuis le continent africain.

Les experts tirent la sonnette d’alarme car 90 % des cas et des décès liés au paludisme sont désormais signalés en Afrique, et l’émergence de la résistance à l’artémisinine constitue une menace sérieuse pour la lutte contre le paludisme dans le monde. Il n’existe actuellement aucune alternative aux dérivés de l’artémisinine.

Les scientifiques considèrent le non-respect du schéma thérapeutique et la consommation excessive de médicaments comme la principale version de l’émergence de parasites résistants au traitement. Le mécanisme est le même qu’avec la surconsommation d’antibiotiques, ce qui conduit à l’émergence de formes de microbes de plus en plus résistantes.

🟦 ANNONCE 🟦

Cet été également, des experts de la London School of Hygiene and Tropical Medicine ont rapporté que le changement climatique et le réchauffement climatique ont déclenché une propagation plus rapide du paludisme et de la dengue transmis par les moustiques.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News