Quatre mois après le début de la chute de « Bereshit » sur la Lune, les personnes qui l’ont construite ont découvert qu’ils avaient peut-être des passagers cachés que se nomme des tardigrades.

Résultat de recherche d'images pour "Nova Spivack"

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

L’homme qui les a envoyés sur le premier vaisseau spatial israélien explique pourquoi il l’a fait, afin de vérifier auprès d’un microbiologiste s’ils peuvent survivre dans cet environnement.

« Nous n’avons pas informé l’association SpaceIL que nous avions ajouté des tardigrades au vaisseau spatial au début, car nous ne voulions pas causer de problèmes. C’était une décision de dernière minute. » C’est ce que dit Nova Spivack, la personne qui prétend avoir envoyé des êtres vivants sur la lune, lors d’une conversation avec NEXTER.

Nova Spivack qui tient une organisation à but non lucratif a lancé sur le premier véhicule spatial israélien, un disque contenant des dizaines de millions de pages de culture humaine et de connaissances en gravures minuscules, et a fait un don en échange de l’envoi de cette cargaison dans l’espace.

Cette semaine, il s’est avéré qu’il réalisait lui-même une expérience scientifique. Selon lui, la colle qui reliait les différentes couches du disque à bord de la sonde contenait des milliers de tardigrades desséchés. Ce sont de minuscules créatures d’environ un millimètre qui peuvent se dessécher, survivre pendant de nombreuses années dans des conditions extrêmes, puis être ravivées avec de l’humidité. Sur le chemin, il y a aussi un échantillon d’ADN de Spivack lui-même et 24 autres personnes d’origines diverses.

Cependant, les ingénieurs de SpaceIL et de Bereshit ne savaient pas qu’ils envoyaient ces créatures dans l’espace et ils craignaient cette expérience. Les membres de l’association en ont entendu parler cette semaine de cette affaire, quatre mois après le crash de Bereshit , l’information a été publiée dans les médias. L’association a répondu: « Nous n’avons aucun moyen de commenter les choses publiées. Sans surprise, de nombreux facteurs cherchent à participer au succès de la mission de Bereshit.  »

Spivack a reconnu qu’il l’avait fait sans les informer, mais il a expliqué: « Cela a été fait de manière claire et nette, et il n’y avait aucun moyen d’infiltrer l’engin spatial ou la lune, car il n’y avait pas d’atmosphère et ils ne pouvaient pas se reproduire. Nous ne sommes pas les premiers à le faire.  » Selon lui, cette expérience, qui a été faite derrière le dos du personnel de Bereshit, aide Israël. « C’est le premier Etat à débarquer des créatures vivantes sur un autre corps céleste », a-t-il expliqué.

L’annonce de l’expérience par Spivak quatre mois après le crash soulève certaines questions. Il a également dit qu’il n’était pas sûr de vouloir révéler cette information maintenant à cause de la discussion que cela allait déclencher, affirmant qu’il comprenait la confusion ou la colère des médias israéliens et que, s’il y avait de la colère, il fallait la lui signaler, mais pas envers SpaceIL.

Le disque censé transporté ces tardigrades est maintenant quelque part dans la lune, mais il est impossible de savoir exactement les affirmations de Spivack car elles ne peuvent pas être vérifiées. Mais en supposant qu’il ait essayé de le faire, est-ce biologiquement possible ?

« Des tardigrades séchés ont été exposés à un espace ouvert (rayonnement, vide) pendant 10 jours », a déclaré Oren Oster, diplômé en microbiologie et spécialiste des sciences , à propos d’une expérience à plus petite échelle sur ces créatures, « en 2007, des tardigrades de deux espèces ont été envoyés en mission depuis l’Agence spatiale européenne FOTON-M3, tous les tardigrades  ont été exposés au vide spatial et aux rayonnements cosmiques, certains d’entre eux également au rayonnement violet. La plupart des individus exposés au vide ont survécu et ont également pondu.

« Nous pouvons dire que les tardigrades, dans leur état déshydraté, sont très durables. C’est un animal qui a survécu aux adaptations dans des conditions environnementales difficiles, puis qui » reprend vie « lorsque l’humidité et les conditions sont réunies. Cette caractéristique lui a permis de survivre dans des conditions difficiles de radiation, de différences de température pendant longtemps. Cependant, nous ne savons pas exactement dans quel état se trouve les tardigrades, si l’outil dans lequel ils ont été conservés reste intact et les protège des conditions rudes ou des écrasements, si jamais ils seront retrouvés et quand. Protégés contre le rayonnement violet, je suppose que leurs chances de survivre jusqu’à présent sont négligeables. Donc, pour le moment, c’est surtout une question difficile à aborder.  »