Les mères infectées par COVID-19 peuvent transférer la maladie au placenta et au bébé, entraînant une mortinatalité, selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’hôpital universitaire Samson Assuta à Ashdod.

Dans certains cas de mortinatalité, un niveau plus élevé du virus a été trouvé chez le fœtus même que chez la mère malade. Et, dans tous les cas, des dommages substantiels au tissu placentaire ont été trouvés.

L’étude a été dirigée par le professeur Eran Barzilay, chef de l’unité d’échographie obstétricale et gynécologique d’Assuta. Il a expliqué que, selon plusieurs études menées à l’échelle internationale, le risque de mortinatalité pendant la grossesse double chez les femmes atteintes de coronavirus par rapport à celles sans la maladie . Cependant, jusqu’à présent, aucune étude n’a été menée sur les causes.

L’équipe a commencé par identifier quatre femmes, des patientes d’Assuta, dont les fœtus étaient morts en même temps qu’ils recevaient un diagnostic de virus. Ils ont ensuite effectué des tests pathologiques sur le placenta et ont effectué des tests PCR sur la mère, le fœtus et le placenta. Dans tous les cas, ils ont vu que le virus avait infecté le placenta et le bébé, causant même de gros dommages au tissu placentaire, ce qui, selon Barzilay, était la raison de la mort du fœtus.

« Il existe plusieurs virus qui peuvent provoquer une infection du fœtus lorsque la mère est infectée », a déclaré le professeur. « Mais nous n’avons jamais vu ce genre de dommages au placenta à cause d’un virus. Cela semble être quelque chose de spécifique au coronavirus . »

🟦 ANNONCE 🟦

Ce qui était surprenant, a-t-il ajouté, c’est que « même si la mère avait une maladie très bénigne et des symptômes bénins et que son test PCR était positif mais montrait de faibles niveaux d’infection virale, le placenta avait une charge virale élevée ».

Les chercheurs ont comparé les placentas des femmes qui ont perdu leur bébé avec ceux de celles qui ne l’ont pas fait mais qui ont également reçu un diagnostic de COVID et ont découvert qu’il n’y avait pas de coronavirus dans les placentas qui ont nourri les bébés vivants.

« On peut dire que l’infection a causé la mort du fœtus et qu’elle a été causée directement par le placenta », a déclaré Barzilay.

Aucune des femmes qui ont perdu leur bébé n’a été vaccinée.

🟦 ANNONCE 🟦

L’étude a été acceptée pour publication par l’International Journal of Gynecology and Obstetrics.

Barzilay a déclaré que la mortinatalité est très rare, donc même si elle se multiplie par deux, elle n’a pas d’impact significatif sur la population. Cependant, elle a dit que c’est une autre raison pour les mères de se protéger de la maladie.

Il a ajouté que COVID-19 peut présenter un risque sérieux pour les femmes enceintes, en particulier au cours de leur troisième trimestre, et que le pays et le monde ont vu de nombreuses femmes enceintes développer sérieusement la maladie. Ces femmes étaient souvent contraintes d’accoucher prématurément, ce qui pouvait entraîner des problèmes de développement ou même mettre leur vie en danger.

Une autre étude a révélé que les femmes qui se font vacciner peuvent transmettre une certaine immunité à leurs nouveau-nés . Barzilay a déclaré que bien qu’il y ait peu de cas de bébés développant une maladie grave, se faire vacciner donne aux nouveau-nés « un avantage supplémentaire »