Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.
Je suis né en 1960 en Ukraine, qui faisait alors partie de l’Union soviétique, dans la ville de Dnepropetrovsk. Mon défunt père, Vladimir Shyfrin, était professeur de métallurgie. Ma mère, Eugenia Alexandrovskaya, était ingénieur. Notre famille vivait dans un appartement semi-souterrain comprenant une chambre et une cuisine.
Mes parents n’avaient pas les moyens d’acheter une voiture ou un appartement plus grand. Cependant, ils ont toujours trouvé le moyen de garder la maison pleine de livres.
J’ai été élevé dans une société athée et je ne savais rien du judaïsme et de la Torah. J’ai passé mes trois dernières années d’école dans une classe spéciale de physique et, pendant deux années consécutives, j’ai remporté la compétition olympique de physique entièrement ukrainienne. 
Malgré ces résultats académiques et le fait que j’ai obtenu 24/25 à l’examen d’entrée (la condition d’entrée était de 13), j’ai été rejeté de l’Institut de physique et de technologie de Moscou. Cela s’est produit parce que je suis juif. Ensuite, j’ai postulé à l’Institut de l’acier et des alliages de Moscou au département de chimie physique. 
Après avoir obtenu mon diplôme universitaire, j’ai été envoyé travailler à l’usine métallurgique Dniprosptetsstal à Zaporizhye, une ville du sud de l’Ukraine. J’ai déménagé là-bas avec ma femme et mon fils et j’ai commencé ma carrière à l’usine en tant que contremaître du four électrique à arc. C’était assez réussi; en trois ans, je dirigeais déjà un millier d’employés. En 1991, j’ai terminé mon doctorat en chimie physique de la métallurgie et en 1993, dix ans après avoir obtenu mon diplôme, j’ai quitté l’usine et créé ma propre entreprise.
J’ai rencontré un rabbin pour la première fois de ma vie en 1996, à Kiev. Je me suis impliqué dans une organisation caritative juive et, par conséquent, j’ai construit une synagogue et un centre éducatif juif dédié à mon défunt père à Kiev. J’étais cependant encore loin du judaïsme. 
En 2002, un problème de santé a changé ma vie. Tout à coup, les questions existentielles ont commencé à me déranger et j’ai senti que si je n’y répondais pas, je ne pourrais pas avancer. Mon rabbin m’a conseillé de me rapprocher de D.ieu et de commencer le processus de retour spirituel: Techouva.
J’ai étudié les Saintes Écritures ainsi que les coutumes et traditions juives, mais mon esprit scientifique m’a poussé à poser certaines questions. Il semblait que la Torah et la science moderne étaient en totale contradiction l’une avec l’autre. Les sources existantes ne m’ont pas aidé à résoudre ce conflit apparent. Comme ce n’était pas dans mon caractère de reculer, j’ai décidé d’essayer de répondre moi-même à mes questions. C’est ainsi que mon voyage dans le monde de la Kabbale et de la science a commencé.
J’ai exploré la Torah et la Kabbale et révisé la littérature scientifique. J’ai appris l’hébreu pour pouvoir lire la Sainte Écriture dans sa langue d’origine. En conséquence, j’ai publié un certain nombre de commentaires de la Torah sur le site Web Chabad.org et écrit un livre De l’infini à l’homme: idées de base de la Kabbale dans le cadre de la théorie de l’information et de la physique quantique (également disponible sur Amazon.co.uk)
Trois questions importantes ont constamment alimenté ma quête de vérité:
Pourquoi la science et la religion?
La littérature existante sur la science et la religion parle souvent de leur contradiction ou de la nécessité de les réconcilier. Je considère que cette approche est erronée. À mon avis, il ne peut y avoir aucune contradiction entre la science et la religion car les deux sont des révélations d’un D.ieu. S’il nous apparaît qu’il y a des contradictions, cela signifie que notre connaissance est soit fausse, soit incomplète.
La méthode scientifique consiste à trouver des modèles, à les exprimer mathématiquement et à faire des prédictions sur leur base. Mais la science ne peut souvent pas expliquer pourquoi certains phénomènes se produisent. De plus, la science est moralement neutre. Le fait que 2 x 2 = 4 ne peut être considéré comme bon ou mauvais.
La science ne répond pas non plus aux questions fondamentales de notre vie: pourquoi sommes-nous ici (et d’où la fameuse question de Leibniz: pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien)? Comment devrions-nous vivre? Pourquoi le monde fonctionne-t-il d’une manière qui nous rend condamnés à mourir? Qu’est-ce que l’âme? Que nous arrive-t-il après la mort? Et bien d’autres questions.
La Torah et la Kabbale ne sont pas des manuels de physique. On ne peut pas s’attendre à y trouver des formules. Cependant, ils contiennent les idées fondamentales sous-jacentes à la réalité. Par conséquent, je crois que la science et la religion se complètent.
Au cours des deux derniers siècles, le rôle de la science dans la société a radicalement changé. Il a quitté les portes closes des universités et est devenu public. Mais il a également subi des changements qualitatifs. Nous pouvons appeler la science d’avant le 20e siècle «la science du bon sens». Mais la nouvelle physique du XXe siècle – physique quantique, relativité, théorie de l’information – nous a emmenés au-delà du raisonnement logique. Nous ne pouvons pas comprendre l’espace-temps à quatre dimensions. Nous ne pouvons pas comprendre que le temps est relatif. Nous ne pouvons pas comprendre qu’une particule puisse se trouver simultanément dans différents points de l’espace. Il n’y a aucune explication prouvée de ces phénomènes.
La dernière fois qu’un compte rendu exhaustif de la relation entre le judaïsme et la science a été donné, c’était par le grand Maïmonide il y a 800 ans. Depuis lors, notre corpus de connaissances scientifiques s’est considérablement développé. Je pense qu’il est grand temps d’examiner la relation entre le judaïsme et la science du 21e siècle.
La principale différence entre la Kabbale et la science réside dans leurs objets de considération. La science traite de notre univers, alors que la Kabbale le considère comme une partie de toute la création. Par conséquent, la Kabbale explore non seulement les interactions entre les entités de notre univers, comme la science, mais aussi leur relation avec leur Source. Cela change la donne. Je développerai cette idée dans d’autres articles.
Pourquoi la Kabbale et la science, pas la philosophie et la science?
Traditionnellement, les penseurs juifs étaient divisés en deux catégories: les philosophes et les mystiques. 
La philosophie juive s’est épanouie dans les Yeshivas de Babylone. L’une des figures les plus éminentes des yeshivas babyloniennes était Sadia ben Yosef (Saadia Gaon), qui a écrit le livre Croyances et opinions. Après la disparition des communautés juives babyloniennes, la tradition philosophique a été poursuivie par la communauté juive espagnole. De là sont venus Yehuda haLevi, Abraham ibn Ezra, et enfin, le plus grand de tous, Moshe ben Maimon (Maïmonide), qui a écrit Le Guide pour les Perplexes au 12ème siècle.
Le mysticisme juif est bien plus ancien que cela. Il est né avec le judaïsme et n’a jamais cessé d’exister. Le livre de base de la Kabbale, Sefer Yetzira, est attribué à notre ancêtre Abraham. Au 1er siècle de notre ère, un autre ouvrage fondateur de la Kabbale fut produit. C’était Bahir, attribué au rabbin Nehunia ben Hakanna. La Kabbale originale est née en Provence du 12ème siècle. Les kabbalistes les plus éminents de cette époque étaient Abraham ben David et Isaac l’Aveugle. Après cela, il a prospéré en Espagne et a culminé avec la publication du Zohar par Moïse de Lyon au 13ème siècle. Suite à l’expulsion des Juifs d’Espagne à la fin du XVe siècle de notre ère, le centre de la pensée kabbalistique s’est déplacé à Safed dans le nord d’Israël. Itzhak Luria (Ari haKadosh), Moshe Cordovero, Yosef Caro, Haim Vital et bien d’autres y ont produit leurs œuvres.
Il est important de noter que, alors que les philosophes juifs étaient des gens scientifiquement éduqués, les mystiques n’étaient pas familiers avec la science ou même méfiants. Ils tiraient leurs idées des Saintes Écritures et des révélations mystiques. 
Le mot mystique se traduit du latin par «anti-scientifique, irrationnel». Mais de mon point de vue, la science du 21e siècle peut aussi être considérée comme mystique et irrationnelle. En étudiant la Kabbale et la science, j’en suis venu à la conclusion que la vision kabbalistique de la création résonne profondément avec les théories de la science contemporaine et peut ainsi apporter un aperçu de ses énigmes. Je développe cette idée dans mon livre Infinity to Man. L’écrire était une expérience propre. J’ai essayé de montrer que des gens qui n’étaient pas familiers avec la science et qui tiraient leurs idées uniquement de la Sainte Écriture et des révélations mystiques ont produit un enseignement qui peut approfondir notre compréhension des défis scientifiques contemporains.
Afin d’archiver l’objectif de réunir la Kabbale et la science, il était nécessaire de leur trouver un langage commun. Je suis convaincu que le seul langage de la Création est l’information. 
Pourquoi tout cela est-il important aujourd’hui?
Au XIXe siècle, après la chute des murs du ghetto, le processus de la Haskalah, les Lumières juives, a commencé. D’une part, cela nous a donné Freud et Einstein, ainsi que des milliers d’autres scientifiques talentueux, médecins, avocats, etc. Mais d’autre part, de nombreuses personnes ont perdu leur identité juive à cause de l’assimilation. Je pense que cela s’est produit principalement parce qu’ils ne pouvaient pas relier les paradigmes des Saintes Écritures et ceux du monde nouvellement ouvert. 
Actuellement, le processus d’assimilation se poursuit. J’étais moi-même un représentant typique des Juifs instruits sans aucune connaissance religieuse. Je considère qu’il est de la plus haute importance d’aider nos frères et sœurs à revenir à leur foi en leur montrant que le développement scientifique ne nie nullement ses principaux postulats. C’est ce que j’ai cherché à réaliser avec mon livre . Je ne sais pas si je réussirai ou non, mais je pense que même si cela aide même un juif à revenir, ma mission sera complète. 
Pour acheter le livre d’Eduard Shyfrin «De l’infini à l’homme: les idées fondamentales de la Kabbale dans le cadre de la théorie de l’information et de la physique quantique», veuillez cliquer ici .   
Pour acheter le livre d’Eduard Shyfrin ‘Travels with Sushi in the Land of the Mind’, veuillez cliquer ici .

🟦 ANNONCE 🟦

   
Inscrivez vous au RSS
Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://rakbeisrael.buzz/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://rakbeisrael.buzz/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): [email protected]

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : [email protected]

Abonnez vous à notre Newsletter à Infos-Israel.News

🟦 ANNONCE 🟦

IMPORTANT :

Nous subissons actuellement une censure abusive de notre Page Facebook . Par sécurité nous avons mis en ligne une autre Page de secours, veuillez la liker et la faire connaitre à vos amis et proches au cas ou l'actuelle sera fermée.

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael
Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !