24h/24 et 6j/7 : Vous souhaitez rester informé ? Rejoignez les fils d'actualités sur Facebook Rejoignez notre page Facebook.

Le Japon, contrairement à la plupart des pays du monde, n’a pas fermé ses frontières, n’a pas mis en place de « verrouillage », n’a pas fermé d’écoles, d’entreprises et de parcs – et a même fait très peu de tests sur le COVID-19. Un état d’urgence a été déclaré dans le pays pour une courte période et a été déclaratif – le gouvernement a appelé les citoyens à rester chez eux sans imposer de sanctions pour avoir désobéi à cet appel.

Cependant, depuis le début de l’épidémie, moins d’infections ont été signalées dans un 150 millionième pays avec une plus de population très âgée que dans le petit Israël, la mortalité pour 100 000 personnes est quatre fois inférieure à la nôtre, et des tests sélectifs d’anticorps ont montré que même à Tokyo, surpeuplée, où les gens voyagent dans la ville dans des trains bondés; seulement 0,1% de la population souffre de coronavirus.

Le monde se demande comment les Japonais ont réussi, quel est leur secret pour affronter avec succès ce nouveau ennemi mondiale sans que des mesures draconiennes ne détruisent l’économie. Le correspondant de BBCNews, Rupert Wingfield-Hayes, a rassemblé des réponses possibles à cette question.

Son article a plus d’hypothèses que de faits. Ce n’est pas sans évoquer la culture particulière des Japonais, d’obéir aux instructions du gouvernement sans besoin de menace ou de sanctions et par le fait que porter des masques dans les lieux publics existe depuis cent ans, entraînant  une prévalence relativement faible des «facteurs à risque» comme l’ obésité et maladies cardiaques – ainsi que des hypothèses sur l’existence de résidents du Sud-Est Asie qui avec une certaine «d’immunité historique» au coronavirus – mais il existe également des informations selon lesquelles il est logique de prêter attention aux résidents et aux gouvernements d’autres pays.

Aujourd’hui, la Knesset discute de la limitation du nombre de visiteurs dans les salles de banquet, les bars, les clubs et les synagogues. Les médecins japonais ont déterminé la liste des endroits où le danger d’infection par COVID-19 est le plus élevé par rapport à tous les autres: ce sont tous les endroits où les gens respirent intensément les uns près des autres – chanter, crier, parler face à face, faire du sport.

🟦 ANNONCE 🟦

Les endroits les plus dangereux sont les bars de karaoké, les lieux de vacances et les rituels avec chant et choral, les clubs de fitness, les gymnases, les fan clubs, etc. Même au début de l’épidémie, il a été conseillé aux Japonais d’éviter de tels endroits, ainsi que tout rassemblement bondé dans les pièces mal ventilées et les conversations en face à face.

En fait, la propagande largement répandue de ces recommandations était la politique anti-épidémique du gouvernement japonais jusqu’en avril, et les taux d’incidence sont restés longtemps à un niveau bas. Début avril, après avoir enregistré une augmentation de l’incidence à Tokyo, le gouvernement Shinzo Abe a immédiatement déclaré une urgence et a exhorté les citoyens à ne pas quitter la maison. Les Japonais soulignent que l’essentiel de ces mesures est la rapidité : avec un seul retard de deux semaines, le contrôle de la propagation du virus serait perdu et les conséquences seraient irréversibles.

Le port d’un masque au Japon est un élément de courtoisie domestique. Bien avant la pandémie de COVID-19, les Japonais portaient certainement des masques avant de sortir avec les moindre symptômes de rhume. Les Japonais portent des masques non pas pour se protéger des infections, mais pas pour infecter les autres. En fait, les masques chirurgicaux ne sont destinés qu’à cela – dans la pratique normale, ils protègent le patient d’un médecin malade, et non un médecin d’un patient malade. Le fait de ne pas porter de masque pour les Japonais n’est pas une démonstration de liberté et d’intrépidité, mais un signe d’égoïsme extrême et de manque de préoccupation pour les autres.

 

Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !