24h/24 et 6j/7 : Vous souhaitez rester informé ? Rejoignez les fils d'actualités sur Facebook Rejoignez notre page Facebook.

Selon un article paru dans la presse hébraïque, la musique de la chanteuse et actrice israélienne Liraz Charhi a été étroitement associée aux récentes manifestations en République islamique.

Dans la série télévisée israélienne “Téhéran”, Charhi joue un espion du Mossad qui a collaboré avec des artistes iraniens non identifiés par enregistrement à distance. Selon les informations de la Douzième chaîne, elle a enregistré son dernier album, intitulé “Roya” (qui signifie “fantaisie” en persan), à Istanbul avec quatre musiciens iraniens plus tôt cette année.

Voyager en Israël, ou même travailler avec des artistes israéliens, est illégal en République islamique d’Iran en raison de la position antisémite du pays, qui remonte à la révolution islamique de 1979.

Le réseau affirme que les vidéos de protestation et les rassemblements en Iran ont été accompagnés des paroles de Charhi : “Combien de temps allons-nous nous taire, combien de temps allons-nous baisser la tête ?” Les paroles ont été inspirées par la mort de Mahsa Amini, 22 ans, sous la garde de la police des mœurs, après avoir été arrêtée pour avoir prétendument enfreint le strict code vestimentaire iranien.

Selon l’interview de Charhi avec la Douzième chaîne, son premier album de 2018 “Naz”, qui mettait en vedette des artistes iraniens, a rapidement atteint la République islamique et a rapidement gagné en popularité parmi les Iraniens.

“Rapidement, j’ai reçu des enregistrements de femmes dansant lors de soirées underground, jetant leurs tchadors et dansant sur ces airs”, a-t-elle fait remarquer.

Charhi a invité les musiciens à se retrouver incognito à Istanbul en février pour enregistrer leur troisième album ; cela est venu après son retour pour travailler avec des artistes iraniens sur son deuxième album, Zan. Les Iraniens peuvent visiter la Turquie car c’est l’un des rares pays qui n’ont pas besoin de visa.

Les artistes ont accepté de participer à la condition que leur identité ne soit pas rendue publique et que leur visage soit masqué sur les photographies prises.

Charhi a salué les musiciens en disant: “J’ai attendu toute ma vie pour rencontrer mes amis et ma famille d’Iran, et le fait que vous ayez été intrépide et audacieux est … merveilleux.”

“Nous savons que l’Iran a un problème avec Israël… mais si nous faisons juste de la musique, rien ne se passe”, a déclaré l’un des artistes à la Douzième chaîne.

“Je me rends compte que cela peut être risqué, mais c’est ce que j’aime faire.”

Après avoir terminé l’album, Charhi s’est lancé dans une tournée estivale avec ses collaborateurs iraniens pour le promouvoir, avec des arrêts comprenant une représentation à l’ancienne synagogue de Cracovie, en Pologne, dans le cadre du Festival de la culture juive.

Les interprètes étaient prêts à monter sur scène, déguisés. Pour protéger leur anonymat, selon l’interview de Charhi sur la Douzième chaîne, des hijabs dorés ont été tissés, mais l’une des artistes a insisté sur les cheveux nus. L’article affirme qu’elle a ensuite été dénoncée en Iran pour avoir agi avec un Israélien.

Le soutien des partisans iraniens de Charhi sur Instagram a été abondant depuis le début des manifestations dans ce pays .

“Merci d’avoir notre voix, vous ne m’oublierez jamais”, lit-on dans un message.

Un autre fan a commenté: “J’adore vos chansons persanes et j’espère qu’un jour vous chanterez dans la belle Téhéran.”

L’organisation Iran Human Rights, basée à Oslo, a déclaré qu’au moins 92 manifestants ont été tués dans la répression des rassemblements, qui en sont maintenant à leur quatrième semaine et ont alimenté les tensions entre l’Iran et l’Occident, en particulier les États-Unis.

REJOIGNEZ NOUS

🔴 Telegram Info (en continue avec vidéos en direct): https://t.me/infoisraelnews

🛒Telegram boutique (de nombreuses marques de luxe à prix cassés) : https://t.me/shekelfaste