24h/24 et 6j/7 : Vous souhaitez rester informé ? Rejoignez les fils d'actualités sur Facebook Rejoignez notre page Facebook.

La pandémie de COVID-19 expose des millions de filles à un risque accru de mutilations génitales féminines (MGF), a averti l’agence des Nations Unies pour l’enfance, l’UNICEF, alors que le monde célébrait la Journée internationale de tolérance zéro pour les mutilations génitales féminines le 6 février. Avec des écoles fermées et des services publics perturbées, bon nombre des institutions qui ont le plus protégé les filles de cette pratique sont désormais absentes de leur vie. Le résultat pourrait être 2 millions de cas supplémentaires de MGF au cours de la prochaine décennie.

Et les MGF ont un lourd tribut pour les filles qui les subissent. C’est, selon l’UNICEF, une violation de leurs droits et cela peut entraîner de graves complications de santé et même la mort. En outre, « les filles soumises à des mutilations génitales féminines courent un risque accru de mariage d’enfants et d’abandon scolaire, menaçant leur capacité à construire un avenir meilleur pour elles-mêmes, leurs familles et leurs communautés ».

« Nous perdons du terrain dans la lutte pour mettre fin aux mutilations génitales féminines, avec des conséquences désastreuses pour des millions de filles là où la pratique est la plus répandue », a déclaré Nankali Maksud, conseillère principale de l’UNICEF pour la prévention des pratiques néfastes. « Lorsque les filles ne peuvent pas accéder aux services vitaux, aux écoles et aux réseaux communautaires, leur risque de mutilation génitale féminine augmente considérablement – ​​menaçant leur santé, leur éducation et leur avenir. Alors que nous célébrons la Journée internationale de tolérance zéro pour les mutilations génitales féminines et que nous approchons de deux ans de pandémie, nous devons nous engager à nouveau dans une action concertée et bien financée pour revenir sur la bonne voie et mettre fin à la pratique partout.

Les mutilations génitales féminines, l’excision ou l’ablation rituelle de tout ou partie des organes génitaux externes de la femme, sont les plus fréquemment pratiquées dans certaines régions d’Afrique et d’Asie. Sept des 25 pays où la pratique est la plus répandue se trouvent dans la région MENA, dont la Somalie, où 99,2 % des femmes et des filles ont subi la pratique ; Djibouti (94,4%); Egypte (87,2%); Soudan (86,6%); Mauritanie (66,6%); Yémen (18,5%); et l’Irak (7,4%).

L’UNICEF rapporte qu’au moins 200 millions de filles et de femmes en vie aujourd’hui ont subi des MGF. Au fil du temps, la prévalence de la pratique s’est progressivement érodée, mais les effets du COVID menacent de ralentir ou d’inverser cette tendance. L’agence des Nations Unies estime que le risque supplémentaire dû au COVID-19 représente une « réduction de 33% des progrès vers la fin de cette pratique néfaste ».

🟦 ANNONCE 🟦

Les effets indirects du COVID-19 – ses contributions à la pauvreté, aux inégalités et aux conflits – sont également préoccupants. « Sur 31 pays disposant de données sur les mutilations génitales féminines », rapporte l’UNICEF, « 15 pays sont déjà aux prises avec des conflits, une augmentation de la pauvreté et des inégalités, créant une crise dans la crise pour les filles les plus vulnérables et marginalisées du monde ».

Une tendance récente a rendu la pandémie encore plus dangereuse dans sa contribution au risque de MGF qu’elle ne l’aurait été autrement : dans environ la moitié des pays où les MGF sont courantes, les filles subissent l’intervention à un plus jeune âge. L’UNESCO cite le Kenya comme exemple : l’âge moyen pour subir la procédure là-bas est passé de 12 à 9 ans au cours des trois dernières décennies. Cela signifie que la fenêtre d’opportunité d’intervention, à travers l’éducation des parents, par exemple, a été réduite.

De nombreuses questions subsistent quant aux possibles effets réciproques du COVID-19 et d’une autre tendance des MGF : une médicalisation croissante de l’intervention. L’UNICEF indique qu’environ 25% des filles et des femmes qui ont subi la pratique y ont été soumises par le personnel de santé, et la proportion est deux fois plus élevée chez les adolescentes. La pression accrue sur le système de santé signifie-t-elle que les professionnels de la santé et les ressources sont moins disponibles pour pratiquer les MGF ? Cela pourrait-il faire baisser le nombre de MGF alors que les gens choisissent de renoncer à la procédure ? Ou, comme cela semble probable, les filles et leurs parents se tourneront-ils simplement vers des options plus dangereuses pour le réaliser ? Et un système médical de plus en plus surchargé sera-t-il moins en mesure de faire face aux inévitables complications de santé causées par les MGF ?

Des progrès importants ont été réalisés dans la lutte contre les MGF. Les filles sont un tiers moins susceptibles d’être soumises à des mutilations génitales qu’il y a trois décennies. Dans tous les 29 pays où les MGF sont le plus fréquemment pratiquées, les MGF sont moins fréquentes chez les filles âgées de 15 à 19 ans que chez les femmes âgées de 45 à 49 ans.

🟦 ANNONCE 🟦

Dans certains endroits, la baisse est négligeable tandis que dans d’autres, elle est dramatique. La Somalie, par exemple, n’a connu qu’une légère baisse, passant de 99% dans le groupe plus âgé ayant subi l’intervention à 97% dans le groupe plus jeune. Mais au Libéria, la prévalence des MGF est passée de 85 % chez les femmes âgées à 44 % chez les plus jeunes. Et au Kenya, le chiffre est passé de 49 % à 15 %.

Mais, selon l’UNICEF, « les progrès doivent être au moins 10 fois plus rapides pour atteindre l’objectif mondial d’élimination d’ici 2030. De multiples crises qui se chevauchent, notamment la COVID-19, l’augmentation de la pauvreté, les inégalités et les conflits, exposent des millions de filles à un risque accru de mutilations génitales féminines ».

 

Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !