24h/24 et 6j/7 : Vous souhaitez rester informé ? Rejoignez les fils d'actualités sur Facebook Rejoignez notre page Facebook.

Il y a quelques mois, lorsque des journalistes ont parcouru la rue Dizengoff à Tel-Aviv pour filmer le terrorisme en direct, de nombreux téléspectateurs ont été choqués. Même en ce qui concerne les médias israéliens voyeuristes et intrusifs, certains ont soutenu qu’un certain seuil avait été franchi. Mais l’amère vérité est que le seuil a été franchi depuis longtemps et que le terrorisme commande régulièrement des caméras. C’est son objectif : susciter la terreur et lui donner le plus de résonance possible, modifiant ainsi le rapport de force.

Il n’est pas nécessaire d’exagérer l’effet global créé par les vidéos de décapitation de l’Etat islamique ou la documentation des avions entrant en collision dans les tours jumelles le 11 septembre 2001. Avant tout cela se dresse le massacre des 11 athlètes aux Jeux olympiques de Munich. En Europe centrale, au centre de l’attention mondiale et devant les caméras des médias du monde entier, une escouade de terroristes a enlevé des athlètes israéliens à l’intérieur du village olympique et les a assassinés.

Ce spectacle brutal a laissé une impression formidable. Cet événement fou, au-delà du fait qu’il est horrifiant en soi, lui a trouvé un cadre inhabituel – précisément dans les seuls Jeux olympiques organisés par l’Allemagne depuis la Seconde Guerre mondiale, précisément dans un événement qui est censé servir de répit au jamais- mettre fin aux batailles nationales. Les sombres étapes des négociations, ainsi que l’une des tentatives de sauvetage ratées, ont été retransmises en direct sur les écrans du monde entier. En conséquence, plusieurs images de cet événement, par exemple celle du terroriste masqué debout penché sur le balcon, ont été gravées dans la conscience israélienne. Elle joue dans tous nos cauchemars collectifs.

Certes, le massacre des athlètes est en quelque sorte déjà un traumatisme traité : il a été abondamment discuté par le passé sur la plupart de ses aspects, et il a même inspiré le chef-d’œuvre de Steven Spielberg « Munich » – qui a su si bien décrire comment le la mémoire du terrorisme est toujours présente dans l’inconscient israélien. Cependant, marquant le 50e anniversaire du massacre qui a eu lieu cette semaine, Biss et Bhot ont sorti pas moins de trois nouvelles œuvres qui y reviennent à travers différents genres : docu, docu-drame et drame – et prouvent que la perspicacité de Spielberg est très vraie même maintenant, et combien ce phénomène préoccupe le discours de l’Israélien encore maintenant.

🟦 ANNONCE 🟦
Le massacre des athlètes israéliens aux Jeux Olympiques de Munich, 1972. GettyImages

Un spectacle cruel. Des équipes de médias à Munich devant la scène de l’enlèvement, 1972 (Photo : GettyImages)

« Munich 72 : « Du sang aux Jeux olympiques » bis docu a été le premier à l’écran. Il s’agit d’un ouvrage français en trois parties, dont les auteurs incluent le journaliste israélien Yossi Melman. L’idée derrière cela est originale : recréer le drame à travers trois perspectives différentes – le planificateur de l’attaque Abu Daoud, le chef de la police allemande qui a géré l’événement raté, et le chef du Mossad à l’époque Zvi Zamir, qui a été témoin du massacre et est le directeur de l’organisation qui a mené à bien la vengeance. Il s’agit d’un trio holistique : le représentant des terroristes, le représentant des victimes et le représentant de la force ratée qui a tenté d’arrêter le cauchemar sans succès, qui sont également divisés selon les trois angles nationaux qui étaient présents à l’événement : le Palestinien, l’Israélien et l’Allemand. Entre les deux, Esther Roth Shahmarov, Ehud Barak, qui était alors commandant d’une patrouille de l’état-major général, le pilote qui a échappé à l’attaque, et bien d’autres sont également interviewés.

C’est beau sur le papier, mais le résultat est loin d’être là : c’est un film qui tente de mettre en valeur tous les aspects informatifs de l’événement, mais c’est aussi monotone qu’un cours ennuyeux. Les témoignages des trois protagonistes sont doublés en français, ce qui crée une étrangeté au happening, puisque pas un seul moment de ce drame ne s’est déroulé dans cette langue. Le film se déplace entre les différentes scènes des événements, complétant la partie non documentée avec une animation, et ne renonce à aucun détail. Apparemment, il a tout, mais son ton sec est en contradiction avec l’intensité d’un événement aussi choquant, qui a des angles du domaine de la sécurité, de la politique, du sport et des médias. Pour résumer, c’est un film raisonnable, mais pas celui qui aurait fait les critères olympiques.

L'attaque terroriste de Septembre noir contre les athlètes israéliens aux Jeux Olympiques de Munich, 1972. GettyImages

Tout a été enregistré, en direct. Les événements de Munich 1972 (Photo : GettyImages)

C’est un docu très rythmé, riche en interviews et en informations, qui déploie un très large canevas et illustre les nombreux angles de l’événement. Entre autres choses, la série accorde une attention particulière à l’angle journalistique de l’événement, à travers les yeux de l’envoyé de la Broadcasting Authority Dan Shilon qui amène l’histoire du seul athlète qui a échappé aux ravisseurs, Gad Sabri; Et ne manque pas l’angle olympique et les conséquences pour le monde du sport. Même si toutes les interprétations qui y figurent ne semblent pas convaincantes dans la même mesure, la série parvient à impressionner les téléspectateurs et à leur offrir quelque chose au-delà de l’évidence.

🟦 ANNONCE 🟦
De "Munich 72".  Avec l'aimable autorisation de HOT8 et SIPUR, site officiel

Peut-être que tout n’est pas à restaurer. De « Munich 72 » (photo : site officiel, avec l’aimable autorisation de HOT8 et SIPUR)

Cependant, malgré le plaisir de voir Anat Waxman jouer Golda Meir, le drame est finalement illustratif et pas nécessaire, et dans certaines parties tout à fait inutiles, par exemple la scène où Zvi Zamir examine les corps des athlètes pour voir si l’un d’eux est encore vivant – une scène que Zamir témoigne de lui-même oralement, et son illustration est de mauvais goût.

Malheureusement, les deux séries documentaires passent à côté des victimes de cette tragédie. Hormis Moshe Weinberg et Yosef Romano – qui ont été assassinés au début de l’événement – et Amitsur Shapira qui se manifeste grâce au témoignage de son fils et surtout grâce à celui de Ruth Shahmarov, qui s’est entraînée avec lui – presque rien n’a été dit sur le reste, au-delà de leurs noms, voire pas du tout.

Qui étaient-ils  ? Dans quel domaine travaillaient-ils ? Qu’est-ce qui les a amenés à ce moment ? La série ignore ces questions et rate une occasion de rendre des services tardifs à ceux qui sont devenus des symboles contre leur gré. Une simple enquête aurait pu les immortaliser – et pas seulement la façon dont ils sont morts.

De "Munich 72".  Avec l'aimable autorisation de HOT8 et SIPUR, site officiel

Anat Waxman dans le rôle de Golda Meir, de « Munich 72 » (photo : site officiel, avec l’aimable autorisation de HOT8 et SIPUR)

Si cela ne suffit pas, la série dramatique « Target: Munich » est également devenue populaire – une traduction déroutante compte tenu du nom international plus sophistiqué et facile à traduire de la série, « Munich Games ». La coproduction israélo-allemande a été écrite par des créateurs d’ici (Michal Aviram) et d’ailleurs (Martin Banki), et même si – du moins dès ses deux premiers épisodes envoyés aux journalistes – elle ne traite pas (presque) directement du massacre des athlètes, mais ce traumatisme plane profondément.

L’objectif de la série est un match amical entre deux équipes de football tenues à Munich, israélienne et allemande. Le personnel du Mossad essaie de surveiller les menaces terroristes potentielles qui menacent la rencontre sportive et coopère avec les autorités allemandes chargées de l’application de la loi, ce qui crée une série de frictions : les Israéliens sont convaincus que l’establishment sécuritaire allemand est impuissant, comme il l’était alors, et eux, pour leur part, sont choqués par la facilité avec laquelle les agents israéliens envahissent la vie privée des gens sur la base de soupçons initiaux. Les deux enquêteurs qui mènent l’enquête – Yosef Sweid en tant qu’analyste juif sans expérience dans le domaine et Sainev Saleh en tant qu’agent allemand d’origine arabe – ne s’entendent pas tout à fait, et si cela ne suffit pas, il s’avère que les imbroglios financiers des patrons du groupe israélien, incarné par Doval’ Glickman, risque aussi de faire sauter la partie.

Extrait de "Le but : Munich".  Avec l'aimable autorisation de HOT et NEXT TV, site officiel

Glickman sur le fond du monument à la mémoire des athlètes, extrait de « Le but : Munich » (photo : site officiel, avec l’aimable autorisation de HOT et NEXT TV)

Si oui, la ville où tout se passe, le parcours sportif, la frustration entre les différents services de sécurité et bien sûr le conflit israélo-palestinien citent les événements de septembre 1972. Pourtant, à part quelques jolies musiques originales, il n’y a pas grand-chose de plus à « The Goal: Munich » que cela. Ses personnages sont conçus de manière étrange et peu convaincante, et la discussion qui s’y déroule est superficielle. Il est beaucoup plus intéressé à être une série à suspense générique – et en tant que tel, il livre certains produits selon la formule familière, avec une dose mesurée d’action à la fin de chaque épisode. Une série qui peut passer le temps, mais certainement pas un événement à ne pas manquer.

Au-delà de la profonde tristesse qu’évoque le fait de regarder ces trois séries, elles ont toutes un autre élément frustrant en commun, un sentiment qui bouillonne dans la voix des créateurs : le triste message, caché ou manifeste, qu’en fait nous n’avons pas trop progressé depuis lors. – le terrorisme n’a pas disparu mais seulement amélioré, le conflit israélo-palestinien ne va nulle part mais est seulement devenu moins insoluble, et les médias n’ont pas développé de meilleures stratégies pour faire face à de tels événements mais sont seulement devenus plus infantiles. Est-ce vraiment le cas ? Peut-être, après tout, y a-t-il des raisons d’être optimiste : l’ouverture des archives allemandes et l’octroi d’une indemnisation aux familles des victimes, peuvent aider à panser un peu la plaie.
 

Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !