Hrangchal est religieusement pratiquant et membre de la communauté juive Bnei Menashe du nord-est de l’Inde, descendant de l’une des 10 tribus perdues d’Israël.

Avec ses parents, Gabriel et Ruth Hrangchal, et sa sœur Lucy, se sont installés dans la ville de Nof HaGalil, après avoir terminé leur processus d’absorption dans le centre d’absorption de Shavei Israel à Kfar Hasidim.

« J’ai toujours rêvé de faire l’Aliya en Terre d’Israël. Si possible, j’aimerais certainement rejoindre les Forces de défense israéliennes, et je serais honoré de représenter Israël au sein du MMA et les compétitions de kickboxing », a déclaré Obed.

Originaires du village de Thinghlun dans l’État indien du Mizoram, les Hrangchals étaient la seule famille juive de la ville. En 2013, ils ont vendu leur maison et leurs terres agricoles pour s’installer dans la capitale, Aizawl, afin de rejoindre la communauté juive locale en attendant l’opportunité de faire leur alyah.

Sans la ferme familiale, le père d’Obed est resté sans profession. Être juif rend plus difficile de trouver un travail stable car ils ne travaillent pas les jours de Shabbat et les fêtes juives.

🟦 ANNONCE 🟦

En prenant un congé ces jours-là, ils constatent souvent qu’ils sont remplacés.

Malgré ces difficultés, Obed a réussi à gagner une large reconnaissance et a remporté des prix en arts martiaux du Conseil des sports de l’État du Mizoram et de l’Association Wushu KungFu du Mizoram, qui sont affiliées à l’Association olympique indienne, ainsi qu’au Comité international olympique.

«J’ai commencé à pratiquer les arts martiaux dès mon plus jeune âge, environ six ans, mais sans instruction appropriée», raconte Obed. «En grandissant, je me suis constamment amélioré et j’ai commencé à concourir au niveau de l’État en 2014, lorsque j’ai participé au kickboxing chinois et que j’ai remporté la deuxième place. Cette même année, j’ai commencé à étudier le MMA avec un instructeur.

Plus de 4000 Bnei Menashe ont immigré en Israël au cours des deux dernières décennies, en grande partie grâce à Shavei Israel. 6 500 autres restent en Inde.

🟦 ANNONCE 🟦

Lors d’une réunion en août, l’Aliyah et la ministre de l’Intégration Penina Tamanu-Shata ont déclaré qu’en coopération avec le ministère de l’Intérieur, elle allait de l’avant avec l’alyah de 722 Bnei Menashe.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News