24h/24 et 6j/7 : Vous souhaitez rester informé ? Rejoignez les fils d'actualités sur Facebook Rejoignez notre page Facebook.

L’un des phénomènes les plus alarmants et les plus courants de ces dernières années dans le monde occidental est la dépendance aux analgésiques sur ordonnance de la famille des opioïdes. Ces médicaments sont administrés par les médecins pour soulager la douleur du patient, mais avec le temps, il peut développer une dépendance dangereuse à leur égard. Les patients ne sont pas toujours conscients du potentiel de dépendance à ces médicaments, et leur utilisation incontrôlée peut augmenter considérablement le risque de développer des modes de consommation nocifs.

Les médicaments opioïdes sont généralement destinés à ceux qui souffrent de douleurs modérées à sévères. Plusieurs fois, au fur et à mesure que le traitement progresse, le patient développe une tolérance au médicament – les analgésiques ne sont plus aussi efficaces qu’auparavant et il ressentira le besoin d’augmenter la dose pour maintenir l’effet qui l’avait initialement aidé.

Cependant, la « perte de contrôle » sur la posologie préconisée par le médecin, et la nécessité de prendre ces médicaments non conformes au traitement médical, peuvent indiquer une dépendance nécessitant l’intervention d’un professionnel, par crainte d’une surconsommation pouvant entraîner des blessures graves et même le décès.

Les données du rapport annuel du Centre israélien de toxicomanie la semaine dernière au président Yitzhak Herzog et au Premier ministre Naftali Bennett montrent que parmi les substances les plus couramment utilisées par les toxicomanes, les analgésiques occupent la quatrième place (sept pour cent).

Le Dr Nadav Shalit, directeur de la clinique de traitement de la toxicomanie au Centre de santé mentale Lev Hasharon et au Centre israélien de toxicomanie (ICA), explique la source de la dépendance à ces substances : « Les médicaments sur ordonnance pour le traitement de la douleur et les toxicomanes ‘ qui consomment des opioïdes sans prescription médicale. « Selon ce point de vue, le risque de dépendance chez les patients qui reçoivent des médicaments sur ordonnance est très faible, tandis que les membres du deuxième groupe sont étiquetés comme des criminels qui tentent d’exploiter le système pour leurs propres besoins. »

🟦 ANNONCE 🟦

La réalité est bien sûr beaucoup plus complexe – d’une part, nous savons que les patients souffrant de douleurs chroniques, comme de nombreux patients atteints de cancer, courent un risque accru de développer une dépendance aux analgésiques, tandis que le groupe des utilisateurs non médicaux est souvent confronté à des traumatismes graves, douleurs mentales importantes et douleurs physiques qui sont traitées par les opioïdes.

Quand la consommation de ces substances est-elle définie comme une dépendance ? A quel stade la personne se rend-elle compte qu’elle est accro à leur utilisation, au-delà du traitement médical qui lui a été prodigué en premier lieu ?

« Il n’y a pas de noir et blanc ici. Prenons par exemple une substance qui n’est pas une ordonnance donnée par un médecin – l’alcool. On dit que je sors avec des amis chaque semaine, que je bois parfois un peu plus, parfois moins, tout en sachant que l’alcool est une substance addictive. Quand est-ce que je le définis comme un problème ? Cela dépend. Le diagnostic est plus simple dans les situations extrêmes – après tout, si quelqu’un boit un verre de vin une fois par semaine le vendredi, il n’est probablement pas dépendant de l’alcool , mais si quelqu’un boit une bouteille de vodka tous les jours – avant même d’examiner comment cela affecte sa vie, j’aurai probablement un problème.

Les affections les plus complexes sont celles qui ne sont pas marginales, comme dans les cas où une personne reçoit des opioïdes et qu’il n’est plus clair si la douleur qu’elle subit l’a davantage blessée ou si l’effet de le médicament entraîne une déficience fonctionnelle ou à risque encore plus grave. Nous devons découvrir avec le patient les prix qu’il paie pour l’utilisation, évaluer médicalement le degré de risque pour sa santé et dans quelle mesure le fonctionnement de la personne est altéré dans tous les domaines – à la maison, au travail, à l’école, etc. . Contrairement à la croyance populaire dans le déni chez les toxicomanes, la plupart des personnes qui traitent un tel problème en sont conscientes, simplement pas toujours désireuses ou intéressées à le résoudre, car d’une part c’est un problème, mais d’autre part le même problème – les opioïdes – est une solution à d’autres problèmes de santé mentale. »

🟦 ANNONCE 🟦

Comment une personne prend-elle conscience qu’elle est dans un problème qui nécessite une intervention professionnelle ?

« Cela dépend d’abord de lui-même. Chaque personne a son ambivalence sur le changement qu’elle est prête à faire, et c’est aussi la base de notre traitement. Nous commençons à travailler sur cette ambivalence. Nous prendrons par exemple la cigarette. A partir d’un certain âge, la plupart des fumeurs diront qu’ils veulent ou envisagent d’arrêter de fumer. Au moins à un certain moment dans le futur, cette pensée même suggère qu’ils comprennent que fumer continue d’avoir un prix, mais d’un autre côté, ils peuvent ne pas se sentir prêts à abandonner les avantages de continuer à les utiliser Pour que les gens inclinent la cuillère dans le sens d’une rupture ou d’une réduction, et surtout – pour minimiser les dommages.

Bien sûr, la minimisation ultime des dommages est d’arrêter complètement d’utiliser la substance addictive, mais si par exemple nous parlons d’un patient cancéreux souffrant de douleurs chroniques – nous ne voulons pas nécessairement qu’il arrête d’utiliser. Nous voulons réduire les dommages qui résulteront d’une utilisation excessive, qui peut conduire à l’apnée et à la mort. « L’objectif n’est pas toujours la désintoxication complète, mais l’amélioration de la santé des personnes et la réduction des risques de surconsommation. »

Patients souffrant de douleur – à haut risque de dépendance

Le Dr Shalit explique que le traitement des dépendances aux opiacés n’est pas fondamentalement différent des autres dépendances et comprend un travail médical, psychologique, social, de groupe et un traitement individuel.Selon lui, c’est que le système de santé crée des difficultés pour les patients à cause de la peur qu’ils abuseront de ces médicaments.

« D’une part, ce sont des médicaments efficaces avec de très bonnes preuves qu’ils réduisent la morbidité et la mortalité, mais d’autre part, leur disponibilité pour les patients n’est pas assez bonne », explique le Dr Shalit. Le traitement médicamenteux des dépendances aux opiacés nécessite finalement l’administration de médicaments spécifiques, plus sûrs et permettant au patient de fonctionner à nouveau dans la société, et lorsque des difficultés sont rencontrées pour les atteindre, moins de patients reçoivent le traitement et plus de patients continuent à faire face aux risques associés à cette dépendance.

Les deux principaux médicaments actuellement administrés dans les cadres de traitement des dépendances sont la buprénofine (suboxone) et la méthadone. Étant donné qu’historiquement, ces drogues sont publiquement associées aux « toxicomanes », ou aux criminels et aux utilisateurs des marges de la société, le traitement est limité aux cliniques du ministère de la Santé, et la réglementation autorise un nombre limité de doses à la fois, pour prévenir l’abus ou le trafic de les substances ci-dessus.

Mais cette perception stigmatisée qualifie à l’avance de larges groupes de la population de criminels et, dans la pratique, prive des milliers de personnes d’un traitement respectueux et d’un traitement salvateur. « Les cliniques existantes font un travail sacré, mais leur nombre est limité, et pour de nombreux patients, la nécessité d’obtenir le médicament fréquemment, souvent loin de chez eux, dans un système séparé du HMO où il reçoit le reste du traitement médical – conduit de nombreux patients à ne pas chercher de traitement en premier lieu. »

Selon le Dr Shalit, il existe une méfiance intrinsèque envers les patients de la part du système, ce qui rend le traitement très difficile : Il n’y a aucune raison logique pour qu’une femme dans la cinquantaine, une enseignante du système éducatif et un membre de la famille qui a développé une dépendance aux opioïdes qu’elle a reçue de ses médecins, puisse obtenir une prescription d’opioïdes à forte dose pendant un mois, mais lorsqu’elle vient de recevoir le même traitement – elle est traitée comme une criminelle et on lui donne une ordonnance pour seulement une semaine pendant des jours à la fois.  »

Dans le système de soins de santé, explique le Dr Shalit, il y a une idée fausse selon laquelle un patient qui reçoit des opioïdes contre la douleur est moins à risque de développer une dépendance et devrait s’en préoccuper moins.

« Les informations de recherche suggèrent exactement le contraire, dit-il. Et sont renvoyés vers des cadres qui n’appartiennent pas aux HMO. Du coup, ils sont obligés d’aller quelque part, parfois très loin, et de faire la queue une fois par semaine pour obtenir le médicament à traiter. » dépendance.

Le fait qu’il n’y ait pas suffisamment de références et d’options de traitement dans les centres de la douleur n’a pas de sens sur le plan médical. Les fonds renoncent en fait à une dépendance provoquée à la suite d’un traitement médical, et comme beaucoup d’effets secondaires, il convient que son traitement ait lieu sur un site de traitement unique.

Ces dernières années, plusieurs cliniques se sont ouvertes dans les HMO pour traiter la dépendance aux opiacés, mais cela reste en très petit nombre et à une échelle limitée. Actuellement, il s’agit d’une réglementation qui complique finalement la vie des patients sans justification. Récemment, un comité du ministère de la Santé a pris la décision de transférer la responsabilité de l’assurance pour le traitement des dépendances aux HMO, et même des budgets initiaux ont été alloués à cela – nous devons veiller à ce que ce processus se poursuive et élargisse les HMO pour avoir les outils et les moyens de mettre en œuvre la décision ci-dessus. « .

En collaboration avec le Centre Israélien des Addictions.



Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !