Des chercheurs de l’Université d’Oxford ont découvert un médicament potentiel qui peut stimuler les processus cognitifs et lutter contre les troubles de la mémoire. Il s’est avéré que le médicament est déjà utilisé dans la pratique clinique, cependant … pour le traitement de la constipation.

Les troubles cognitifs surviennent dans presque tous les types de troubles mentaux et ne répondent souvent pas aux médicaments qui soulagent le reste du trouble. Compte tenu de la mesure dans laquelle ces troubles aggravent la qualité de vie des patients, il existe une question aiguë dans le développement de méthodes de traitement.

Comme indiqué précédemment, il existe un récepteur spécifique de la sérotonine 5-HT4 dans le cerveau. Choisir le bon médicament pour le cibler améliore les fonctions cérébrales telles que l’apprentissage et la mémoire, et les effets deviennent visibles après seulement quelques doses. Cependant, des expériences similaires avec la sélection de substances n’ont été réalisées que sur des animaux en raison du risque d’effets secondaires.

Au cours des travaux de sélection du médicament, les chercheurs ont attiré l’attention sur un médicament appelé prucalopride, pour lequel tous les essais cliniques d’innocuité chez l’homme ont été récemment achevés, et il a été mis sur le marché. Le médicament n’est pas du tout destiné au traitement des problèmes psychiatriques, mais aux patients souffrant de constipation chronique. Mais il s’est avéré qu’en plus de traiter la constipation, il interagit parfaitement avec les récepteurs 5-HT4.

L’expérience a impliqué 44 volontaires sains âgés de 18 à 36 ans. La moitié d’entre eux ont reçu du prucalopride pendant une semaine, le reste a reçu un placebo. Le sixième jour de l’expérience, les participants ont subi une IRM. Avant la numérisation, les volontaires ont vu des images en couleur au contenu neutre – des images d’animaux ou de paysages, similaires en complexité et en luminosité. Certaines d’entre elles, ainsi que des images similaires, ont été montrées par les chercheurs aux volontaires lors de l’analyse. Pendant et après la numérisation, il leur a été demandé de passer une série de tests de mémoire – pour distinguer les images déjà vues des nouvelles.

🟦 ANNONCE 🟦

Les résultats ont montré que la prise de prucalopride pendant six jours améliorait la mémorisation et augmentait l’activité des régions cérébrales responsables de l’apprentissage et de la mémoire. Ceux qui ont pris le médicament ont identifié 81% des images précédemment visionnées. Le prucalopride a également augmenté significativement l’activation d’une zone du cerveau associée à la récupération de la mémoire.

Les chercheurs entendent continuer à travailler sur la sélection des doses optimales qui assureront l’efficacité maximale du médicament pour le traitement des troubles de la mémoire et des troubles cognitifs.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News