L’utilisation de masques a-t-elle un impact sur les femmes enceintes? Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université Ben-Gourion du Néguev, du Sheba Medical Center à Tel Hashomer et du Hadassah University Medical Center suggère que cela pourrait être le cas.

L’étude, qui a été publiée dans l’International Journal of Obstetrics and Gynecology, a examiné quelque 1800 femmes qui ont accouché entre avril et juin 2020, lorsque les Israéliens étaient tenus de porter des masques et a comparé les données avec la même période en 2019, comme ainsi que les années précédentes à partir de 2011.

« Nous avons trouvé deux résultats de laboratoire et deux résultats cliniques », a expliqué Lior Friedrich de BGU, l’auteur correspondant de l’étude, au Jerusalem Post.

« En ce qui concerne le premier, nous avons des taux d’hémoglobine plus élevés et des taux de plaquettes inférieurs », a-t-il déclaré. « En termes de résultats cliniques, nous avons constaté un taux plus faible de naissances prématurées et un taux plus élevé de saignements post-partum. »

L’hémoglobine est une protéine du sang qui transporte l’oxygène vers les tissus. Les plaquettes sont les plus petites cellules sanguines et leur travail consiste à former des caillots sanguins pour aider le corps à arrêter les saignements.

🟦 ANNONCE 🟦

Friedrich a noté que l’étude ne prouve pas la causalité entre le port d’un masque et ces phénomènes.
« Pour le moment, la seule chose que nous pouvons dire, c’est qu’ils se sont produits en même temps », a-t-il déclaré.

Cependant, les chercheurs ont formulé une hypothèse sur la corrélation entre les événements.

«Le port d’un masque peut créer un espace difficile à ventiler qui entraîne une accumulation de dioxyde de carbone dans le sang et une diminution des niveaux d’oxygène», a déclaré Friedrich. Cela se traduit par la production d’hémoglobine [responsable du transport de l’oxygène dans la circulation sanguine] et des niveaux inférieurs de plaquettes [responsables de la coagulation sanguine].

«Des taux d’hémoglobine plus élevés sont associés à des taux plus bas de naissance prématurée, tandis que des taux plus faibles de plaquettes peuvent conduire à des taux plus élevés d’hémorragie post-partum [hémorragie post-partum]».
Friedrich a souligné que personne ne devrait interpréter les résultats de ses recherches comme une recommandation de ne pas porter de masque.

🟦 ANNONCE 🟦

«Tout cela est très initial, même si nous savons que les masques sont excellents pour protéger les gens du COVID-19», a-t-il noté.

Comme prochaine étape de l’étude, les chercheurs analyseront les données des femmes enceintes qui accouchent à la même période cette année, étant donné qu’à partir du 18 avril, l’obligation de porter des masques à l’extérieur a été supprimée.

«Je pense que cette étude est intéressante car elle analyse l’impact d’un phénomène très significatif. Un jour, nous avons tous été obligés de commencer à porter un masque. Quel impact cela a-t-il eu sur notre santé? C’est ce que nous explorons », a-t-il conclu.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News