Des archéologues fouillant une grotte dans le nord-ouest de l’Italie ont découvert la sépulture d’un nourrisson de 10 000 ans – la plus ancienne découverte connue d’os de nouveau-nés – donnant aux chercheurs un aperçu de la société mésopotamienne et des premiers fossiles humains.

Les découvertes, dont un résumé a été publié mardi dans la revue scientifique à comité de lecture Nature Scientific Reports , ont eu lieu dans la grotte Grotta Arma Veirana en Italie, qui était explorée par une équipe archéologique de l’Université du Colorado (Denver). Les ossements étaient bien conservés, ce qui a permis aux chercheurs d’identifier plus facilement l’âge et le sexe des restes antiques.

La petite fille, surnommée « Neve » par les chercheurs, était âgée d’environ 40 à 50 jours au moment de son enterrement, selon l’étude. Neve a été enterrée avec 60 perles de coquillages, quatre pendentifs et une serre de hibou grand-duc ornée sur son cadavre, offrant un aperçu des coutumes funéraires de cette époque.

Hodgkins a poursuivi que les résultats montraient que les nourrissons – en particulier les femmes – étaient considérés comme égaux aux adultes et aux autres personnes dans les traditions funéraires. Les recherches archéologiques sur les femmes sont rares, car de nombreux restes sont supposés être des hommes, explique Hodgkins, qui a fait valoir qu’un enterrement comme celui de Nevé est une raison d’examiner de manière plus critique les recherches archéologiques historiques.

« Il s’agit d’accroître notre connaissance des femmes, mais aussi de reconnaître que nous, les archéologues, ne pouvons pas comprendre le passé à travers un prisme singulier », a déclaré Hodgkins. « Nous avons besoin d’une perspective aussi diversifiée que possible parce que les humains sont complexes. »

🟦 ANNONCE 🟦