En Israël, il y a une grave pénurie de médecins, mais au lieu de former davantage d’étudiants en médecine, nous fixons un niveau d’acceptation impossible – puis nous compromettons et absorbons un tiers des médecins israéliens qui ont étudié à l’étranger, la grande majorité d’entre eux dans des facultés avec un niveau psychométrique médiocre.

Le superviseur des salaires du ministère des Finances, Kobi Bar Natan, écrivait dans son rapport l’année dernière un chapitre entier sur les salaires des médecins, selon lequel ils avaient augmenté de 42% en termes réels entre 2008 et 2017 (augmentation nominale de 59%). D’une augmentation de 21% des salaires dans l’ensemble du secteur public ou de 11% des salaires réels dans l’économie.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Cependant, les chiffres du contrôleur des salaires sont biaisés à la baisse, car ils n’examinent que les salaires des médecins des hôpitaux. Il n’examine pas ce qui s’est passé avec les salaires des médecins des HMO (ils sont dans une course folle de médecins, contournant les hôpitaux pour lesquels ils paient des experts) et, bien sûr, il ne vérifie pas ce qui est arrivé aux revenus des médecins en médecine privée.

L’économiste en chef du ministère des Finances a examiné les deux derniers chiffres, dans le cadre d’une étude menée par Alexei Blinski, Galit Ben-Naim et Yoav Hecht, portant sur 2016. L’économiste en chef a constaté qu’entre 2007 et 2016, les salaires des médecins en Israël avaient augmenté de 76% en termes réels, Une augmentation de 84% de la médecine publique (hôpitaux et fonds de la santé) et une augmentation de 59% de la médecine privée. Tout cela a amené les médecins en 2016 à un salaire moyen de 66 000 shekels par mois, dont 47 000 en médecine publique. Ces chiffres placent les médecins israéliens du secteur public parmi les salariés des pays de l’OCDE (sans les États-Unis, où la santé publique est quasiment inexistante).

Tous les décideurs sont frappés par l’inflation des salaires des médecins au cours de la dernière décennie et défendent l’affirmation selon laquelle « nous ne savions pas ». La hausse des salaires des médecins découle de deux accords salariaux signés avec eux en 2007 et 2011, pour un coût de plusieurs dizaines de milliards de shekels, mais les décideurs affirment que les salaires des médecins surfeurs sont beaucoup plus élevés que lors de la signature des accords.

Et il y a une explication amusante. Il est beaucoup plus plausible que l’augmentation étonnante du salaire des médecins était inévitable en raison d’une politique délibérée et erronée d’étouffement des médecins. Au cours des deux dernières décennies, Israël a cessé de former des médecins et le nombre d’étudiants en médecine par rapport à la taille de la population en baisse.

Cette baisse est due à la convergence de deux intérêts: la division du budget du ministère des Finances, qui considère les médecins comme un lobby défaitiste, et estime que la réduction du nombre de médecins signifiait moins de dépenses salariales, et les chefs des facultés de médecine, les directeurs d’hôpital, les chefs de département et l’Association médicale ont rétréci la porte du club fermé afin d’améliorer le pouvoir de négociation des quelques personnes qui y entrent.

Il en résulte des conditions d’impossibilité d’admission pour les facultés de médecine (score psychométrique d’au moins 735), beaucoup moins d’étudiants en médecine (720 étudiants en 2018) et un formidable pouvoir de négociation des médecins qui leur permettent d’extorquer à l’Etat tout accord salarial qu’ils souhaitent.

Une étude réalisée par le Conseil économique national, dirigé par le professeur Avi Simhon, a révélé que le nombre d’étudiants en médecine que l’État est en train de former représentait environ la moitié des deux tiers du nombre de pays développés. À l’heure actuelle, le nombre de médecins pour 1 000 habitants en Israël est l’un des plus bas des pays développés – 3,1 contre une moyenne de 3,65 dans les pays de l’OCDE.

La folie de cette politique est double. Premièrement, nous renforçons de nos propres mains le pouvoir de négociation des médecins et alimentons la dégradation de leurs salaires. Deuxièmement, à la fin, nous ne pouvons pas ignorer les besoins et augmenter le nombre de médecins par habitant. Sauf que, au lieu que les médecins soient des diplômés israéliens de nos excellentes facultés de médecine, ils sont des diplômés israéliens des pires facultés d’Europe orientale.

Le Conseil économique national a révélé que 37% des personnes ayant reçu une licence médicale en 2016 n’avaient pas étudié à Oxford ou à Harvard et 60% en Roumanie, en Moldavie, en Russie, en Italie et en Ukraine. En comparaison, les taux de passage à l’examen des diplômés ayant étudié dans des pays où les études de médecine sont plus avancées, comme la Hongrie et la Jordanie, est de 75%, et le taux de transfert de ceux qui ont étudié en Israël était de 93%.

Un pourcentage aussi élevé de médecins venant de l’étranger et d’autres échelons inférieurs n’existe dans d’autres pays. De plus, certains pays accordent des visas d’immigration aux médecins parce qu’ils veulent absorber d’excellents médecins qui ont étudié dans les meilleurs facultés au monde.

Voici donc la folie israélienne à son apogée: nous bloquons l’entrée de la profession et, par conséquent, très peu de médecins sont formés. De ce fait, nous manquons énormément de médecins. Nous compromettons et absorbons 37% des médecins faibles qui ont étudié dans des pays faibles avec un score psychométrique moyen de 650 et dont les taux de transfert aux examens de licence israéliens sont inférieurs à 50%.

Qui est responsable de cette folie ?

Simhon n’hésite pas à indiquer les coupables dans son opinion: les responsables des facultés de médecine, qui ont reçu des budgets pour augmenter le nombre d’étudiants, et sont trop lents pour le faire. Simhon attribue cela à la léthargie de gestion ; Nous attribuerons également cela au désir de la guilde de garder les portes de la profession fermées.

D’autre part, les universités et le ministère de la Santé accusent le ministère des Finances et affirment que les facultés de médecine ne peuvent absorber plus d’étudiants en raison du manque de normes dans le système de santé. Il n’y a pas assez de médecins pour former les étudiants pendant leurs études et leur spécialisation, ni de lits de maladie pour se spécialiser.

Simhon rejette ces affirmations, car même dans le monde entier, les étudiants et les spécialistes des normes sont beaucoup plus encombrés (dix étudiants par lit malade si nécessaire), et aussi parce que finalement, suffisamment de médecins sont formés en Israël, seule la composition de ceux-ci pose problème. « Le système a besoin de 1 600 médecins supplémentaires par an, et il n’a d’autre choix que d’en absorber 1 600 », a déclaré Simhon. « Donc, s’il y a 800 excellents diplômés d’Israël, ils les absorberont et se contenteront du solde – 800 autres de moins que ceux qui viendront de l’étranger. C’est une bêtise.  »

Simhon note également les dégâts importants causés par la composition non optimale des médecins absorbés par le système. Naturellement, les hôpitaux les plus solides du centre du pays attirent les meilleurs diplômés israéliens, laissant les faibles diplômés rentrer de l’étranger dans des hôpitaux situés à la périphérie, creusant ainsi l’écart entre le centre et la périphérie.

1 COMMENT

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.