Cela a commencé comme une soirée de formation, et s’est poursuivie comme un exercice surprise nocturne : des dizaines de plongeurs de l’unité des plongeurs ont été amenés à s’entraîner avant l’approche de l’hiver.

Le commandant de l’unité a parlé de « l’équipe de fer de lance » et a averti: « Dans un avenir proche, il y a des courants très dangereux dans la mer ». Des dizaines de volontaires de l’unité de plongée du ZAKA, qui a commencé hier soir (jeudi) comme une soirée sur les rives de la mer de Galilée, où ils ont sauté pendant la nuit pour un exercice surprise, s’entraînant pour l’hiver qui approche et présenter des scénarios dans l’eau du lac jusqu’à tard dans la matinée.

5 Voir la galerie

Recherche de personnes disparues sous l'eau par ZAKA et les équipes de plongée de la police

Formation de ZAKA à la recherche de personnes disparues
( Photo : Aquazoom / GoPro )

Recherche de personnes disparues sous l'eau par ZAKA et les équipes de plongée de la police

( Photo : Aquazoom / GoPro )

Recherche de personnes disparues sous l'eau par ZAKA et les équipes de plongée de la police

( Photo : Aquazoom / GoPro )
Le commandant de l’unité, Haim Otmezgin, un résident de Petah Tikva, a déclaré que l’unité compte plus de 130 volontaires hommes et femmes de tous horizons. Parmi ceux-ci, une vingtaine de bénévoles sont définis comme des « fers de lance » et se spécialisent dans des tâches plus complexes. « Ils plongent avec des masques noirs et pratiquent toutes sortes de contours comme l’eau trouble, la plongée avec un tuyau au lieu de montgolfières et plus encore », a-t-il déclaré.
« Ils plongent dans des réservoirs, des citernes et toutes sortes d’endroits non conventionnels auxquels ils sont appelés », a-t-il ajouté. « Ils sont également qualifiés de chefs d’équipe, et chacun d’eux peut diriger d’autres équipes, selon les domaines dans lesquels ils opèrent, et les missions. »

Recherche de personnes disparues sous l'eau par ZAKA et les équipes de plongée de la police

( Photo : Aquazoom / GoPro )

Recherche de personnes disparues sous l'eau par ZAKA et les équipes de plongée de la police

( Photo : Aquazoom / GoPro )
Otmezgin a déclaré qu’au cours de l’année écoulée, l’unité n’avait été activée que dans deux cas et que la période à venir était extrêmement sensible. « Bien que l’été soit considéré comme la saison des noyades, cela se produit généralement sur les plages surveillées et il y a ceux qui vont aider. Entre août et décembre, il fait encore relativement chaud et les gens entrent dans l’eau, mais c’est précisément le moment où il y a des  courants dangereux dans la mer. »
Interrogé sur la motivation des bénévoles, il précise que chacun apporte sa contribution : « Nos gars n’ont pas de jeeps pour patrouiller la plage et essayer de localiser la personne disparue, et il n’y a pas de chiens patrouilleurs pour les recherches. Ou des moyens  de rechercher des personnes dans l’eau.  Nous sommes l’adresse pour eux. »