24h/24 et 6j/7 : Vous souhaitez rester informé ? Rejoignez les fils d'actualités sur Facebook Rejoignez notre page Facebook.

Les chercheurs de l’étude ont sélectionné 37 maladies chroniques associées à l’obésité et à des variantes génétiques liées à différents aspects de la prise de poids. Ils ont utilisé ces variantes pour tester les effets des maladies chroniques. La recherche comprenait également la participation de plus de 500 000 personnes âgées de 37 à 73 ans entre 2006 et 2010 à travers le Royaume-Uni.

À l’aide de la randomisation mendélienne (MR), qui est une méthode de recherche qui fournit des preuves sur les relations causales entre les facteurs de risque modifiables et la maladie , il a été identifié deux ensembles de maladies.

Sur les 37 maladies, 12 étaient liées à des gènes qui déterminent si quelqu’un a une « adiposité favorable » (Développement ou excès de graisse dans l’organisme.), tandis que neuf ne sont pas liés à cette situation.

Dans l’ensemble, les chercheurs concluent toujours que, qu’une personne ait une adiposité favorable ou défavorable, l’obésité devrait toujours être considérée comme un danger pour sa santé.

Les résultats aideraient les médecins à décider s’ils devraient cibler les effets indésirables de l’obésité d’une personne ou l’encourager juste à perdre du poids .

🟦 ANNONCE 🟦