Israël combat Corona. Illustration: shutterstock

Israël est une fois de plus sur le point d’atteindre l’immunité collective contre le coronavirus, a déclaré mardi la chef des services de santé publique, le Dr Sharon Alroy-Preis, lors de la conférence du Jerusalem Post .
« Quand nous avons regardé la troisième vague, nous l’avons laissée derrière bien qu’un tiers de notre population – principalement des enfants – n’ait pas été vacciné », se souvient-elle. « À l’époque, nous ne le savions pas, mais rétrospectivement, nos chiffres étaient en baisse car il y avait suffisamment de personnes vaccinées pour obtenir l’immunité collective. Cela protégeait les enfants.
Après que la variante Delta est devenue dominante, la situation a changé.

« L’infectiosité de Delta est plus élevée et donc le niveau nécessaire pour l’immunité collective est plus élevé », a déclaré Alroy-Preis. « Nous ne savons pas quel est le nombre exact, mais je pense que ce que nous voyons maintenant, c’est qu’Israël arrive à nouveau à un endroit où suffisamment de personnes sont vaccinées ou guéries pour atteindre l’immunité collective. »

Alroy-Preis a déclaré que cette caractéristique de la quatrième vague a représenté le plus grand défi pour les autorités sanitaires.
« Nous voulons que les enfants retournent à l’école avec un apprentissage en personne et retrouvent une vie normale, mais en même temps, ce sont eux qui ne sont pas protégés », a-t-elle noté. « Par conséquent, nous devons être prudents et ne pas prendre de décisions concernant les isolements sans test si cela n’augmente pas l’infection parmi eux. »

Le responsable semblait faire référence au schéma de la classe verte, en vertu duquel les enfants exposés à un patient vérifié ne sont pas tenus de se mettre en quarantaine mais plutôt d’être testés tous les jours et peuvent continuer à fréquenter l’école à condition qu’ils ne soient pas infectés.

Le plan ne devait être mis en œuvre que la semaine prochaine, après la fin d’un projet pilote dans un nombre limité d’écoles pour vérifier sa sécurité, mais le Premier ministre Naftali Bennett a poussé les responsables de la santé à commencer dès dimanche dans les villes à faible morbidité pour réduire le nombre d’enfants et de parents contraints de rester à la maison.
« J’espère que les choses qui se passent maintenant dans les écoles ne vont pas nous faire dérailler [de l’objectif de l’immunité collective] », a déclaré Alroy-Preis. « Je pense que nous y arrivons vraiment. »

🟦 ANNONCE 🟦

Interrogée sur la gestion par Bennett de la crise du coronavirus par rapport à celle de son prédécesseur Benjamin Netanyahu, elle a déclaré qu’il est de la responsabilité des représentants du gouvernement de prendre des décisions qui prennent en compte les différents éléments de la gestion d’un pays, après avoir écouté les conseils de professionnels de la santé.
Cependant, Alroy-Preis a rejeté l’idée que la quatrième vague ait été laissée pour compte sans aucune restriction majeure ni aucune lacune majeure.

« Quelque 1 400 personnes sont mortes », a-t-elle déclaré. « Il y a des avantages à garder l’économie ouverte et il y a un certain coût à cela. »
Afin de prévenir ou de gérer une cinquième vague, Alroy-Preis a noté qu’il est très important de maintenir l’infrastructure construite pour lutter contre le COVID, y compris les capacités de test et d’enquête épidémiologique.

« Nous devons être prêts », a-t-elle déclaré. « Ce que nous avons vu entre la troisième et la quatrième vague, c’est que le virus se développait de façon exponentielle, mais nos réponses étaient en fait très lentes, nous devons donc en tenir compte. »
Elle a souligné que contrairement à ce qui se passe avec d’autres organes au sein du gouvernement – ​​par exemple liés aux menaces sécuritaires – le ministère de la Santé ne dispose pas d’outils pour prendre des décisions rapidement.

« Je pense qu’un autre point que nous devons apprendre est de surveiller les frontières », a déclaré le responsable de la santé. « Nous savons que les frontières sont l’endroit d’où viendra probablement la prochaine variante, nous devons donc mieux les contrôler.
« Par conséquent, nous ne pouvons pas vraiment nous permettre de perdre le PCR avant de monter à bord d’un avion et après l’atterrissage », a-t-elle déclaré. « À un moment donné, nous devrons peut-être demander un autre test PCR trois ou quatre jours après notre arrivée. Nous avons également besoin d’une meilleure application de l’isolement : la quatrième vague s’est principalement propagée à partir d’enfants qui sont revenus de voyage et n’ont pas été mis en quarantaine. »

🟦 ANNONCE 🟦


IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News