Un traitement innovant développé par une équipe israélienne pourrait offrir un remède contre le myélome multiple, un type de cancer du sang.

Le myélome multiple est un type de cancer relativement courant qui cible les globules blancs qui produisent des anticorps. En raison de la maladie, ces cellules commencent à se multiplier indéfiniment dans le sang et peuvent également s’accumuler dans les os.

« Les causes de ce cancer ne sont pas claires, mais il peut entraîner des lésions osseuses, de l’anémie, une insuffisance rénale, qui expose les patients à des infections, car leur système immunitaire est affaibli », a expliqué le professeur Cyrille Cohen, chef du laboratoire d’immunothérapie au Barreau. -Université d’Ilan, au Jerusalem Post.

Actuellement, la maladie est considérée comme traitable mais non guérissable, avec un taux de survie d’environ 50% cinq ans après le diagnostic.

Cohen et ses collègues, dont le professeur Polina Stepensky et le Dr Moshe Gatt du centre médical universitaire de Hadassah, ont développé une alternative à la chimiothérapie biologique qui vise à «reprogrammer» les propres cellules sanguines du patient.

🟦 ANNONCE 🟦

«Nous reprogrammons un autre type de cellules du système immunitaire, appelées« cellules T », pour leur apprendre à combattre le cancer dans le sang du patient», a expliqué Cohen.

« On prélève un peu de sang sur le patient, on sépare les cellules T et en laboratoire on ajoute une nouvelle molécule qui leur permet de reconnaître les cellules cancéreuses », a-t-il ajouté. «La molécule s’appelle CAR, qui signifie« récepteur d’antigène chimérique ».

Pour ajouter la molécule aux cellules, les chercheurs utilisent un virus modifié non dangereux, qui est ensuite inoculé dans les cellules T du patient.

«Lorsque nous voyons les cellules T commencer à fabriquer la protéine appropriée, nous les réinjectons au patient», a expliqué Cohen. «Par conséquent, c’est le système immunitaire du patient qui commence à combattre le cancer, plutôt qu’un élément externe. En outre, cela peut être appelé une «drogue vivante». Il suffit d’injecter les lymphocytes T une fois, puis ils continuent à se multiplier et à travailler seuls.  »

🟦 ANNONCE 🟦

L’équipe travaille sur le traitement depuis environ deux ans avec le soutien de la Fondation Adelis.

« La molécule a été développée en Israël et toute la technologie de modification génétique des cellules est réalisée localement, ce qui, je pense, est tout à fait unique pour ce type de traitement », a déclaré Cohen.

En laboratoire, les scientifiques ont pu guérir entre 80% et 100% des souris grâce à cette nouvelle stratégie thérapeutique.

Le traitement fait actuellement l’objet d’un essai clinique de phase I à Hadassah et a déjà été administré avec succès à certains patients.

« Nous espérons pouvoir atteindre un taux de réussite similaire à celui que nous avons obtenu avec les souris », a souligné Cohen.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News