24h/24 et 6j/7 : Vous souhaitez rester informé ? Rejoignez les fils d'actualités sur Facebook Rejoignez notre page Facebook.

Une étude menée par des chercheurs de l’Université hébraïque publiée dans Nature révèle un mécanisme surprenant nécessaire pour initier l’activité cancéreuse d’une mutation courante dans le cancer du côlon. Prof. Yinon Ben-Neria, l’un des chefs de file de l’étude: « Il a été découvert que la mutation cancéreuse est si courante que le monde entier a pensé qu’elle était autonome, complètement dépendante de son environnement. »

Le p53 appartient au groupe des gènes suppresseurs de tumeurs, pour autant qu’il soit dans un état de routine et normal, il est l’un des gènes les plus étudiés dans le domaine du cancer, avec un accent sur le cancer du côlon. En règle générale, sa quantité est très faible et ce n’est qu’après que certains dommages ont été causés à l’ADN cellulaire (rayonnement, carence en nucléotides, etc.) que son niveau devient élevé. Si les dommages causés à l’ADN sont réparables, p53 activera des gènes qui arrêteront la division cellulaire et déclencheront des mécanismes de réparation de l’ADN.

Si les dommages sont sévères, p53 activera d’autres gènes qui provoqueront le vieillissement ou la mort cellulaire, afin de protéger le corps. En raison de ce rôle important, le p53 a été surnommé la « garde du génome », et a été précédemment couronné « molécule de l’année » par la revue scientifique « science ».

Mais la croissance cancéreuse ne peut tolérer une situation dans laquelle p53 agit contre elle, et fait donc tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher son activation. Par conséquent, dans environ 50% des tumeurs cancéreuses, p53 subit des dommages importants, une mutation par mutation ou une perte de gène. Lorsqu’un p53 mute, il cesse de remplir sa fonction d’origine – arrêtant la division ou l’activation de la mort cellulaire programmée, et acquiert de nouveaux rôles qui aident la tumeur à se développer dans le corps. Autrement dit, certaines des mutations convertissent p53 de suppresseur de tumeur en oncogène, ce qui encourage les tumeurs.

Le cancer du côlon est considéré comme le deuxième cancer le plus fréquent en Israël chez les hommes après le cancer de la prostate et chez les femmes après le cancer du sein. «Silent killer», le surnom donné à la maladie, s’y tient en raison du fait que le cancer du côlon ne présente aucun signe précoce indiquant sa présence, ou le développement de la maladie chez une personne. Lorsque des signes apparaissent, la maladie peut être à un stade avancé et les chances de guérison peuvent être faibles.

🟦 ANNONCE 🟦

Dans une nouvelle étude publiée dans la revue « Nature », intitulée « P53 Gut Microbium that Mutated from a Tumor-Supercessor to an Oncogene », menée sous la supervision du professeur Yinon Ben-Neria et de son équipe de la Faculté de médecine de l’Université hébraïque – dirigée par le Dr Eliran Kadosh et le Dr Irit Snir-Alkalay Et Aventica Ventakalacham, et d’autres chercheurs du laboratoire du professeur Ben-Neria, ont examiné le développement de mutations dans le gène Trp53 (le gène qui code pour p53 chez la souris) dans l’intestin de la souris, et ont trouvé des résultats étonnants.

Les chercheurs ont tenté de tester si les bactéries présentes dans le côlon affectent le processus cancéreux dans l’intestin, en même temps que la présence de Trp53. Pour ce faire, les souris ont reçu un traitement antibiotique qui a éliminé la plupart de la flore bactérienne dans l’intestin de la souris, puis ont constaté qu’en l’absence de ces bactéries, aucune tumeur intestinale ne s’est développée chez des souris modèles présentant des mutations dans Trp53.

Le professeur Ben-Neria explique qu ‘ »il y a une collaboration entre certaines des bactéries trouvées dans le côlon avec la mutation existante dans Trp53, elles ont travaillé ensemble et ont créé une activité cancéreuse. La surprise est que cette mutation cancéreuse très courante, que le monde entier pensait indépendante dans son environnement est affecté par les signaux provenant des bactéries de l’intestin et en l’absence d’une telle communication, il agit comme un inhibiteur du cancer particulièrement efficace. Le cancer classique fonctionne dans un organe sans microbiome (la population de micro-organismes dans l’intestin) sous la forme d’un suppresseur de tumeur (inhibiteur de tumeur), par défaut.

Paradoxalement, de nombreuses études attribuent aux polyphénols un rôle positif dans la prévention des maladies, en réduisant l’inflammation et surtout en aidant à combattre les cellules cancéreuses et en inhibant l’angiogenèse (croissance des vaisseaux sanguins qui nourrissent les tumeurs). Il existe des milliers de polyphénols dans les aliments tels que le thé vert et noir, le vin, le chocolat, les fruits, les légumes.

🟦 ANNONCE 🟦

Dans la présente étude, les chercheurs pensent que les personnes à risque de cancer du côlon devraient tenir compte du fait qu’il est préférable pour elles de réduire leur consommation d’aliments contenant des polyphénols considérés comme sains. En outre, les chercheurs suggèrent d’étudier la possibilité d’échantillonner des bactéries dans la flore du côlon chez les personnes à risque de développer un cancer, et si des bactéries ciblant les mutants p53 vers une activité cancéreuse sont détectées, les médecins devront réfléchir à la façon de les neutraliser avec une antibiothérapie ou un autre microbiome intestinal.

L’étude a été menée en collaboration avec le professeur Eli Pikarsky de la Faculté de médecine de l’Université hébraïque, le professeur Moshe Oren de l’Institut Weizmann des sciences et le Dr Torsten Steva de l’Université allemande de Marburg et financée par le Centre d’excellence de la National Science Foundation et la Fondation israélienne de recherche contre le cancer.
Voir l’article scientifique 



Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !