En 2013, Salman Zarka était à la tête du corps médical de Tsahal. Il a ramené les Syriens blessés au cours de leur guerre civile au centre médical de Ziv à Safed.

Les forces de défense israéliennes ont naturellement veillé à ce que le conflit syrien ne se répande pas en Israël, en particulier au cours de l’année écoulée, alors que l’Iran cherchait à s’implanter dans l’Etat arabe assiégé. Mais le plus souvent, ce ne sont pas les Syriens armés qui se dirigent vers les frontières israéliennes: ce sont des Syriens blessés.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Cela est apparu un matin fatidique en février 2013, lorsque sept Syriens sont arrivés à la frontière israélienne avec un besoin urgent de soins médicaux. Les infirmiers y ont fourni des soins, mais il est vite devenu évident que cela ne suffirait pas pour sauver leurs vies.

À l’époque, Salman Zarka était le chef du corps médical du commandement nord de l’armée israélienne. Il a rapidement déterminé que les Syriens blessés devaient se rendre dans un hôpital civil où ils pourraient recevoir des soins de meilleure qualité.

Le centre médical le plus proche était le centre médical Ziv de Safed, une ville ancienne surplombant la mer de Galilée. Zarka a ordonné qu’ils soient conduits au centre de soins, où ils ont été traités, et certains ont été opérés. Chacun d’entre eux a survécu.

Dix jours plus tard, ils sont rentrés chez eux en Syrie.

À présent, Zarka  est responsable de Ziv et continue de soigner les Syriens qui arrivent à la frontière israélienne et ont besoin d’interventions médicales salvatrices.

À Ziv, les Syriens sont traités de manière confidentielle pour protéger leur identité des autorités syriennes, qui n’accepteraient pas volontiers de recevoir l’aide de l’État juif.

Les patients restent de quelques jours à quelques mois. Dans quelques rares cas, certains sont restés plus d’un an. Zarka a noté que pendant leur séjour, ils bénéficiaient des mêmes soins que les Israéliens.

« Nous n’offrons pas que des traitements pour leurs blessures, nous les traitons conformément aux normes israéliennes », a-t-il déclaré. «Nous faisons de notre mieux non seulement pour tenter de leur sauver la vie, nous essayons d’améliorer leur qualité de vie. »

IMPORTANT :

Nous subissons actuellement une censure abusive de notre Page Facebook . Par sécurité nous avons mis en ligne une autre Page de secours, veuillez la liker et la faire connaitre à vos amis et proches au cas ou l'actuelle sera fermée.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

   

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d'utiliser l'adresse e-mail: [email protected]

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !