Un groupe de voyageurs religieux ont compris que le tourisme religieux et haredi dans le Sinaï présentait un grand potentiel économique et ont décidé de créer une plage casher sur la péninsule.

Les promoteurs ont déjà contacté un propriétaire de plage du Sinaï qui a accepté de transformer l’endroit en casher toute l’année, y compris un Eruv (autoriser les activités interdites le Chabbat), une plage séparée pour les hommes et les femmes, une synagogue et un restaurant casher.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Dans un message publié sur Facebook par le groupe « Les amoureux du Sinaï », l’un des initiateurs, Lior Zino, a demandé l’aide d’un groupe de huit superviseurs de cacherout pouvant travailler régulièrement dans le Sinaï tous les quelques mois.

Zino, une étudiante et mère de trois enfants qui est à l’origine de l’initiative, dit à Mako qu’il ne s’agissait pas d’un projet basé sur des gains économiques, mais plutôt d’une volonté de fournir de la nourriture casher et des opportunités de loisirs au public religieux. Selon elle, elle s’est rendue dans le Sinaï pour la première fois en février de cette année, voyage qui ne comprenait pas de la nourriture casher, mais a découvert que ce n’était pas le cas et qu’elle ne devait manger que des fruits.

« Le propriétaire du camp dans le Sinaï m’a fait une proposition: si je pouvais l’aider à amener des gens chez lui et à l’aider à exploiter le lieu », a-t-elle déclaré, « j’ai accepté que le lieu soit casher pour le public intéressé et il a accepté. Nous viserons le tourisme (pour amener un public religieux / ultra-orthodoxe) et l’objectif est que la plage convienne à tous ceux qui veulent manger casher.

Cependant, le poste a provoqué une tempête et de nombreux surfeurs ont cherché à empêcher la construction du projet au motif qu’il s’agissait d’une rébellion. « J’espère que le troll talibani ne sera pas approuvé, que tout le monde fera ce qui est bon pour eux, et ensuite, une plage séparée en Crète ou en Espagne, sans parler des dommages causés à la nature par la séparation délirante? »

D’autre part, il y avait ceux qui ont soutenu l’idée. « On ne parle pas de coercition religieuse, mais une initiative bienvenue », dit Ron, « il y a beaucoup de religieux et juifs ultra-orthodoxes qui veulent passer du temps au Sinaï mais ne peut pas à cause des problèmes de la cacheroute et de tsiniout. Le droit d’établir des plages séparées, et il n’y a rien de mal. »

Mais ce projet vaut vraiment la peine? Guy Shilon, directeur de la page Facebook dit que les chances de succès de ce projet sont minces. « Je soutiens l’initiative, mais il est impossible. L’opinion publique égyptienne, suivie par les autorités égyptiennes pour le contrecarrer. Nous avons déjà vu dans d’autres cas dans ce dilemme», dit-Shilon.

Pour rappel, le Sinaï reste une destination dangereuse car les membres de Daesh y sont toujours, de plus ce genre de tourisme est apprécié par les israéliens à cause aussi prix intéressants face aux des montants exorbitants des hôtels en Israel inaccessible pour des familles, dont le tourisme locale est devenu aujourd’hui impossible pour beaucoup israéliens dont de nombreux religieux …