Le cabinet du coronavirus s’est réuni aujourd’hui pour la première fois après une interruption de près de deux mois au milieu d’une augmentation des incidences en Israël. Les ministres ont prolongé la restriction des rassemblements jusqu’au 9 décembre. Les nouvelles limites n’ont pas été discutées, mais il a été dit qu’elles deviendront possibles lorsque l’indice R passera à 1,1. Cela pourrait arriver dans les prochains jours. Hier, il est passé de 1,06 à 1,08.

« À ce stade, le statu quo restera. Ni affaiblissement ni renforcement des restrictions n’est à prévoir », a décidé le cabinet.

Au centre de la discussion du cabinet se trouvait la situation au ministère de l’Éducation, puisque la plupart des nouvelles infections se produisent précisément dans les jardins d’enfants et les écoles.

Les experts ont critiqué le ministre de l’Éducation, Ifat Shasha-Biton, pour son contrôle insuffisant sur les enseignants et les éducateurs non vaccinés. Les médias ont rapporté aujourd’hui que le ministère de l’Éducation n’exige pas que les enseignants non vaccinés se soumettent à des tests réguliers, bien que cela soit requis par les règles du « tav ha-yarok ». Par conséquent, des épidémies de coronavirus surviennent dans de nombreux groupes d’enfants.

Ce dimanche 28 novembre prochain, Hanoucca commence et les enfants n’iront pas à l’école pendant une semaine. Le Premier ministre Naftali Bennett a proposé de mener une opération de test rapide sur tout Israël « Antigen-3 », similaire à celle qui a été menée en urgence avant le 1er septembre, avant que les enfants ne retournent en classe. La chef du département de la santé Sharon Alroi-Price s’y est opposée. « Dans le passé, nous ne trouvions pas beaucoup de patients de cette façon. Je ne sais pas si cela vaut la peine de dépenser de l’argent », a-t-elle déclaré.

🟦 ANNONCE 🟦