Un nombre incroyablement élevé de personnes dans le monde – 1,8 million – sont mordues chaque année par des serpents venimeux – et près de 100 000 d’entre elles en meurent. La morsure de serpent est une maladie tropicale négligée qui touche des millions de personnes et une cause majeure de décès sous les tropiques – en particulier parmi les agriculteurs qui rencontrent des serpents dans leurs champs.

L’Organisation mondiale de la santé a lancé un plan stratégique pour réduire les morsures de serpents de 50% d’ici 2030. Une base importante pour atteindre cet objectif est l’expansion de la recherche scientifique pertinente. Des études antérieures se sont concentrées sur les corrélations statistiques entre les morsures de serpent et les facteurs écologiques, sociologiques ou environnementaux, mais les modèles de comportement humain et de serpent qui conduisent le processus temps-espace n’avaient pas encore été intégrés dans un modèle unique.

Désormais, un groupe de recherche international qui comprenait des chercheurs de l’Université de Tel Aviv (TAU) a créé un modèle de simulation innovant pour prédire les morsures de serpent basé sur une meilleure compréhension des interactions entre les agriculteurs et les serpents dans le temps et dans l’espace.

Les chercheurs ont étudié le Sri Lanka, anciennement connu sous le nom de Ceylan, un pays insulaire d’Asie du Sud situé dans l’océan Indien, qui est un point chaud mondial pour les morsures de serpent avec quelque 30 000 cas par an. Les scientifiques ont développé un modèle de prédiction des morsures de serpents basé sur les modèles de comportement des fermiers et des serpents.

La recherche s’est concentrée sur six types de serpents, certains parmi les plus venimeux au monde (cobra, vipère de Russell, vipère à écailles de scie, vipère à nez bosse, krait commun et krait de Ceylan), en les associant aux agriculteurs qui cultivent les trois cultures de la région: riz, thé et caoutchouc. Par exemple, le modèle prédit que les morsures de la vipère de Russell atteignent leur maximum dans les rizières en février et août, tandis que la vipère à nez bosse mord généralement dans les plantations de caoutchouc en avril et mai.

🟦 ANNONCE 🟦

Le modèle pourrait être utilisé dans différents pays pour prédire les changements dans les modèles de morsures de serpent résultant du changement climatique à l’avenir. Il peut, a déclaré l’équipe, devenir un outil précieux pour les politiques de prévention des morsures de serpent, sauvant de nombreuses vies humaines. Ils ont publié leur étude dans PLoS (Public Library of Science) Neglected Tropical Diseases sous le titre  » Intégration du comportement humain et de l’écologie des serpents avec des modèles basés sur des agents pour prédire les morsures de serpent dans les paysages à haut risque. »

Ils ont également déterminé que dans la partie sud-est de la région étudiée, le plus grand nombre de morsures de serpent sont infligées par la vipère de Russell, l’un des serpents les plus dangereux du monde, tandis que dans d’autres parties de cette région, les morsures de serpent de la vipère à bosse moins mortelle sont les Le plus commun.

L’étude a été dirigée par le Dr Takuya Iwamura (actuellement à l’Oregon State University) et Eyal Goldstein de la TAU’s School of Zoology et le Dr Kris Murray de l’Imperial College de Londres et de la School of Hygiene and Tropical Medicine de cette ville. Parmi les autres participants figuraient des chercheurs de la Liverpool School of Tropical Medicine, de l’Université de Lancaster et de l’Université de Kelaniya, Sri Lanka.

«Nous avons construit un modèle interdisciplinaire unique en son genre, qui comprend les modèles de comportement des deux côtés – serpents et humains, identifiant les facteurs de risque à divers moments et endroits et les mettant en garde contre eux. Par exemple, le modèle peut faire la distinction entre les zones à faible risque et à haut risque, une différence qui peut se manifester par le double du nombre de morsures de serpent pour 100 000 habitants », a expliqué Goldstein.

🟦 ANNONCE 🟦

Murray a ajouté que «les serpents et les gens vaquent à leurs occupations à différents moments de la journée, à différentes saisons et dans différents types d’habitats. Le modèle capture tout cela pour prédire les rencontres entre les gens et les serpents dans les zones où les agriculteurs travaillent. Nous prenons ensuite en compte l’agressivité des différentes espèces de serpents pour déterminer la probabilité qu’une rencontre entraîne une morsure.

Iwamura a noté que «notre approche consiste à analyser mathématiquement les interactions entre les serpents et les humains, en mettant l’accent sur la perspective écologique. Il s’agit d’une approche complètement nouvelle pour comprendre le mécanisme qui cause les morsures de serpent. Contrairement à la plupart des études, qui jusqu’à présent se sont concentrées principalement sur les facteurs de risque sociaux et économiques, nous avons choisi de nous concentrer sur les aspects écologiques – tels que les mouvements et les habitats des serpents, l’impact du climat et des précipitations, et les comportements respectifs des agriculteurs et des serpents – comme une clé pour prédire les rencontres potentielles. »

Vérifié par rapport aux données existantes au Sri Lanka, le modèle s’est avéré très précis pour prédire les modèles de morsures de serpent dans différentes zones et différentes saisons, ainsi que la contribution relative de divers types de serpents à l’image globale, comme le montrent les données hospitalières. Les chercheurs ont maintenant l’intention de mettre en œuvre le modèle dans des endroits qui ne disposent pas encore de données précises sur les morsures de serpent.

Ils l’utiliseront également pour prédire les changements futurs résultant du changement climatique – tels que l’augmentation des précipitations conduisant à une plus grande activité des serpents, ainsi que des changements dans l’utilisation des terres et les habitats disponibles pour les serpents.

«Notre modèle peut aider à concentrer les efforts des politiques de réduction des morsures de serpent et servir d’outil d’alerte, de sensibilisation et de sauvetage de vies humaines», a conclu Iwamura. «De plus, nous considérons cette étude comme la première étape d’un projet plus large; à l’avenir, nous avons l’intention de développer des modèles plus complexes de rencontres entre l’homme et la faune, pour soutenir à la fois les politiques de santé publique et de préservation de la nature dans le monde réel.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News