24h/24 et 6j/7 : Vous souhaitez rester informé ? Rejoignez les fils d'actualités sur Facebook Rejoignez notre page Facebook.

Si vous étiez le pape vivant au 14ème siècle et que vous pouviez vérifier ce fait, ne vous demanderiez-vous pas comment de tels artefacts juifs sont arrivés dans votre résidence en premier lieu ?

Après quelques recherches (sans jeu de mots), vous auriez découvert que votre nouvelle résidence au Vatican avait en fait été construite sur des sections du palais de César – le Vatican, y compris la basilique Saint-Pierre, a été construit sur le palais romain de l’empereur Vespasien environ 200 ans après le limogeage de Rome en 455 après JC. En effet, il y a des fouilles en cours là-bas en ce moment, alors même que vous lisez ce magazine.

Cela signifie que les vandales et les Wisigoths sont passés par-dessus, ou n’ont tout simplement pas trouvé, les trésors sélectionnés cachés dans ce palais, et ont plutôt emporté avec eux les nombreux objets exposés au public dans le Temple, situé non loin de là.

Il est dit dans le Talmud que le célèbre sage juif et auteur du Zohar, le rabbin Shimon bar Yochai , est allé à Rome avec ses collègues pour annuler les décrets sévères imposés à la Judée, et pendant qu’il était là, il a vu les éléments exacts mentionnés dans cet article. Ils ont fini par être des invités royaux au palais de Vespasien après avoir été invités à s’occuper de sa fille malade. Lorsqu’ils l’ont miraculeusement guérie, les sages ont eu la chance de voir ces objets extrêmement sacrés, prouvant qu’ils étaient conservés à cet endroit.

En fait, l’historien Josephus Flavius ​​​​enregistre l’événement au cours duquel Vespasien a pris pour lui ces objets spécifiquement comme ses trésors spéciaux à conserver, y compris un ancien rouleau de la Torah.

🟦 ANNONCE 🟦

Selon l’expert du Vatican, le Dr Michael A. Calvo, ces navires et d’autres ont trouvé leur chemin vers le Vatican par une autre route, après avoir fait leur chemin vers Byzance : et le massacre de la population chrétienne orthodoxe », affirme Calvo. « Shofars et ustensiles du temple ; vêtements du Souverain Sacrificateur; le Tzitz – une plaque d’or avec les mots Kodesh L’Hashem (« Saint au Seigneur »); objets culturels, et de nombreux autres objets d’art, livres et manuscrits que le Vatican et d’autres églises se sont appropriés et placés dans leurs propres réserves, bibliothèques et musées.

Mais où est la preuve factuelle et tangible que le Vatican a « hérité » de ces objets sacrés et les a conservés jusqu’à aujourd’hui ?

Le ministère des Affaires étrangères et les services de sécurité israéliens ont peut-être déjà des preuves : il y a environ 50 ans, il y avait un certain étudiant juif – appelons-le DM – qui était inscrit à un cours par correspondance à l’Urbaniana, l’université du Vatican. Après avoir assisté en personne aux derniers semestres de son doctorat, il s’est retrouvé le seul Juif parmi 17 000 étudiants ! DM m’a dit qu’il était très aimé, mais lorsque les choses se sont gâtées, le professeur et l’étudiant l’ont approché avec respect afin de le convertir.

Après avoir fermement refusé à maintes reprises, un de ses amis (qui deviendra plus tard l’un des archivistes du Vatican, le cardinal Antonio Samore) lui proposa de lui montrer ce qu’« était » son héritage juif – les vases du Temple – dans le but de l’inciter à se convertir. DM a accepté d’être emmené les voir des mois plus tard, la nuit. Quand je lui ai demandé s’il y avait quelque chose dans cette grotte qui avait appartenu au Temple, il a simplement répondu : « Tout y est !

🟦 ANNONCE 🟦

A-t-il vraiment vu quelque chose, ou s’est-il simplement approché ? De nombreuses années plus tard, en 2002, DM a apparemment donné des preuves suffisantes au ministre des Affaires étrangères de l’époque, Shimon Peres, et à d’autres qui étaient en négociation avec de hauts responsables du Vatican à l’époque. Si cela est vrai, Israël a peut-être déjà un cas solide et bien documenté.

Et maintenant? Aujourd’hui, au 21ème siècle, il existe un État souverain d’Israël prospère, étant le seul représentant mondial du peuple juif, ou le Congrès juif mondial, les deux étant des adresses adéquates pour conclure un accord pour une sorte d’accord de rapatriement.

Entre-temps, les relations catholiques romaines avec Israël sont en hausse, le dialogue et la coopération avec l’État juif sont étroits, et il y a même plusieurs Juifs qui ont été anoblis par des papes récents. Alors pourquoi ne pas négocier sur tout ce qui existe actuellement ?

Avant d’en arriver là, cependant, laissez le lecteur réfléchi parcourir des histoires vraies suggérant que le Vatican a beaucoup à cacher ?

L’UN des plus grands rabbins de sa génération au début du XXe siècle était le grand rabbin de Libye, le rabbin Yitzchak Chai Bozovka, âgé de 77 ans, expert dans tous les domaines de la Torah à la fois cachés et révélés et auteur de nombreux livres remarquables. En 1929, le roi d’Italie Vittorio Emanuel III est venu à Tripoli pour une visite royale. La Libye était alors sous domination italienne, et les Juifs de la ville ont organisé un immense banquet, digne d’un roi, avec leur grand rabbin bien-aimé au premier plan.

Le rabbin Bozovka a fait une forte impression sur le monarque et, avant que le roi ne reparte pour Rome, il a invité le rabbin à assister au mariage de son fils, le prince. Un an plus tard, le rabbin a reçu l’invitation royale, mais a refusé d’y aller en raison de sa faiblesse, bien qu’il ait ajouté la question : « Pourquoi ai-je besoin alors que vous avez le pape ? »

Dans les 48 heures, le roi a renvoyé un télégramme indiquant qu’il ne fallait pas s’inquiéter et qu’il souhaitait vivement que le rabbin bénisse (encore) le nouveau couple. Il a proposé de lui envoyer son bateau royal, de lui donner toute la nourriture casher et l’hébergement nécessaires, et l’a même signé : Votre ami, le roi. Le rabbin accepta à contrecœur. Quand il est arrivé à Rome, il a été traité comme des rois et le mariage a été un énorme succès.

Alors que les cérémonies touchaient à leur fin, le roi demanda au rabbin s’il pouvait faire quelque chose pour lui. Bozovka a répondu qu’il désirait tellement voir les vases sacrés du Temple juif dans les caves du Vatican. Lorsque le roi a entendu cela pour la première fois, il a refusé, disant qu’il y avait une séparation de l’Église et de l’État, et qu’il n’avait pas juridiction sur le pape en ces matières. Les deux ne s’entendaient pas exactement !

Néanmoins, après de nombreuses incitations, le roi alla de l’avant et réussit à convaincre le pape (en lui faisant une offre qu’il ne pouvait pas refuser), mais à la condition que ce ne soit que le rabbin seul. Ce jour-là, il fut même invité au Saint-Siège pour une audience personnelle avec le pontife.

Tard dans la nuit, et après une longue préparation spirituelle, le rabbin rencontra le garde aux portes du Vatican, ses étudiants restant à l’extérieur, et descendit les marches (quatre étages sous le musée Saint-Pierre) jusqu’à un labyrinthe caché d’anciennes galeries attachées au Nécropole. Après avoir finalement atteint l’entrée de la grotte, il a vu ce qu’il a vu et écrit dans son livre de Responsa qu’il a vu « assez » et qu’il n’était plus capable de voir. Il s’est ensuite retourné et a pratiquement couru hors du bâtiment.

En sortant, ses étudiants ont été choqués de constater que son visage brillait réellement. A partir de ce jour, le rabbin prit sur lui de s’abstenir de parler, jusqu’à sa mort le 21 février 1930, 40 jours plus tard.

Une autre histoire, celle du célèbre rabbin Benjamin (ben Yonah) de Tudela, un marchand juif de la Navarre moderne en Espagne. Il passa beaucoup de temps à Rome après l’élection du pape Alexandre III en 1159, puis de novembre 1165 à 1167. Sa mission était d’enregistrer le mode de vie des juifs séfarades à travers l’Europe et l’Afrique. Ses voyages l’ont conduit de l’Espagne à la France, l’Italie, la Turquie et le Proche-Orient, y compris Beyrouth et Jérusalem. Voyageur ibérique bien connu, il a conservé dans son carnet de voyage des registres complets et extrêmement précis, comme l’ont noté ses contemporains. Lorsque le rabbin passa par Rome dans les années 1160, il nota la « position honorable » de la population juive de la ville, ainsi que les « merveilleux édifices » qui s’y trouvaient.

Était-il pour autant crédible ? De toute évidence, les commentateurs de cet ouvrage tenaient leur sujet en haute estime. Un commentateur qui traduisit l’itinéraire en 1840, A. Asher, fit un éloge élogieux du rabbin Benjamin : considération de ces avantages, est sans rival dans l’histoire littéraire du Moyen Âge. Aucune des productions de l’époque n’est aussi exempte de fables et de superstitions que Les Voyages de Benjamin de Tudela.

Tudela a écrit : « Rome est le chef des royaumes de la chrétienté et y vivent environ 200 (familles de) juifs, qui sont respectés et qui ne paient aucun impôt à personne ». Et maintenant les gens pour la viande et les pommes de terre : « A Rome, il y a… la grotte où Titus, fils de Vespasien, a entreposé les ustensiles du Temple qu’il a apportés de Jérusalem. »

C’était avant que les papes ne s’installent à la fin des années 1300 au Vatican. Il semble qu’en effet, les vandales ne se soient pas enfuis avec tout le trésor après tout.

Il y a une vieille photo en ma possession de ce mystérieux couloir devant la grotte, rempli de personnes squelettiques effrayantes embaumées à ce jour, 50 de chaque côté, et montrant l’énorme porte en bois voûtée à la fin. Cette photo a été prise il y a au moins 50 ans avec le gardien vêtu de noir et tenant une lanterne, attestant essentiellement du récit de Tudela.

Le RABBIN DAVID ROSEN, directeur international des affaires interreligieuses à l’American Jewish Committee, a une approche différente. Rosen – qui a dirigé le Comité juif international pour les consultations interreligieuses (IJCIC), la large coalition d’organisations et de dénominations juives qui représente la communauté juive mondiale dans ses relations avec les autres religions du monde – a été fait chevalier papal en 2005 pour sa contribution à Réconciliation judéo-catholique.

Le président de l’AP Mahmoud Abbas, le pape François et le président Shimon Peres quittent la Maison de Santa Marta au Vatican le 8 juin 2014. (Crédit : RICCARDO DE LUCA/POOL/REUTERS)
Le président de l’AP Mahmoud Abbas, le pape François et le président Shimon Peres quittent la Maison de Santa Marta au Vatican le 8 juin 2014. (Crédit : RICCARDO DE LUCA/POOL/REUTERS)
Il a également été choisi pour diriger le célèbre service de prière de 2013 avec le pape, le président de l’AP Mahmoud Abbas et Shimon Peres au Vatican. Rosen suggère d’approcher divers musées en Israël qui avaient déjà des expositions d’art et d’archéologie du Vatican (qui venaient d’Israël à l’origine), et de suggérer un accord de prêt pour une période limitée, pour exposer certains vaisseaux anciens de leur choix.

Cela constituerait un gagnant/gagnant pour les deux parties, et serait certainement un événement majeur ! Rosen prévient que toute l’idée de restaurer des artefacts du patrimoine culturel ou religieux dans leur pays d’origine est complexe et doit prendre en compte, entre autres, les intérêts du pays qui possède actuellement les artefacts.

Est-ce qu’Israël peut, ou plus important encore, devrait faire usage des lois internationales actuelles sur le rapatriement ? Cela peut également être envisagé, mais des problèmes inconfortables ne manqueront pas de survenir. Par exemple, en cette ère de politiquement correct, les questions suivantes pourraient devoir être abordées : le peuple juif est-il toujours le propriétaire légitime de cet ancien trésor ?

Qu’en est-il de la théologie de remplacement ? Se pourrait-il qu’après 2000 ans, à huis clos, la propriété de ces artefacts religieux historiques soit débattue et contestée ? De la même manière, par exemple, que la propriété légale de Jérusalem est débattue et contestée ? Je dis oui!

Ce n’est pas seulement matière à réflexion. Croyez-le ou non, et avec tout le respect que je vous dois, j’ai des raisons de suggérer ici (sans entrer dans les détails) que cela fait partie intégrante d’une nouvelle attitude et approche, une indication de ce qui se discute réellement dans les longs couloirs de Rome, l’ONU, l’UE et aussi l’AP. Il a même un nom : Lawfare.

Voici un exemple : il n’y a pas longtemps, Abbas a eu une consultation personnelle avec le pape François. Après avoir convenu que la solution à deux États était la seule voie à suivre pour faire la paix avec Israël, Abbas a déclaré qu’en ce qui concerne l’avènement d’une capitale palestinienne, « l’identité de Jérusalem doit être préservée grâce à un statut spécial garanti au niveau international ». En d’autres termes, le territoire qui appartenait au peuple juif il y a si longtemps ne signifie pas nécessairement qu’il appartient à Israël aujourd’hui, selon Abbas. Il y a plus.

L’agent de liaison officiel du pape en Israël, Mgr Giuseppe Lazzarotto, nonce apostolique en Israël et délégué apostolique à Jérusalem et en Palestine, a déclaré dans une lettre officielle datée du 15 novembre 2013 que si les trésors du Temple existent toujours, l’église rendrait ces objets perdus à leurs «propriétaires légitimes». Laissez cela couler un peu.

Je suis prêt à faire le pari qu’aussi sûr que le soleil se lève à l’est, si les fonctionnaires du Vatican prétendaient qu’ils possèdent tout (ayant agi en tant que conservateurs paternels, pour ainsi dire), et que le trésor serait théoriquement conservé dans un « musée juif du Vatican » quelque part, tout changerait. En effet, c’est en fait le plan B : plus besoin pour le Vatican d’ignorer l’éléphant dans la pièce ; l’évasion diplomatique n’est plus nécessaire. Et oui, à ce moment-là, je suis sûr que le préfet en chef emporterait tout ce qu’il a pour que toute l’humanité puisse le voir.

Soyons clairs, cependant. Le plan A n’est pas politiquement correct, mais de l’avis de cet auteur, c’est la vérité, que ce vaste trésor était, est maintenant et sera toujours juif, avec sa maison finalement à Jérusalem, la capitale unie d’Israël.

À la fin de la journée cependant, la preuve est dans la glace. Il y a plusieurs personnes vivantes qui peuvent personnellement attester être des témoins oculaires du Vatican possédant des vases du Temple, y compris le candélabre Menorah. Est-ce que l’un d’entre eux se présentera et exposera ce qu’il sait (avec lui-même) ? Non, et franchement, je ne les blâme pas. Cela pourrait être imprudent. Cela ne s’arrête pas là cependant, car si cela se passait dans un cadre judiciaire (et ce n’est pas le cas), la majorité conviendrait qu’il y a déjà suffisamment d’informations dans le dossier pour avoir une «cause justifiable» raisonnable pour aller de l’avant. Ce que cela signifie dans notre cas, c’est que la conclusion de cet accord avec le musée commence à être de mieux en mieux.

Après plus de 25 ans de recherche sur la localisation des trésors perdus du Temple, plus de détails sur le Vatican ont été inclus dans ma série de livres, The ARK Report, y compris l’existence du rouleau de la Torah le plus ancien (et très fragile) provenant du bâtiment du Temple, le plaque de tête dorée du grand prêtre avec le saint nom de Dieu gravé dessus (tzitz en hébreu), le rideau géant qui pendait à l’entrée du Temple (parohet en hébreu) ​​qui contient encore la larme de l’épée de Titus, des trompettes, et divers autres ustensiles d’autel rituels (en cuivre), comme mentionné précédemment, et documentés par Josèphe.

Il y a trente-cinq ans, un certain gardien suisse du Vatican (aujourd’hui légalement aveugle) qui était posté près des dortoirs a découvert qu’il était en fait juif. Cela l’a inspiré à décider d’ouvrir la porte la nuit et de descendre jusqu’au bout. Il parle d’avoir marché jusqu’au bout et d’avoir trouvé un tunnel étroit et étroit qui mène à une salle de statues, à un couloir mystérieux, puis à la grotte où il a vu (et apparemment presque touché) le candélabre Menorah, apparemment brillant d’une lumière blanche. Le lendemain matin, il a apparemment raconté toute l’histoire au grand rabbin de Rome de l’époque, le rabbin Elio Toaff, qui était connu pour avoir témoigné de sa véracité.

Mais revenons aux affaires ! La principale préoccupation se situe maintenant vraiment au niveau politique. En 2022, loin d’être scandaleux ou insultant, approcher le Saint-Siège avec l’idée d’un musée par lequel le Vatican conserve la propriété et envoie une exposition de certains objets anciens du Temple à Jérusalem présente une idée brillante. C’est une tendance internationale de nos jours. La plupart des gens se rendent compte qu’il n’y a aucun sens à conserver des objets précieux qui sont en quelque sorte pour toute l’humanité dans une cave ou une grotte quelque part.

Cependant, si le Saint-Siège estime que le moment n’est pas encore venu pour un tel geste, les choses pourraient devenir un peu plus compliquées.

Certaines décisions arbitraires peuvent provenir des pouvoirs en place (pensez à la résolution n ° 2334 du Conseil de sécurité de l’ONU) désignant, dans ce cas, les navires perdus du temple, comme autre chose que juifs et doivent donc rester sur place. Bien que le statu quo vis-à-vis des trésors cachés du Temple soit resté in situ pendant des millénaires, on peut supposer que cela ne durera pas éternellement. Dans tous les cas, comme dans le cas de Jérusalem, les décisions seront finalement prises avec ou sans le consentement du ministère israélien des Affaires étrangères.

Si les choses fonctionnent avec le Vatican, tant mieux ! C’est le moment, et des témoignages sous diverses formes arrivent, tous avec le message qu’il est grand temps que les Juifs ramènent leur fierté et leur gloire chez eux.

En attendant, une équipe d’avocats et d’ambassadeurs associés au Centre des affaires publiques de Jérusalem (JCPA) se joignent à moi dans cette entreprise, alors que je rencontre le Département des religions du monde au ministère israélien des Affaires étrangères, ainsi que le Nonce pontifical en Israël, l’archevêque Adolfo Tito Yllana. Mon objectif, en fin de compte, est d’identifier les objets sacrés mentionnés ci-dessus au Vatican en les recoupant avec les premières acquisitions du Vatican (y compris les XIIe-XIIIe siècles) telles qu’elles apparaissent dans leurs listes d’inventaire d’origine.

Il est intéressant de noter que ce manifeste se trouve dans les archives secrètes papales situées derrière une lourde porte au bout d’un couloir à l’étage inférieur de la tour des vents (construite à l’origine en 1578). Seul le préfet en chef dispose de cette clé. Cette liste d’inventaire est en fait antérieure à l’époque où les papes ont utilisé le Vatican pour la première fois comme lieu de résidence, à partir de 1377.

Si les choses ne marchent pas avec le Vatican, ce n’est pas si bien. L’État d’Israël devrait donc commencer à préparer un dossier de rapatriement légal en faisant valoir que les artefacts de l’ancien Temple, où qu’ils se trouvent, appartiennent pleinement à Jérusalem en tant que patrimoine national éternel du peuple juif. À moins que cela ne se produise, nous devrons peut-être bientôt faire face à une nouvelle réalité venant de ces longs couloirs.

Maintenant, terminons avec quelque chose de GRAND, quelque chose d’inconnu auparavant, quelque chose de nouveau, qui a ajouté de l’impulsion à toute cette entreprise. De nombreuses histoires ont déjà été écrites sur ce sujet, mais aucune n’a abordé le fait que jusqu’à 10 pelles à encens ont été trouvées en Israël au cours des nombreuses années d’archéologie biblique ici. Je le sais parce que je les ai eu entre les mains : des pelles en bronze vieilles de 2 000 ans (maintenant vertes, bien sûr !) d’environ 40 cm de long qui peuvent encore être utilisées aujourd’hui ! Ils ont été trouvés dans tout Israël, de Jérusalem dans la région de la zone du Temple elle-même, aux villes près de Tibériade au nord et sur les rives du Kinneret.

Ils ont tous une chose en commun. Ils appartenaient aux différentes synagogues qui existaient en Israël à la fin de l’époque romaine, certaines étant peut-être consacrées pour le Temple lui-même ! Beaucoup de ces trésors ont été envoyés à l’étranger dans des endroits comme Abu Dhabi, la Corée du Sud et Singapour, tandis que d’autres sont allés à Rome (acquise par le Vatican), et même à Beverly Hills. Ils correspondent parfaitement à la description des machtah (pelles à encens), étant de la même taille et de la même forme que les ustensiles utilisés par les prêtres dans le temple hérodien, comme décrit dans le Talmud.

Pourquoi est-ce important ? Parce qu’il s’avère que le Vatican est partie à certaines des conventions internationales concernant la restitution et le rapatriement d’artefacts culturels anciens dans leur pays d’origine.

Cet article particulier ne serait pas difficile à trouver dans la liste d’inventaire du Vatican lors de mon prochain voyage à Rome, où j’apprendrais non seulement combien ils en ont, mais aussi l’emplacement exact où ils sont conservés. ■

Harry (Hirschel) Moskoff est un archéologue enquêteur, spécialiste du Temple, producteur de films et auteur de The ARK Report. Il peut être contacté à [email protected]

 

Apres plus de 10 années sur le Net, la société de médias Alyaexpress-News qui gère les sites Infos-Israel.News, Rak Be Israel, CQVC, et Ougasheli pourrait fermer d'un jour à l'autre.

NOUS N'AIMONS PAS DEMANDER DE DONS A NOS LECTEURS, NI RENDRE NOS ARTICLES PAYANTS COMME DE NOMBREUX SITES AUJOURD'HUI. MAIS NOUS SOMMES FACE AU MUR ! 

C'est un travail de tous les jours, avec une information réactive à l'actualité, nous aimons ce que nous faisons car notre seul objectif est de défendre Israel et d'informer notre public francophone , mais nous n'arrivons plus à boucler le paiement des charges depuis le début de cette satané pandémie et nous avons besoin d'une aide (même petite) mais régulière ! Aidez nous !

POUR UN DON LIBRE

 

POUR UN DON MENSUEL 

 

Merci à tous. Toute l’équipe d'Infos Israel.News.

 

SUIVEZ L'INFORMATION EN CONTINUE AUSSI SUR NOS SITES CQVC.ONLINE, ALYAEXPRESS-NEWS ET RAKBEISRAEL

(Cliquez sur le nom du site pour découvrir d'autres infos inédites)