Google prévoit de créer un centre de données régional en Israël pour ses services de cloud computing, Google Cloud Platform, comme l’a rapporté Haaretz. Le géant de la recherche pourrait investir des centaines de millions de dollars dans les infrastructures locales.

Selon les informations obtenues par Haaretz, le géant de l’Internet est en train de négocier avec plusieurs exploitants de fermes de serveurs en Israël et pourrait avoir déjà signé un contrat avec l’un d’entre eux. Google a l’intention de construire un gigantesque centre de données et de transformer Israël en une «région» pour soutenir ses opérations cloud internationales.

La mesure nécessitera la construction d’une installation de taille moyenne, dont le coût est estimé à des centaines de millions de dollars.

La décision n’est pas encore officielle. Israël n’apparaît pas sur la carte de localisation de la ferme de serveurs sur le site Web de la société, ni sur la liste des futurs emplacements. Google n’a pas répondu aux questions à ce sujet.

Haaretz a rendu compte des projets de Google de poser un câble sous-marin à fibre optique pour Internet, en collaboration avec Telecom Italia, de l’Italie à l’Inde. Une partie du câble ira de l’Italie au port jordanien d’Aqaba sur la mer Rouge, en passant par Israël. La chose logique serait d’installer des centres de données à proximité du câble, et les liens plus étroits entre Israël et les pays du Golfe pourraient inciter Google et ses homologues à construire des fermes de serveurs.

🟦 ANNONCE 🟦

Haaretz a rapporté dans le passé qu’au moins cinq sociétés multinationales explorent la possibilité de développer des fermes de serveurs en Israël, qui coûtent des centaines de millions de dollars à construire. Pendant ce temps, Oracle, Microsoft et Amazon ont annoncé leur intention de créer des centres de données régionaux en Israël, avec des partenaires locaux.

Oracle a été le premier à lancer, publiant une annonce en 2019 et travaillant depuis lors sur la recherche et la planification. La société a récemment annoncé qu’elle avait choisi un centre de données à Jérusalem construit par la société israélienne Bynet Data Communications pour héberger son projet.

Microsoft était le suivant, annonçant en janvier 2020 son intention de créer une région de serveurs en Israël. L’infrastructure est en cours d’installation au Shonfeld Data Service Center à Modi’in.

Amazon construit un centre de données dans la communauté israélienne centrale de Tnouvot, en partenariat avec la société internationale de centres de données Compass, dans laquelle le groupe israélien Azrieli détient une participation minoritaire. D’autres installations de secours seront probablement construites ailleurs dans le futur.

🟦 ANNONCE 🟦

Les infrastructures de cloud computing coûtent beaucoup d’argent, à commencer par les centaines de millions de dollars nécessaires pour les mettre en place. L’activité des géants internationaux de la technologie en Israël, associée à l’augmentation naturelle de l’informatisation, a déclenché la demande d’hébergement de centres de données et une forte augmentation des investissements dans les fermes de serveurs locales. Ils sont construits à travers le pays, par des vétérans de l’industrie comme MedOne, mais aussi par des sociétés immobilières comme Azrieli, Adgar Investments & Development et Melisron, ainsi que par des opérateurs internationaux comme Compass et ServerFarm.

Une étude de la société de stratégie d’entreprise 11Stream suggère que l’investissement à long terme dans les centres de données et les fermes de serveurs en Israël pourrait rapporter jusqu’à 22 milliards de shekels à l’État au cours des 20 prochaines années.

La mesure profiterait également à l’industrie technologique locale, avec l’amélioration des infrastructures et des opportunités d’affaires et d’emploi. Cela pourrait également conduire davantage d’entreprises israéliennes à passer au service cloud de Google, supprimant les obstacles réglementaires pour les banques et les grands assureurs.

Avec l’appel d’offres pour la fourniture de services cloud au gouvernement israélien et aux forces de défense israéliennes en voie d’achèvement, Google et Amazon restent les seuls candidats possibles après le retrait d’Oracle et de Microsoft. L’appel d’offres nécessiterait l’entretien des installations locales.

Source anglaise : Haaretz



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News