Buttercup fields in a kibbutz in southern Israel. Photo by Kavram via shutterstock.com

Si vous avez reçu des fleurs le jour de la Saint-Valentin, il y a de fortes chances pour qu’elles soient originaires d’Israël. Plus de 500 millions de tiges sont exportées chaque année. 65% vont aux Pays-Bas, célèbres pour leurs tulipes.

La Saint Valentin qui à l’origine, était une journée de commémoration des martyrs des débuts du christianisme est devenue au cours des derniers siècles, le jour d’amour et de séduction, rempli de notes manuscrites sincères (ou de marques de fabrique), de chocolats en forme de cœur et de bouquets de fleurs épanouis.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

C’est l’occasion idéale d’approfondir le monde des fleurs israéliennes. vi Vilozni, responsable du comité de la commission des fleurs israélienne, spécialisée dans l’exportation de produits agricoles frais d’Israël vers le monde a été interrogé sur Israel 21.

ISRAEL21c: Avi, combien de fleurs Israël exporte-t-il chaque année?

Avi Vilozni : Les professionnels estiment que les fleurs coupées ont été exportées à environ 500 millions de tiges au cours de la dernière année.

I21c: Où sont cultivées les fleurs en Israël?

AV: Les fleurs sont cultivées dans tout le pays. Chaque région a son propre avantage relatif. Les fleurs nécessitant du froid pour fleurir [sont cultivées] dans les régions montagneuses et ainsi de suite. En général, les fleurs sont cultivées dans des endroits avec contrôle du climat (serres) et contrôle du sol (plates-formes isolées) afin de pouvoir être cultivées à travers le pays – de la frontière libanaise à la région d’Arava au sud.

I21c: Quelles sont les principales fleurs qu’Israël exporte?

AV: Fleurs de cire, anémones, renoncules et pivoines.

I21c: Les consommateurs de différents pays ont-ils des goûts différents?

AV: Certainement! En Europe de l’Est – gerberas avec un grand capitule, et en Europe occidentale, des gerberas avec un petit capitule.

En Russie, ils aiment les longues fleurs à grandes têtes – des types que nous considérons comme «à l’ancienne»: roses, œillets, gerberas. En Europe occidentale (Pays-Bas, Allemagne, Scandinavie), on préfère les bouquets complexes qui contiennent beaucoup de «fleurs d’été» telles que les waxflowers, les lisianthus, le limonium, etc.

Bien sûr, il y a aussi des vacances et des saisons spéciales. À Noël – rouge et blanc de tous types. Rouge pour le jour de la Saint-Valentin. Bleu pour la fête des mères en Angleterre. La saison des tulipes aux Pays-Bas, etc.

I21c: Les Israéliens ont-ils un goût différent pour les fleurs?

AV: Il n’y a pas de statistiques ordonnées sur le marché local en Israël. L’expérience montre que les préférences ici ressemblent davantage aux marchés d’Europe orientale (n’oublions pas la contribution de l’Aliya de la Russie à la demande israélienne). On préfère les roses, les chrysanthèmes et les gerberas à grandes têtes florales – des espèces légèrement dépassées destinées à l’exportation.

I21c: Israël se spécialise-t-il dans certains types de fleurs?

AV: Israël est spécialisé dans l’innovation dans le domaine de l’exportation. De nombreux producteurs visitent les marchés, principalement aux Pays-Bas, et reproduisent en Israël de nouvelles variétés pour lesquelles ils voient un potentiel, à la fois sur le marché et sur la période de culture. L’hiver permet une culture efficace ici en Israël par opposition aux possibilités offertes par l’hiver néerlandais.

I21c: Où sont exportées les fleurs israéliennes?

AV : partout dans le monde. Les Pays-Bas sont un marché important. C’est là que se trouvent les échanges de fleurs et qu’environ 65% des fleurs israéliennes y sont envoyées. On dit parfois que vendre des fleurs aux Hollandais revient à vendre des réfrigérateurs aux Eskimos.

I21c: Quelle est la demande la plus étrange que vous ayez reçue?

AV: Lorsque des fleurs de la bande de Gaza ont été envoyées pour exportation via l’Égypte, elles se sont coincées à l’entrée de l’Europe et nous avons aidé à les libérer afin qu’elles parviennent au marché à temps.

I21c: Y a-t-il une augmentation des commandes avant la Saint-Valentin? Des fleurs particulières?

AV: Certainement, rien à voir avec les fleurs rouges. Et une augmentation générale due aux demandes de bouquets mixtes.

I21c: Quel avenir pour le marché aux fleurs israélien?

Selon les données sur les exportations des dernières années, les exportations d’Israël sont en diminution en raison de la réduction du nombre d’agriculteurs, de l’absence de génération de suivi et de l’attitude du gouvernement à l’égard des agriculteurs.

La réduction est d’environ 3-4% par an. Le marché local est en plein essor, mais il ne peut pas remplacer des exportations de même taille, de sorte que la production diminue.

I21c: Dernier point, mais non le moindre, une question personnelle. Quelle est ta fleur préférée?

AV: J’ai commencé mon travail sur le terrain en 1985, lorsque l’État d’Israël exportait 450 millions de roses par an, sur un total de 1,5 milliard de fleurs. L’année dernière, Israël n’a pas exporté une seule rose parce que la culture dans des fermes de roses africaines et sud-américaines a fermé l’industrie de la rose en Israël. Je pense toujours que la rose est la Reine.