Le prix médian des transactions immobilières à Tel-Aviv au deuxième trimestre de cette année a dépassé 3,5 millions de shekels, soit 20 % de plus qu’il y a deux ans. Le cœur du marché immobilier israélien est en plein essor, et il semble y avoir des gens prêts à payer n’importe quel prix pour vivre dans la grande ville. C’est ce qui ressort des données de l’Office central des statistiques sur les prix des logements pour le deuxième trimestre, publiées en début de semaine.

Les données montrent que les différences de prix entre les grandes villes se creusent, dans un contexte de hausse générale des prix qui s’est installée depuis la première phase de la pandémie de coronavirus. Un constat est que le stock de logements neufs à vendre diminue rapidement car le public accumule les appartements des entrepreneurs à un rythme exceptionnel.

Le T4 en hausse de 14 % en un trimestre
Comme cela a été dit, Tel-Aviv mène la tendance à la hausse des prix. Au deuxième trimestre de cette année, des accords ont été signés dans la ville à des prix supérieurs de 10 % à ceux du premier trimestre. Le prix médian d’un petit appartement d’une à deux chambres a augmenté de 12 % pour atteindre 2,42 millions de shekels ; les prix des appartements de trois chambres ont augmenté d’un pourcentage similaire, à 3,2 millions de shekels ; tandis que les prix des appartements de quatre chambres ont augmenté de 14% en un seul trimestre pour atteindre 4,28 millions de shekels. Les prix des appartements de cinq chambres ont chuté de 0,8% à 4,7 millions de shekels.

La hausse des prix des logements à Tel-Aviv a creusé l’écart par rapport aux prix des logements équivalents dans d’autres grandes villes. S’il y a deux ans un appartement vendu à Tel-Aviv était en moyenne 41 % plus cher qu’un appartement équivalent vendu à Ramat Gan à la même époque, cette différence s’est aujourd’hui élargie à 54 %. En ce qui concerne Jérusalem, la différence s’est élargie de 46% à 67%, et en ce qui concerne Haïfa, elle est passée de 139% à 200%, ce qui signifie qu’un appartement à Tel Aviv coûte trois fois plus cher qu’un appartement équivalent à Haïfa. .

C’est probablement pour cette raison que l’économiste en chef du ministère des Finances souligne dans son étude du marché immobilier que le nombre de transactions réalisées à Tel-Aviv est nettement plus faible que par le passé. Avec des prix comme celui-ci, la ville se ferme rapidement à une grande partie de la population qui n’en a pas les moyens.

🟦 ANNONCE 🟦

Dans l’ensemble, les prix des transactions immobilières au deuxième trimestre étaient inférieurs de 3 % à ceux du premier trimestre 2021. Les prix médians des appartements sont tombés à 1,65 million de shekels. Une explication possible est la hausse de 5 % des prix au premier trimestre par rapport au quatrième trimestre 2020.

Les prix des logements neufs augmentent de 6,5% en deux mois
Comme mentionné, le stock de maisons neuves à vendre est en baisse. Selon l’Office central des statistiques, 10 600 logements neufs ont été vendus rien qu’en mai et juin. C’est plus de la moitié du total des maisons neuves vendues en 2011, et près de la moitié du total vendu en 2018. C’est un comportement historiquement extraordinaire, comme ce qui a peut-être été observé lors de la vague d’immigration il y a 30 ans. Environ 20 % s’expliquent par des achats dans le cadre du programme de prix d’achat subventionné.

Pour élargir un peu le tableau, plus de 25 000 nouveaux logements ont été vendus en Israël au cours du premier semestre de cette année. C’est un chiffre dramatique, car le taux d’achat de logements neufs est supérieur au taux de construction. En un an, le stock de logements neufs à vendre a baissé de 30 % pour atteindre environ 36 000 à fin juin. Si ce taux est maintenu, le gouvernement ne pourra trouver aucun moyen d’augmenter l’offre de logements, et les seuls outils qui resteront pour modérer la hausse des prix seront des mesures fiscales, et de nouvelles restrictions sur les hypothèques comme celles qui ont déjà été été inséré. Ces outils seront-ils efficaces ? C’est une question difficile. L’hypothèse qui prévaut au Gouvernement est que les acheteurs d’investissements sont les principaux responsables de la hausse des prix,

Les promoteurs ont pris en compte la demande de logements neufs et ont rapidement augmenté les prix. L’indice des prix des logements neufs a augmenté de près de 6,5% au cours des deux derniers mois, contrairement à la hausse annuelle des prix de 7,7% pour tous les logements, ce dont les gens doivent être conscients avant de signer un accord pour acheter une « maison prête à l’emploi ». . » Une autre information importante dans ce contexte est l’indice des prix des matériaux de construction, qui augmente à un taux annuel de 6 à 7 %, et qui peut poser des problèmes aux acheteurs de maisons neuves qui n’en tiennent pas compte.

🟦 ANNONCE 🟦

Loyers stagnants
Alors que les prix des maisons montent en flèche, le marché locatif reste beaucoup plus lent. L’indice des services de logement n’a augmenté que de 2 % au cours des douze derniers mois, et les prix des contrats de location signés au deuxième trimestre de cette année ont baissé, bien que légèrement, de moins de 0,5 %. Le loyer mensuel moyen n’a baissé que de 10 NIS, à 4 080 NIS.

Les appartements les plus chers inclus dans les données du Bureau central des statistiques sont les appartements de cinq chambres à Tel-Aviv, qui se louent 9 300 shekels par mois. Les moins chers sont les appartements d’une ou deux chambres à Beersheva, pour lesquels les locataires paient 2 038 shekels par mois.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News