Le village d’Elkana, dans la Samarie, a le pourcentage le plus élevé d’étudiants diplômés du secondaire, a fait savoir Israel Hayom .

Elkana, dont le taux d’inscription est supérieur à 98%, est suivie de la ville de Givat Shmuel, située dans la région de Tel-Aviv, où 97% des élèves de douzième année ont reçu leur diplôme.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Israël Hayom a noté que les deux villes se situaient en haut de l’échelle socio-économique et que le nombre d’élèves en douzième année était relativement faible: Elkana comptait 131 élèves de douzième année et 627 à Givat Shmuel.

La ville arabe de Kaukab Abu al-Hija, située en Basse Galilée, et la ville centrale de Kiryat Ekron, ont terminé à égalité pour la troisième place, avec 96% des candidats ayant réussi leurs examens, et le conseil régional de Lev Hasharon est arrivé à leur tour, avec 95,5% des suffrages : Ramat Hasharon (94,6%), Shafir (94%), Givatayim (93,8%), Shoham (93,7%), Hurfeish (93,4%), Deir Hanna (92,8%) et Beit Jann (92,6%) complétaient la liste.

La semaine dernière, le ministère de l’Éducation israélien a publié les statistiques nationales, qui montrent que 70% des étudiants israéliens de la douzième année ayant passé les examens d’obtention du diplôme ont reçu leur diplôme cette année, un record.

Les statistiques ont également montré que le nombre d’élèves de douzième année bénéficiant de tests de logement a continué à augmenter, atteignant des sommets démesurés: à Tel Mond, 83% des élèves de 12e ont profité des tests de logement, de même que 77% des élèves de 12e année en Samarie, 75 % à Merom Hagalil, 71% à Emek Hefer et 69% à Even Yehuda.

Les adaptations comprennent une durée supplémentaire de test, un test oral et un testeur qui lit le test et note les réponses de l’élève.

Israel Hayom a fait remarquer que les statistiques suggèrent que les familles à statut socio-économique élevé semblent payer pour les évaluations de leurs enfants, ce qui les conduit à bénéficier d’un hébergement pendant leurs examens. Au cours des dernières années, le ministère de l’éducation a œuvré à la réduction du nombre d’élèves bénéficiant d’accommodements inutiles pour les tests.