Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Les médecins européens mettent en garde contre l’utilisation d’analgésiques dans le cas de maladies infectieuses. C’est l’un des analgésiques les plus populaires en occident, l’ibuprofène.

L’ANSM, l’Agence nationale pour la sécurité des médicaments, a lancé cette semaine un avertissement indiquant qu’en cas de maladie infectieuse (otite, angine, rhinopharyngite, etc.), l’ibuprofène peut aggraver l’état du patient.

🟦 ANNONCE 🟦

Selon l’ANSM, depuis 2000 en France, il y a eu 385 cas de complications de maladies infectieuses causées par l’utilisation d’analgésiques – principalement de l’ibuprofène, mais également du kétoprofène, un médicament plus puissant doté du même mécanisme d’action. « Nous parlons d’infections fortes de la peau et des tissus mous, de septicémie, d’infections pleuropulmonaires et neurologiques, de sinusites et d’amygdalites, avec lesquelles les patients ont été hospitalisés et même des décès sont survenus », a déclaré l’agence.

«Les médicaments anti-inflammatoires masquent les signes d’infection, réduisent la fièvre, ce qui ne fait que retarder l’adoption de mesures contre l’infection, qui continue de se développer», explique le Dr Philip Vella, chef du service des antidouleurs de l’ANSM. « Nous pensons que la prise de ces médicaments ralentit l’arrivée des cellules du système immunitaire sur le site de l’infection. »

Ce phénomène est associé au mode d’action de l’ibuprofène. Contrairement au paracétamol, Advil est un anti-inflammatoire non stéroïdien. Cela signifie qu’il bloque l’inflammation. Pendant ce temps, l’inflammation est une réaction nécessaire du système immunitaire qui combat les virus, les bactéries et les champignons.

Par exemple, si vous avez un abcès dentaire, l’ibuprofène réduira la douleur, mais les microorganismes pathogènes auront suffisamment de temps pour se multiplier sans réaction inflammatoire.

Parfois, il est difficile de comprendre ce qui est en jeu – la douleur dans les muscles et les articulations ou la source de la douleur lors d’une infection. « Si vous avez des doutes, il vaut mieux prendre du paracétamol », conseille le responsable du département de l’agence française du médicament.

Il met notamment en garde contre l’utilisation d’analgésiques en cas de suspicion d’infections infectieuses graves telles que la rougeole ou la varicelle. Ils ne font qu’augmenter la propagation de l’infection. Note importante sur l’arrière-plan du pic de l’épidémie de rougeole dans le monde.

Et en aucun cas, l’ibuprofène ne doit être pris pendant une longue période: pas plus de trois jours à une température élevée et pas plus de cinq jours pour la douleur.