D’ici 2035, le tabagisme sera beaucoup moins répandu car les fumeurs chroniques mourront, les restrictions sur les endroits où l’on peut fumer seront plus strictes et les efforts d’éducation persuaderont les gens que le tabac est mortel.

Ensuite, l’obésité évitera le tabagisme en tant que cancer à risque de cancer, selon le Dr Shani Paluch-Shimon, conseillère auprès de l’Association israélienne du cancer (ICA) et directrice de l’unité d’oncologie du sein au Centre médical universitaire Hadassah à Ein Kerem à Jérusalem.

C’est ce que l’oncologue a déclaré lundi à la commission de la santé de la Knesset. Le comité, présidé par Yemina MK Idit Silman, a tenu ce matin une discussion spéciale sur la détection précoce et l’amélioration des options de traitement du cancer du sein.

Parallèlement à l’événement, une camionnette mobile de mammographie a été garée pendant une journée sur la place de la Knesset. Ces camionnettes fonctionnent à l’initiative et avec les ICA et sont gérées par les Centres Médicaux Assuta. Le personnel médical a effectué des mammographies sur des femmes membres de la Knesset et des membres du personnel parlementaire de plus de 50 ans ou celles ayant des antécédents familiaux ou personnels de cancer du sein.

La professeure Lital Keinan-Boker, directrice du Centre national de contrôle des maladies du ministère de la Santé, a déclaré que dans la plupart des pays occidentaux, la mammographie en tant que test de dépistage est effectuée après 50 ans, l’âge auquel les avantages l’emportent sur les dommages potentiels.

🟦 ANNONCE 🟦

Paluch-Shimon, un expert international sur le cancer du sein chez les jeunes femmes, a déclaré que puisque l’obésité va contourner le tabagisme d’ici 2035 en tant que facteur de risque de cancer, y compris le cancer du sein, il doit y avoir un plan national pour faire face à l’excès de poids, qui est le « fléau du siècle ».

La mammographie en tant que test de dépistage chez les jeunes femmes entraîne de nombreux cas de surdiagnostic et présente des limites liées à la structure du sein. De faux résultats positifs ou négatifs peuvent alors nuire aux femmes.

Meirav Damari du département d’information de l’ICA a ajouté que bien que le test génétique pour les mutations génétiques des gènes BRCA1 et BRCA2 qui augmentent le risque de cancer du sein et de l’ovaire ait été inclus dans le panier des services de santé d’Israël pour les femmes ashkénazes en bonne santé, même si elles n’ont pas de famille l’histoire.

En raison de la crise du coronavirus, très peu de femmes sont venues faire le test qui pourrait leur sauver la vie. En matière de conseil génétique, il y a encore trop peu d’appareils d’IRM auxquels les porteurs sains et malades ont droit dans le panier une fois par an, et il n’y a pas assez de médecins spécialistes de l’imagerie spécialisés dans le décryptage de ce test important mais sensible.

🟦 ANNONCE 🟦

Pour faire avancer la recherche et réduire le risque, l’ICA a lancé le projet national de mammographie qui a conduit au diagnostic précoce du cancer du sein ; cela a abouti à des taux de guérison en Israël qui sont parmi les plus élevés au monde, avec une baisse de 25 % des taux de mortalité par cancer du sein au cours de la dernière décennie.

Selon les données de l’OMS pour 2020, Israël se classe relativement haut à la 26e place pour le nombre de patients diagnostiqués chaque année, probablement en partie en raison de la forte prévalence des mutations BRCA chez les femmes ashkénazes. D’autre part, Israël est classé très bas, à la 69e place, dans les taux de mortalité.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News