Une nouvelle étude dans un hôpital de la ville israélienne ultra-orthodoxe de Bnei Brak a révélé un risque considérablement accru de résultats moins bons pour les nouveau-nés et les femmes symptomatiques atteintes de COVID-19 – ajoutant encore plus de poids à l’argument selon lequel les femmes enceintes doivent être vaccinées contre le coronavirus.

Évaluant 2 471 femmes peu de temps avant leur accouchement, les chercheurs ont découvert des « différences significatives » chez les patientes symptomatiques positives au Covid, notamment des taux plus élevés de diabète gestationnel (qui présente un risque élevé de développer un diabète de type 2 plus tard dans la vie), des globules blancs plus faibles, dénombrement, et des saignements plus abondants pendant l’accouchement, ainsi que des complications respiratoires chez leurs bébés.

Le symptôme le plus courant était la toux, dont souffraient la moitié des femmes. Heureusement, dans le groupe de patients – qui comprenait 172 femmes COVID-positives (dont 56 étaient symptomatiques) – suivis au centre médical Ma’ayanei Hayeshua, une seule femme avait besoin d’un respirateur, et aucun décès maternel.

Les résultats évalués par des pairs viennent d’être publiés dans The Journal of Maternal-Fetal & Neonatal Medicine sous le titre « La présence de symptômes affecte-t-elle les résultats de la grossesse chez les femmes infectées par le SRAS-CoV-2 au troisième trimestre ?

La réponse aux questions est « Oui ! » selon l’auteur principal, le Dr Elior Eliasi. Le COVID-19 au troisième trimestre de la grossesse « a des implications cliniques, bien qu’à des taux plus faibles que prévu une fois que les patients asymptomatiques sont pris en compte ». L’obstétricien/gynécologue de Bnei Brak a déclaré : « Nos résultats confirment l’importance de vacciner toutes les femmes enceintes à tous les stades de la grossesse.

🟦 ANNONCE 🟦

Les femmes enceintes sont connues pour être touchées de manière disproportionnée par les maladies respiratoires, qui sont fréquemment liées à un risque accru de taux de mortalité maternelle infectieuse et élevé, ont écrit les chercheurs. « En raison des adaptations physiologiques maternelles affectant les systèmes immunitaire, de coagulation et cardio-pulmonaire, entre autres, il peut y avoir un risque accru de maladie maternelle grave suite à une infection par des virus respiratoires. »

Alors que la plupart des infections humaines à coronavirus sont bénignes, les épidémies de coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV) et de coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) au cours des deux dernières décennies ont entraîné des décès, avec environ un quart des femmes infectées lors du travail et mourant de ces infections. Au-delà de l’impact sur la femme enceinte, il existe des inquiétudes concernant l’effet du dysfonctionnement respiratoire maternel sur le fœtus, ont-ils écrit, et l’effet direct du virus sur le fœtus par transmission verticale.

L’analyse n’a trouvé aucune augmentation majeure des accouchements par césarienne chez les femmes positives au COVID-19, et l’incidence des accouchements prématurés n’était pas significativement différente entre les trois groupes (en bonne santé ; asymptomatiques COVID-positifs ; et patients COVID-positifs présentant des symptômes). La plupart des résultats de la grossesse et de l’accouchement étaient similaires entre les femmes COVID-19 positives et négatives en travail sur le point d’accoucher.

« Cependant, il y avait des différences significatives entre les témoins positifs et sains COVID-19, notamment des taux plus élevés de diabète gestationnel, un faible nombre de globules blancs, des saignements pendant l’accouchement et des complications respiratoires chez les nouveau-nés. »

🟦 ANNONCE 🟦

L’étude a porté sur les naissances à l’hôpital entre le 26 mars et le 30 septembre 2020. Au total, 93 % des femmes admises en salle d’accouchement au cours de cette période étaient négatives pour le COVID-19. Parmi les patients positifs au COVID-19, 67% ne présentaient aucun symptôme de l’infection virale potentiellement dangereuse.

En moyenne, l’augmentation du risque d’incidence des effets indésirables était de 13,8 % plus élevée pour les patients covid asymptomatiques et de 19,6 % plus élevée pour ceux présentant des symptômes.

« Plus de données sont désormais nécessaires pour mieux délimiter les différences entre les résultats de la grossesse observés dans certaines populations, potentiellement liées à différentes caractéristiques virales (sous-types ou charge virale) ou à d’autres facteurs », ont déclaré les auteurs.

« En outre, les effets de l’infection maternelle sur le fœtus, à la fois en termes de maladie maternelle symptomatique et de transmission virale verticale [de la mère au bébé] doivent encore être étudiés. »



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News