L’hôpital Tel Aviv Ichilov a annoncé début juin le lancement du programme de consultation en ligne destiné aux 50 meilleurs spécialistes des hôpitaux.

Selon The Marker , avec l’aide d’une application spéciale appelée Doc Talk, depuis un smartphone ou un ordinateur , il sera possible de consulter des spécialistes en oncologie, orthopédie, endocrinologie, épilepsie chez les enfants et les adultes, les maladies inflammatoires de l’intestin, la rhumatologie, la cardiologie, le diabète, maladies des yeux. C’est la première étape et la liste peut être élargie.

Grâce à l’application, il sera possible de transférer divers documents aux médecins (données d’enquête, résultats de tests, etc.), cela leur donnera accès au dossier médical du patient et permettra de faire des ordonnances.

Les médecins procéderont à de telles consultations vidéo dans la seconde moitié de la journée, pendant les heures où la réception n’est plus en direct.

Les sceptiques disent que le contact direct entre le médecin et le patient disparaît dans la médecine virtuelle. Mais nos visites chez des médecins «vivants», parfois plus occupés par des ordinateurs et des papiers que le corps et l’âme du patient, ne sont-elles pas devenues virtuelles?

🟦 ANNONCE 🟦

À Ichilov, ils considèrent le nouveau programme comme très prometteur et s’attendent à ce que le nombre de patients vidéo atteigne 10 000 personnes dans quelques années. Ils sont prêts à fermer les yeux sur le fait que Doc Talk n’apportera aucun revenu à l’hôpital et que les médecins ne recevront que 100 shekels pour chaque rendez vous. Il n’a donc pas été facile pour la Direction d’attirer 50 spécialistes de renom dans le programme.

Le service sera payant. Les patients devront débourser 149 shekels de leur poche pour une consultation vidéo, car les compagnies d’assurance maladie ont refusé de participer au programme.

C’est un peu compte tenu du temps que les gens auraient passé à aller à l’hôpital et à attendre leur tour. Oui, et la participation personnelle au paiement de la réception « en direct » avec un spécialiste dans le cadre du programme de la caisse de maladie est beaucoup plus chère. Par exemple, dans «Maccabi», le titulaire de la «carte zahav» a le droit, plusieurs fois par an, de se rendre à un rendez-vous avec les spécialistes contractuels sélectionnés à un prix subventionné, lequel n’est pas inférieur à 300 shekels.

Bien que le prix d’admission à Doc Talk soit très raisonnable, le ministère de la Santé a jusqu’à présent gelé le programme pour vérifier s’il allait porter atteinte au principe de l’égalité d’accès aux médicaments.

🟦 ANNONCE 🟦