Le partenariat a été conclu entre la compagnie égyptienne Dolphinus et le consortium israélo-américain Delek-Noble Energy (crédit: DR)

La taille des paiements de concession des entreprises d’extraction de minéraux dans les profondeurs d’Israël a atteint un record en 2018. Selon le département de la comptabilité du département des ressources naturelles du ministère de l’Énergie, l’État a reçu l’an dernier des sociétés minières 878 millions de shekels. Les recettes tirées de la vente de sous-sols ont augmenté de 9,3% par rapport à 2017 (803 millions d’euros).

Ce sont le gaz, le pétrole et les mines où sont principalement extraits les phosphates. La part des revenus est constituée des paiements aux sociétés gazières et pétrolières – 860 millions de shekels. Parmi ceux-ci, le gisement de Tamar, principale source de gaz naturel dans le pays et, à ce jour, l’unique source de gaz naturel, représente 858 millions d’euros.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Les sociétés y ont produit pour l’année 10,37 milliards de mètres cubes de gaz et 477 000 condensats de pétrole.

La société Givot Olam a payé 2 millions de shekels pour la production de pétrole sur le champ Meged à Rosh HaAina. La taille du gisement est estimée à 200 millions de tonnes.

Le ministère de l’Énergie estime que l’année 2019 battra le record de revenus des concessions de l’année dernière et dépassera le milliard de shekels. Leur optimisme repose sur le fait qu’à la fin de l’année, la production de gaz commencera sur le plus grand champ de gaz israélien de Leviathan.