Le ministère de la Protection de l’environnement a découvert une réduction du nombre de poissons-chats d’anguilles rayées, que les pêcheurs appellent « Nasrallah ».

Les populations locales de poissons se reconstituent et le nombre de poissons-chats d’anguilles rayées, que les pêcheurs israéliens appellent Nasrallah en raison de sa toxicité, diminue, a révélé une étude.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le ministère de la Protection de l’environnement a publié mardi les résultats d’une étude approfondie révélant les principales tendances de la vie marine israélienne.

En raison de la migration lessepsienne, un terme pour décrire la migration de la vie marine depuis le canal de Suez depuis son ouverture en 1869 entre la mer Méditerranée et la mer Rouge, une variété de nouveaux poissons se sont retrouvés dans les eaux israéliennes.

Le poisson de  la mer Rouge et l’anchois Buccaneer, originaire des Caraïbes, en est un exemple. Un tiers des poissons se sont avérés envahir les poissons et plus de la moitié de la population des crabes.

Le poisson-chat d’anguille rayée, que les pêcheurs de la région appellent Nasrallah en raison de sa toxicité, se réduit également.

Il est fait référence au chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui s’est récemment retrouvé au centre d’une campagne de publicité visant à accroître le recyclage.