« Shlomo Bar Ben Gouzi, 75 ans, marié et père de quatre enfants, vit alternativement à Tel Aviv et à Tibériade. Il est lauréat du Prix ACUM pour la vie, fondateur du groupe Natural Selection, docteur honoris causa de l’Université Ben-Gurion et de l’Institut Weizmann.

Une histoire d’enfance qui vous accompagne ?

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

« J’ai beaucoup d’histoires de mon enfance, mes années d’enfance qui n’étaient pas faciles. Pour le moins, je suis né à Rabat, au Maroc, en 1943. Ce dont je me souviens le plus au Maroc, c’est la musique, cette musique très belle et spéciale. Ma mère chantait beaucoup, et en plus de ça, il y avait un sous-sol près de chez nous où je pouvais entendre de la musique, je ne pouvais pas voir les musiciens, alors je pouvais juste les imaginer. »

« Quand j’avais cinq ans, nous avons immigré en Israël,  et au bout de quelques semaines, ils nous ont placés dans un camp de transit à Beer Yaakov, où mon père et moi étions malades. »

« Quand j’avais neuf ans, il y avait un état de faim et de chaos dans les camps de transit, une période d’austérité, nous recevions de la nourriture avec des coupons, et nous mangions beaucoup de halva, et je ne mange toujours pas de halva à cause de cela. Quand j’avais neuf ans, j’ai convaincu ma mère que je devrais grandir dans un couvent et je suis y resté pendant deux ans, jusqu’à l’âge de 11 ans. Je me souviens m’être levée une nuit, avoir fait le tour du couvent et vu un prêtre faire des choses interdites et je fus très effrayé. »‘

« À un moment donné, des membres du conseil religieux (Juif) ont décidé de me faire sortir du couvent et m’ont placé dans une institution religieuse (Juive). Je ne suis pas resté longtemps et j’ai déménagé dans une famille d’accueil à Nahalal, moins de 24 heures après mon arrivée. Je me suis réveillé le matin, je suis allé à une station-service à proximité et je suis allé à bicyclette vers des camions de transport en direction de Be’er Ya’akov. J’étais heureux d’avoir atteint l’âge où je pouvais entrer dans un groupe de jeunesse et j’ai vécu dans plusieurs campements où il y avait des activités pour les jeunes » 

« À l’âge de 15 ans, je suis arrivé à la ferme Hanoar Hazioni à Jérusalem. C’était le premier endroit où j’ai vécu plusieurs années de suite. Je rentrais très rarement à la maison, mais la situation à la maison n’était pas encore satisfaisante. Car au pays des classes inférieures, la vie n’était pas facile, et ma mère a cueilli des oranges, puis elle a lavé les sols. Mon père a été un soldat  dans l’armée française, un tireur, mais son tympan était déchiré, il était donc presque sourd. »

« Quand j’ai  fini avec la ferme, je ne me suis pas enrôlé dans l’armée. Lors des tests psychotechniques, un soldat m’a demandé de faire toutes sortes d’exercices occidentaux mais je l’ai pas fait »

« Les années ont passé, non, sans difficultés, et à 21 ans, je voulais en finir avec ma vie, je n’y voyais aucun sens, je n’avais pas de raison de vivre, je n’avais pas le talent, je voulais faire de la musique, mais je ne pouvais pas. Cependant, des années plus tard, en tant que musicien adulte, je me suis porté volontaire dans l’armée et j’ai joué au Sinaï et dans de nombreuses autres bases militaires » 

« Quand j’ai eu 22 ans, comme sorti de nulle part, le rabbin Uri Zohar m’a découvert, il a été le premier à m’exposer, et je le remercie pour cela. C’était la période des enfants des fleurs, Bob Dylan, Woodstock, et à ce moment-là, je n’ai pas gardé tout ce qui était requis dans la Torah et les mitsvot, mais mon âme reste toujours connectée, les gens me demandent si je suis devenu religieux, je réponds que non, parce que je n’ai jamais eu de question. »

« Et depuis trente ans, je garde la halakha comme il se doit. À un moment donné, je savais et pensais que tout ce que j’avais fait jusqu’à présent était une erreur. Et j’ai compris qu’il n’y avait qu’un seul vrai et bon chemin. Je lui ai dit: ‘Je veux m’approcher de toi, mais je ne sais pas comment. Guide-moi bien. Il a entendu ma prière, et en effet il l’a fait. Le judaïsme m’a redonné ma vie. Et dans leur forme la plus pure , je suis connecté à Dieu et à la Torah dans mon âme. C’est un élément vital pour moi. Il n’y a et il n’y aura pas de substitut à la Torah. « 

Une chanson qui t’a particulièrement influencé?

« Les poèmes du poète Yosef Zvi Rimon m’ont beaucoup influencé, par exemple, après une séparation très difficile, ils m’ont encouragé et m’ont fait choisir la vie, et Rabbi Kook était un grand poète de sa génération. 

« Il y a quelques mois, j’ai sorti un album. Les paroles sont des mélodies. Du point de vue musical, elles ont été écrites selon mon experience   personnelle comme jamais auparavant. Je suis très exposé dans cet album et je le vis depuis trois ans maintenant. Et combinez des chansons anciennes et nouvelles me plait aussi.

« Dans mon nouvel album, » To the Dead and Beyond « , produit et adapté par Nadav Biton, je poursuis mon voyage pour relier l’Est et l’Ouest et, dans l’intérêt de la langue hébraïque et de sa beauté, mon objectif principal était de créer une nouvelle musique combinant plusieurs couches de musique israélienne. Nouvelle musique, parce que quand j’ai rencontré les chansons de Joseph Zvi Rimon, c’était tellement chancelant que j’ai senti que je devais laisser tout ce que je savais et tout recommencer. « 

Combien et comment D. apparaît-il dans votre vie et de quelle manière agit-il sur vos actions?

« J’étais très autodidacte, et Dieu m’a aidé avec ça, et pour moi la musique peut être le prochain monde si tu le fais bien, mais si tu ne le fais pas, par exemple, comme dans le cas de la musique occidentale, vous êtes totalement abandonné dans ce monde et  vous vous y enfoncez de plus en plus, et je ne parle pas seulement de contenu, je parle aussi des instruments et de la mélodie, il n’y a pas beaucoup de différence entre musique profane et musique religieuse.

« Toute la culture de l’Occident est un mensonge et je crois que le christianisme est la mère de tous les péchés », a-t-il déclaré.

« Cette culture nous engloutit, nous sommes culturellement avalés, je vois la réalité de nos jeunes et nous pleurons, seule la Torah peut nous sauver, c’est la vérité, personne ne veut en parler, mais c’est la vérité. Je parle. « 

Une histoire intéressante qui vous est arrivée  ?

Il y a 35 ans, quand j’avais 40 ans, j’étais seul dans la maison, me lavant le visage dans la salle de bain, et soudain je me suis évanouie, couchée sur le sol de la salle de bain, il faisait froid, mais pour une raison quelconque, je me suis senti très, très bien. Tout à coup, en un instant, tout a changé, je me suis vu de l’extérieur, j’ai réalisé que je me dégageais de mon corps, face à une grande peur . Je me souviens d’avoir dit à la peur: ‘Je n’ai pas peur de toi’.

« J’ai vraiment réussi à accepter cette rupture avec amour, et je me souviens du plaisir de me regarder d’en haut et de penser: » Je ne veux pas retourner vers cette décharge, mon corps, j’en ai assez. «  » J’étais dans l’une des périodes les plus difficiles de ma vie. « 

« J’ai continué à faire du surplace et j’ai soudainement entendu une voix très menaçante et autoritaire me dire : » Tu descends.  » Je lui ai dit que je ne voulais pas descendre. Je ne voulais plus vivre, la voix a continué et a dit que je devais descendre parce que je n’avais pas terminé mon tikoun, et après un certain temps, je suis vraiment revenu, et je me souviens souvent de cette expérience et cela me donne une perspective différente de la vie. Il y a une grande vérité dans ces mots. « 

Professionnellement, es-tu à la place que tu imaginais être?

« Je rêvais de faire de grandes choses, et j’ai réussi parce que Dieu m’a aidé à réussir, mais bien sûr, j’ai eu des hauts et des bas au fil des ans. » L’une de mes périodes les plus difficiles a été après le poète Erez Biton, Gabi Ben Simhon, Nous avons décidé de lutter contre la discrimination à l’encontre des Mizrahim avec notre création conjointe.

« Erez Biton a été le premier poète mizrahi que je connaisse. Je voulais composer ses chansons mais je ne pouvais pas les lire parce que je les lisais et pleurais. À cette époque, j’ai commencé à travailler avec Gabi Ben Simhon et j’ai composé la musique de sa pièce » Moroccan King « .

« Une des chanteuses est Zohra Alfassia, qui était la chanteuse du roi du Maroc. Un jour, Erez et moi sommes allés lui rendre visite et elle vit à Ashkelon, où Erez la décrit dans sa misère comparée à ses jours précédents: Quand nous l’avons rencontrée, j’ai été étonné de voir à quel point la description d’Erez est vraie et la chose la plus folle, c’est qu’il est aveugle,  et ne l’a jamais vu si ce n’est que son talent.

« Nous avons commencé à parler de la discrimination et à créer des choses qui y étaient liées, de toutes mes forces, à cette époque, j’étais déjà à la recherche de quelques chansons qui ont réussi. Cependant, l’album que j’ai publié après que nous ayons commencé à parler de discrimination ne soit joué nulle part, seulement de manière bolchevique, et j’espère vraiment qu’un jour des chercheurs et des musiciens viendront examiner ce qui nous a été infligé. »

Partagez quelque chose d’intéressant et / ou excitant lié à votre famille

Par exemple, j’ai reçu le prix ACUM Lifetime Achievement, deux doctorats honorifiques et j’ai représenté l’État d’Israël à plusieurs reprises en tant que représentant du ministère des Affaires étrangères. 

« J’aime mon pays, ma langue, mon peuple et je sens que je le sers. C’est un grand honneur pour moi de le servir, l’un des spectacles les plus mémorables que j’ai jamais vu à la Maison-Blanche pendant le mandat de Clinton. L’état d’Israël à la Maison Blanche.

« J’étais vraiment désolé que mes parents ne m’aient pas vu dans une telle situation, ils étaient vraiment fiers de moi, mon père ne pouvait pas apprécier ma musique, il était sourd et ce qu’il voulait, c’était que je travaille dans un emploi régulier avec un salaire régulier.

« Au-delà de cela, je serais très heureux si mes parents me considéraient comme un doctorat honorifique, et je suis très reconnaissant à Hachem pour toutes ces réalisations, je n’ai jamais cherché honneur et matériel, et je pense que c’est la raison pour laquelle Dieu s’est frayé un chemin. »

Du site Web de Hidabroot

1 COMMENT

  1. je peux te dire ,tu juge la music occidental . que 70% du peuple sont juive et on une descendance juive, mes honte a toi un israélite qui aime jouer la music arabe islamique ceux qui tu notre peuple . la voix ta dit descent parse que tu a pas de place la haut mes déci bas ..

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.