Deux événements dans le monde du sport: l’un joyeux, l’autre inattendu. Deux lutteurs de judo israéliens ont remporté les médailles d’or et d’argent au Grand Chelem de Bakou. Sagi Muki, champion poids moyen, a battu le lutteur bulgare Ivaylo Ivan et il est devenu champion dans la catégorie des moins de 81 kg.

Un autre athlète israélien, Tokhar Butbul, a remporté une médaille d’argent sous un poids plus léger.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

La victoire de Muki renforce ses chances de participer aux Jeux olympiques de Tokyo l’été prochain. Sagi Muki était deux fois vainqueur des championnats d’Europe et était l’espoir d’Israël aux derniers Jeux olympiques de Rio de Janeiro, mais il n’a pas pu y participer à cause d’une blessure.

Une surprise dans le monde du sport a été une lettre reçue par la Fédération de judo des dirigeants sportifs iraniens. Dans ce document, ils se sont engagés à mettre fin au boycott des combats avec des combattants israéliens. Les pratiquants de judo iraniens ont pratiqué des «grèves italiennes»: ils ont annoncé des blessures ou des changements de poids afin de ne pas rencontrer les Israéliens sur le tatami.

Hier, après de longues négociations, les Iraniens ont envoyé une lettre à la Fédération internationale dans laquelle ils s’engageaient ‘à se conformer pleinement à la Charte olympique et à ses principes non discriminatoires’. La fédération a menacé l’Iran de ne pas accéder aux compétitions, y compris aux Jeux olympiques, si elles n’arrêtaient pas le boycott des Israéliens.

La lettre ne mentionne pas Israël, mais la pratique iranienne de boycott des combats ne concerne que les combattants de l’État juif.