La consommation de cannabis médical (marijuana) est autorisée depuis des années dans de nombreux pays, dont Israël. Ces dernières années, l’utilisation de cannabis médical pour traiter les enfants malades a augmenté, mais des questions subsistent quant aux avantages et à la sécurité de tels traitements.

Les enfants ne sont pas de petits adultes, et le cannabis médical affecte les jeunes différemment, les médecins doivent donc porter une attention particulière à ces différences. Du côté positif, le cannabis médical s’est avéré très utile pour les enfants subissant une chimiothérapie, réduisant la gravité des nausées et des vomissements qui accompagnent souvent ce traitement.

Aujourd’hui, une équipe de chercheurs de l’Université hébraïque de Jérusalem (HUJI) a réalisé une toute première méta-analyse (une analyse statistique qui combine les résultats de plusieurs études scientifiques ) de patients pédiatriques traités avec du cannabis médical pour mieux comprendre les risques et bienfaits de la consommation de cannabis chez les jeunes patients.

La méta-revue a été dirigée par le professeur Ilan Matok de la faculté de pharmacie de HUJI et du Bloom Center for Pharmacy, avec le doctorant Nir Treves. Ils présenteront leurs découvertes lors du 31e Symposium annuel de la Société internationale de recherche sur les cannabinoïdes (ICRS) qui se tiendra à Jérusalem cette semaine, pour la toute première fois. L’hôte de la conférence est le Centre multidisciplinaire de recherche sur les cannabinoïdes de HUJI, un centre de recherche de premier plan sur les cannabinoïdes, les endocannabinoïdes et le cannabis médicinal.

L’équipe a examiné sept études cliniques portant sur quelque 500 jeunes patients de moins de 18 ans. Malgré le nombre limité de participants, ils ont pu glaner les effets positifs et négatifs de la consommation de cannabis médical sur la santé mentale et physique des enfants. Par exemple, l’équipe a découvert que le CBD (cannabidiol) est efficace pour réduire le nombre de crises graves chez les enfants, en particulier ceux souffrant d’épilepsie difficile à traiter.

🟦 ANNONCE 🟦

Le cannabidiol est le deuxième ingrédient actif du cannabis le plus répandu. Alors que le CBD est un composant essentiel de la marijuana médicale , il est directement dérivé de la plante de chanvre, qui est une cousine de la plante de marijuana. Bien que le CBD soit l’un des centaines de composants de la marijuana, il ne provoque pas en lui-même un « high ».

Un problème est que tout en bénéficiant à ces enfants, le CBD supprime également considérablement leur appétit. Ils ont également découvert que plusieurs ingrédients de la plante de cannabis utilisés dans les traitements médicaux affectent négativement l’état mental des enfants, provoquant fatigue, apathie, vertiges et léthargie.

L’étude du cannabis médical chez les enfants en est encore à ses balbutiements. Étant donné que le cannabis n’est pas enregistré en tant que médicament, il est souvent prescrit aux enfants au besoin avec des preuves cliniques limitées. « Alors que Pfizer et Moderna ont pu mener des essais cliniques pour leur vaccin COVID-19 sur des enfants, il existe peu d’essais cliniques de haut niveau pour la consommation de cannabis chez les enfants. « L’objectif de notre méta-analyse est de faire la lumière sur ce domaine et de fournir aux médecins et aux parents une vision plus éclairée du potentiel du cannabis pour aider ou nuire à leurs jeunes patients », a souligné Matok.

Le prochain projet de recherche de Matok est d’étudier l’effetד de la marijuana médicale sur les jeunes patients, en cherchant spécifiquement à savoir si elle augmente leurs taux de dépression, d’incidents cardiovasculaires et d’implication dans des accidents de voiture.

🟦 ANNONCE 🟦

Pendant ce temps, dans les études étrangères au moins jusqu’à présent, la base de recherche actuellement limitée n’établit pas que le cannabis a des effets indésirables supplémentaires sur le développement ou le fonctionnement du cerveau chez les adolescents ou les jeunes adultes atteints de trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité (TDAH) , selon une revue publiée dans le numéro de juillet/août de la Harvard Review of Psychiatry .

Alors que le TDAH est cliniquement défini comme ayant des troubles du fonctionnement cognitif, la consommation de cannabis en elle-même est également associée à des troubles cognitifs : « Les preuves à ce jour ne soutiennent clairement ni un effet addictif ni une interaction – qu’elle soit protectrice ou nocive – avec la consommation de cannabis » selon l’étude du Dr Philip Cawkwell de la faculté de médecine de l’Université de Stanford et de ses collègues. Ils soulignent la nécessité de poursuivre les recherches pour clarifier les effets possibles du cannabis sur la structure, la fonction et le comportement du cerveau chez les jeunes atteints de TDAH.

Les tendances vers la légalisation et l’augmentation de l’accessibilité et de la puissance du cannabis posent des problèmes particuliers chez les jeunes vivant avec le TDAH. Environ un quart des adolescents souffrant de troubles liés à l’utilisation de substances souffrent également de TDAH, tandis que les jeunes atteints de TDAH sont six fois plus susceptibles d’avoir abus de drogues ou d’alcool, ont déclaré les chercheurs. Certaines personnes atteintes de TDAH peuvent même penser que le cannabis améliore leurs symptômes. Les deux groupes ont des difficultés similaires aux tests cognitifs, ce qui suggère que les jeunes atteints de TDAH pourraient être particulièrement vulnérables aux effets du cannabis sur la fonction cognitive.

Sept études ont évalué les résultats de la neuroimagerie chez les jeunes patients atteints de TDAH et ont montré des différences significatives dans la structure du cerveau chez les consommateurs de cannabis. Les résultats comprenaient une diminution de l’épaisseur dans les zones impliquées dans les fonctions motrices et sensorielles et une augmentation de l’épaisseur dans les zones impliquées dans le « système de récompense : système » du cerveau. Compte tenu des limites des études, les auteurs soulignent que ces résultats doivent être considérés avec prudence et qu’il était impossible de déterminer si ces résultats reflètent ou non des relations causales.

Quatre études ont examiné les résultats de tests ou de questionnaires neuropsychologiques chez des jeunes atteints de TDAH qui consommaient ou non du cannabis. La consommation de cannabis était associée à une altération des performances aux tests d’attention soutenue, mais les études n’ont trouvé aucune interaction significative entre le TDAH et la consommation de cannabis.

Les auteurs ont noté que la principale limitation de cette recherche est à la fois le nombre d’études et le nombre total de participants sont limités. Certaines études ont suggéré des différences dans les effets de la consommation de cannabis à un âge plus précoce – une lacune critique pour de futures recherches. Les auteurs suggèrent que d’autres facteurs nécessitent un examen plus approfondi, notamment la puissance du cannabis (qui a à peu près triplé au cours des deux dernières décennies, selon des recherches antérieures) et la fréquence de consommation.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News