En prévision à la deuxième saison, le producteur Asaf Gil promet une meilleure saison que la première et admet que le véritable désir est que les couples vivent réellement ensemble . « Nous avons été déçus qu’aucun couple n’ait survécu à la première saison ».

La deuxième saison de « Wedding at First Sight », qui a été déclenchée immédiatement après la scission de Channel 2, a été un grand succès en termes d’audience avec un taux de visionnage moyen les 20,9%.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Au cours de la première saison, trois experts ont été invités à faire correspondre les couples. Un seul d’entre eux participera à la nouvelle saison – Liat Yakir, un médecin en génétique moléculaire – et sera rejoint par deux nouveaux experts: le psychologue clinicien Danny Friedlander et la psychologue et analyste du groupe Yael Doron.

« Le succès de la première saison a été au-delà de mes attentes », a déclaré Assaf Gil, producteur du programme, qui détient les droits de l’émission,. « Je peux dire que la deuxième saison est encore meilleure que la première. Des choses intéressantes lui sont arrivées. Les couples sont plus diversifiés et, en termes de produit, c’est mieux que la première saison. Le succès de la première saison est stressant, mais je suis optimiste.  »

« Sur la scène des rencontres israéliennes, il y a beaucoup de réactivité et la première saison n’a fait qu’augmenter le nombre de personnes intéressées. Un des commentaires reçus après la première saison est que nous avons installé des personnes qui ne sont pas le genre habituel d’émissions de télé-réalité, des personnes qui ne suivent pas d’autres programmes.  »

Pourtant, vous ne devez pas être dupe. C’est une émission de télévision et vous recherchez des personnes qui passent à travers un écran.
« Si vous prenez les personnes qui ont participé à la saison précédente, la plupart d’entre elles n’iraient pas à la télé-réalité, nous ne cherchons pas seulement des personnes qui ont bonne mine, le paramètre de télévision est secondaire, le processus est en fait le processus, qui est vraiment une montagne russe. »

Aucun couple de la saison précédente n’a survécu à l’épreuve de la réalité. Voyez-vous cela comme un échec?
« Bien sûr, nous avons été déçus par les résultats, et j’espère que cela changera pour la deuxième saison. »
Est-ce pour cela que vous avez remplacé les experts?
« Nous avons remplacé les experts parce que nous voulions nous rafraîchir. Peut-être qu’au cours de la troisième saison, il y aura un autre rafraîchissement.

À l’étranger comme en France, le format connaît de grands succès. Il y a un couple qui a des enfants. Nous croyons fermement au processus. Je conviens que le fardeau de la preuve nous incombe et qu’il sera examiné dans quelques années.  »
Quand vous avez vu que deux candidats avaient été créés, sans être promus l’un à l’autre, Tomer Avital et Yael Pollkman, vous avez eu l’impression de passer à côté?

« Le fait est qu’ils n’ont pas survécu non plus. S’ils avaient tenu le coup, j’aurais peut-être dit que nous avions échoué. »
Dans la troisième saison, nous aurons aussi un couple gay?
« Nous envisageons un mariage gay, mais c’est plus compliqué. Nous espérons que nous réussirons. «